L’uniforme de l’équipe de ski norvégienne orné d’un symbole ‘néo-nazi’
Rechercher

L’uniforme de l’équipe de ski norvégienne orné d’un symbole ‘néo-nazi’

Il s'agit de la rune tyrolienne traditionnelle qui, ces dernières années, a été accaparée par le mouvement de résistance nordique extrémiste

Défilé du Mouvement de résistance nordique d'extrême-droite à Gothenburg, en Suède, le 30 septembre 2017. (Crédit : Fredrik Sandberg/TT News Agency/Sweden OUT/AFP)
Défilé du Mouvement de résistance nordique d'extrême-droite à Gothenburg, en Suède, le 30 septembre 2017. (Crédit : Fredrik Sandberg/TT News Agency/Sweden OUT/AFP)

Une ancienne rune nordique qui apparaît sur l’uniforme de ski alpin de l’équipe norvégienne a suscité la controverse dans le pays en raison de l’accaparement de ce symbole par un groupe néo-nazi.

Sur la poitrine et les épaules du vêtement apparaît un symbole connu sous le nom de rune tyrolienne, qui est également le nom d’une déité scandinave.

Malheureusement pour l’équipe, la rune a été ces dernières années adoptée par un groupe scandinave néo-nazi connu sous le nom de Mouvement de résistance nordique, qui a organisé des rassemblements en Suède et en Norvège.

Défilé du Mouvement de résistance nordique d’extrême-droite à Gothenburg, en Suède, le 30 septembre 2017. (Crédit : Fredrik Sandberg/TT News Agency/Sweden OUT/AFP)

Selon le Times, Hilde Midthjell, directrice de l’entreprise Dale of Norway qui produit l’uniforme, a décidé d’ignorer l’usage de ce symbole par les néo-nazis et de continuer la fabrication du pull.

« Les néo-nazis ont défilé avec des drapeaux norvégiens », a-t-elle dit. « Cela ne signifie pas que nous devons cesser de les utiliser, si ? »

La fédération de ski norvégienne a déclaré que l’uniforme ne changerait pas et a suggéré que les membres de l’équipe pourraient décider de le porter ou non.

Elle a organisé une seconde séance photo des athlètes après l’évocation du problème. Lors de cette session, un grand nombre ne portaient pas les pulls de Dale sweaters.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...