Mandelblit rejette la demande de Netanyahu d’entendre d’autres témoins
Rechercher

Mandelblit rejette la demande de Netanyahu d’entendre d’autres témoins

Le Procureur général fait dire aux avocats du Premier ministre que d'autres témoignages ne sont pas nécessaires ; Netanyahu dit qu'il cède aux pressions de la gauche et des médias

Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à une réunion de la commission de contrôle de l'État à la Knesset, le 3 décembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)
Le procureur général Avichai Mandelblit assiste à une réunion de la commission de contrôle de l'État à la Knesset, le 3 décembre 2018. (Miriam Alster/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit a rejeté mercredi une demande de l’équipe juridique du Premier ministre Benjamin Netanyahu d’interroger d’autres témoins dans ses enquêtes sur la corruption avant de se prononcer sur ces affaires.

« La position du procureur général est qu’à ce stade, il n’est pas nécessaire de poursuivre l’enquête », a déclaré le bureau de Mandelblit dans une lettre adressée aux avocats de Netanyahu, indiquant que le travail accompli jusqu’à présent avait été minutieux.

Cette décision a suscité de nouvelles critiques de la part de M. Netanyahu, qui a de nouveau accusé Mandelblit de « céder à la pression » de la gauche et des médias.

La police a recommandé que Netanyahu soit jugé pour corruption dans trois affaires de corruption distinctes. Mandelblit est en train d’examiner les documents et devrait annoncer sa décision ce mois-ci, mais les accusations finales ne seront déposées qu’après une procédure d’audience, qui pourrait prendre jusqu’à un an.

Le Premier ministre, qui a nié tout acte répréhensible, a demandé à Mandelblit de ne pas annoncer s’il avait l’intention de l’inculper, dans l’attente d’une audience, avant les élections du 9 avril, dans la mesure où le processus d’audience ne pouvait pas se conclure avant les élections. Netanyahu a assuré qu’il continuerait à diriger son parti, le Likud, en vue des élections, même s’il est convoqué pour une audience.

M. Netanyahu et ses avocats de la défense ont demandé à M. Mandelblit de reporter la décision de déposer ou non des actes d’accusation dans les affaires de corruption jusqu’après les élections d’avril prochain. Ils ont également présenté diverses demandes de dernière minute en vue d’une enquête plus approfondie sur ces affaires, qui nécessiteraient toutes un report de la décision du procureur général.

Dans une lettre datée du 31 janvier, les avocats de Netanyahu ont affirmé que d’importants éléments de preuve n’avaient pas encore été recueillis auprès de témoins clés et se sont plaints que les contraintes de temps obligeaient Mandelblit à fonder son travail sur les recommandations du ministère public plutôt qu’à examiner lui-même les preuves.

Le bureau de Mandelblit a réfuté ces affirmations, affirmant que le procureur général « a examiné personnellement les preuves originales là où il le jugeait nécessaire ». Il a ajouté que l’équipe de la défense n’avait pas encore eu connaissance « des documents d’enquête détenus par les forces de l’ordre, et donc les informations que vous possédez sont pour le moins incomplètes ».

Le bureau du procureur général a ajouté que « plusieurs témoins mentionnés dans votre lettre, dont vous avez demandé les témoignages, ont déjà témoigné… tout a été fait comme il se doit pour que la vérité soit établie ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu préside la réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau de Jérusalem, le 10 février 2019. (Gali Tibbon/Pool via AP)

En réponse mercredi à la décision du procureur général, M. Netanyahu a déclaré dans un tweet qu’il était « regrettable que la pression de la gauche et des médias pousse probablement le procureur général à annoncer une audience avant les élections, alors que la vérité ne sera révélée que dans le processus des audiences, après les élections ».

Le Premier ministre a affirmé que les nouveaux témoins prouveraient son innocence et que les accusations portées contre lui « s’effondreraient » au cours de la procédure d’audition.

Au début du mois, Mandelblit a rejeté une demande de l’équipe juridique de Netanyahu de reporter sa décision jusqu’après les élections. Netanyahu a répondu en accusant Mandelblit de ne pas avoir fait son travail correctement en se précipitant pour statuer sur les affaires, et a affirmé qu’il avait « cédé aux pressions exercées par la gauche et par les médias ».

Lors d’une déclaration en direct à la télévision aux heures de grande écoute en janvier, Netanyahu a exigé que la police lui autorise une confrontation avec ses anciens assistants et collègues qui auraient fourni des preuves incriminantes dans les trois affaires de corruption dans lesquelles il est suspect.

Deux jours plus tard, la Douzième chaîne d’information a cité une source proche de l’enquête, affirmant que le Premier ministre avait déjà manqué une occasion de confronter ceux qui témoignaient contre lui, les avocats de Netanyahu ayant refusé.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à gauche), et le secrétaire de cabinet de l’époque, Avichai Mandelblit, lors d’une réunion du cabinet le 4 janvier 2015. (Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Dans les affaires 1000, 2000 et 4000, Netanyahu nie tout acte répréhensible. Il a affirmé que les enquêtes faisaient partie d’une chasse aux sorcières visant à l’évincer, impliquant la gauche, les médias et la police. Il n’a pas fourni de preuves à l’appui de ces affirmations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...