L’ouverture d’un bureau diplomatique tchèque à Jérusalem dénoncée par l’AP
Rechercher

L’ouverture d’un bureau diplomatique tchèque à Jérusalem dénoncée par l’AP

La Ligue arabe condamne l'initiative, Ahmed Aboul Gheit disant que la mission affecte le statut de Jérusalem ; l'Autorité palestinienne évoque une violation du droit international

Le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le Premier ministre tchèque Andres Babiš dévoilent la plaque du bureau diplomatique tchèque à Jérusalem lors de sa cérémonie d’ouverture, le 11 mars 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner, Pool)
Le ministre de la Sécurité publique Amir Ohana, le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi et le Premier ministre tchèque Andres Babiš dévoilent la plaque du bureau diplomatique tchèque à Jérusalem lors de sa cérémonie d’ouverture, le 11 mars 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner, Pool)

L’Autorité palestinienne et la Ligue arabe ont condamné samedi l’ouverture d’un bureau diplomatique à Jérusalem par la République tchèque, évoquant une « violation flagrante du droit international », a fait savoir Reuters.

Prague a ouvert ce bureau de son ambassade dans la ville sainte dans la journée de jeudi, avec une cérémonie d’inauguration qui a eu lieu en présence du Premier ministre tchèque Andrej Babis et de Gabi Ashkenazi, ministre israélien des Affaires étrangères.

En réponse, le ministère des Affaires étrangères de l’Autorité palestinienne a dit considérer cette initiative comme « une attaque éhontée du peuple palestinien et de ses droits, une violation flagrante du droit international », ajoutant que l’ouverture de la mission nuirait aux perspectives de paix, a noté l’agence de presse.

Au Caire, au même moment, Ahmed Aboul Gheit, secrétaire-général de la Ligue arabe, a déclaré que « le statut juridique de Jérusalem est affecté par toute décision prise par un pays ou un autre d’y ouvrir une mission de représentation ».

Le Secrétaire général de la Ligue arabe Ahmed Aboul Gheit s’exprime lors d’une réunion d’urgence convoquée par la Ligue arabe afin de discuter du plan de paix proposé par les Etats-Unis, au quartier général de la ligue dans la capitale égyptienne du Caire. (Photo par Khaled DESOUKI / AFP)

« Jérusalem-Est est un territoire occupé aux yeux du droit international », a ajouté Gheit, même si la mission diplomatique est située dans la partie occidentale de la ville sainte.

Israël a pris Jérusalem-Est – qui se trouvait sous le contrôle de la Jordanie – lors de la guerre des Six jours et a ultérieurement élargi sa souveraineté sur cette partie de la ville, une initiative qui n’a jamais été reconnue par la plus grande partie de la communauté internationale. L’État juif considère la ville entière comme sa capitale alors que les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est comme capitale de leur futur État.

« Nous tenons notre promesse », a pour sa part déclaré Babis, dans l’ombre de l’immeuble historique accueillant la YMCA dans le quartier Talbieh de Jérusalem. « La République tchèque aura une mission diplomatique à part entière ici, à Jérusalem. Elle prendra en charge beaucoup de choses – politique, coopération économique, agenda consulaire et autres sujets, entre autres. Son personnel y sera basé de manière permanente et il travaillera sous l’autorité de notre ambassade à Tel Aviv ».

Le ministère des Affaires étrangères de la République tchèque avait annoncé son intention d’ouvrir ce bureau au mois de décembre. C’est le deuxième État-membre de l’Union européenne, après la Hongrie, à ouvrir une telle mission diplomatique dans la ville.

Le ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi (deuxième à gauche) et le Premier ministre tchèque Andres Babiš coupent le ruban lors de la cérémonie d’ouverture du bureau de l’ambassade de République tchèque à Jérusalem, le 11 mars 2021. (Crédit : Lazar Berman / The Times of Israël)

Au mois de mai 2018, le président Milos Zeman avait annoncé le début d’un processus en trois étapes pour déplacer l’ambassade tchèque de Tel Aviv à Jérusalem.

La première étape avait été franchie avec la nomination d’un consul honoraire à Jérusalem.

En novembre 2018, la deuxième étape s’était concrétisée par l’ouverture de la « Maison tchèque », avec des espaces de bureaux situés au sein de la cinémathèque dans la capitale qui abrite des entreprises telles que CzechInvest, CzechTrade et CzechTourism. Des diplomates tchèques y tiennent des réunions, mais le centre n’a actuellement pas de statut diplomatique officiel.

Le président Zeman dispose d’un pouvoir exécutif limité. Babis s’était jusqu’à présent opposé au transfert de l’ambassade à Jérusalem, invoquant la politique de l’UE qui reste fermement opposée à une telle perspective.

Ces derniers mois, des pays de différentes régions du globe — le Malawi, la République dominicaine, la Serbie et le Kosovo — ont déclaré avoir l’intention d’ouvrir des ambassades à Jérusalem. Jusqu’à présent, seules deux ambassades s’y sont installées : celles des États-Unis et celle du Guatemala.

« La République tchèque est l’un des pays les plus proches alliés d’Israël », a déclaré Amir Ohana, ministre de la Sécurité intérieure, lors de l’inauguration, « car elle manifeste fréquemment son soutien à Israël aux Nations unies et au sein de l’Union européenne ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...