Rechercher

Macron commémore la Shoah sous l’Arc de triomphe

Le chef de l'Etat est le premier président à participer à cette cérémonie annuelle organisée par l'Union des déportés d'Auschwitz

Le président français Emmanuel Macron (C) aux côtés de la survivante du camp de concentration d'Auschwitz, Esther Senot (2nd à g) et du survivant du camp de concentration de Bergen-Belsen Victor Perahia (d) au garde-à-vous sur la Tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe lors d'une cérémonie pour marquer la Journée internationale de commémoration de la Shoah, le 27 janvier 2022 à Paris. (Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP)
Le président français Emmanuel Macron (C) aux côtés de la survivante du camp de concentration d'Auschwitz, Esther Senot (2nd à g) et du survivant du camp de concentration de Bergen-Belsen Victor Perahia (d) au garde-à-vous sur la Tombe du Soldat inconnu sous l'Arc de Triomphe lors d'une cérémonie pour marquer la Journée internationale de commémoration de la Shoah, le 27 janvier 2022 à Paris. (Crédit : Thibault Camus / POOL / AFP)

Emmanuel Macron a ravivé jeudi soir la flamme sous l’Arc de Triomphe à Paris aux côtés de deux rescapés de la Shoah à l’occasion de la journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, a constaté une journaliste de l’AFP.

Le chef de l’Etat est le premier président à participer à cette cérémonie annuelle organisée par l’Union des déportés d’Auschwitz (UDA), selon des membres.

Il a ravivé la flamme en présence d’Esther Senot, déportée à l’âge de 15 ans en septembre 1943, et de Victor Perahia, déporté à Bergen-Belsen, les deux survivants avec lesquels il s’est entretenu.

Accompagné de Geneviève Darrieussecq, ministre déléguée chargée de la mémoire et des anciens combattants, il a également rendu hommage à Raphaël Esrail, le président de l’UDA, qui est décédé samedi à 96 ans à Lannion (Côtes-d’Armor).

Dans une vidéo postée jeudi par l’Elysée, Emmanuel Macron insiste sur la nécessité de « ce travail de mémoire et d’humanisme » sur la Shoah. « Nous le devons en particulier aux jeunes générations : pour que jamais ne soit oubliée la mémoire de la Shoah, pour que jamais ne soit répétée l’atrocité de notre histoire, pour qu’aucun jeune Européen ne puisse l’ignorer » car « l’ignorer c’est prendre le risque de laisser certains faire réapparaitre les discours du pire, de laisser revenir les vents mauvais ».

Il indique que des initiatives seront prises « dans les prochaines semaines », durant la présidence française du Conseil de l’UE, pour « lutter contre toutes les formes de discriminations et réaffirmer la spécificité de l’antisémitisme ».

Le Premier ministre français Jean Castex (C) avec les survivants Elie Buzyn et Leon Lewkowicz et d’autres participants rendent hommage aux victimes du mur noir, où des exécutions de détenus ont eu lieu, lors d’une visite au Mémorial et Musée Auschwitz-Birkenau de l’ancien camp de concentration et d’extermination à Oswiecim, en Pologne, le 27 janvier 2022, à l’occasion du 77e anniversaire de la libération d’Auschwitz, marquant la Journée internationale du souvenir de l’Holocauste.(Crédit : BARTOSZ SIEDLIK / AFP)

Le Premier ministre Jean Castex a réaffirmé en Pologne le « combat » que mène la France contre l’antisémitisme, mais aussi contre ceux qui « travestissent l’histoire » de la Shoah, à l’occasion du 77e anniversaire de la libération des camps nazis allemands d’Auschwitz-Birkenau.

La candidate LR Valérie Pecresse a elle visité le Mémorial de la Shoah à Paris. A la sortie, elle a fustigé ceux « qui falsifient l’histoire » en rappelant « le rôle que l’Etat français sous Pétain, avec Laval, a tenu dans cette déportation de tous les Juifs, y compris nos compatriotes ».

« Si on falsifie l’Histoire, on s’expose à ce que ça recommence », a-t-elle ajouté, après la vive polémique née des propos d’Eric Zemmour sur le maréchal Pétain « sauveur » de Juifs et qui valent au candidat d’extrême droite des poursuites en justice. Valérie Pécresse a promis d’être « implacable » contre l’antisémitisme, qui « a de multiples visages », et « contre tous les fanatismes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...