« Mettez-les dans une chambre à gaz », dit une infirmière aux Juifs de Melbourne
Rechercher

« Mettez-les dans une chambre à gaz », dit une infirmière aux Juifs de Melbourne

L'employée à l’hôpital Royal Melbourne a publié son message antisémite sur Facebook après qu’une vidéo d'une fête allant à l’encontre des règles de confinement a fait le buzz

Une fête de fiançailles illégale pendant un confinement à Melbourne, en Australie, en août 2021. (Crédit : capture d'écran)
Une fête de fiançailles illégale pendant un confinement à Melbourne, en Australie, en août 2021. (Crédit : capture d'écran)

Une infirmière d’un hôpital australien a déclaré sur les réseaux sociaux que des dizaines de Juifs qui ont violé un strict confinement contre le coronavirus à Melbourne en organisant une fête de fiançailles devraient être conduits dans « une chambre à gaz », alors que la communauté juive locale fait face à une vague d’antisémitisme après la publication en ligne d’une vidéo de l’événement.

Parmi de nombreux autres incidents, une synagogue et un institut juif ont tous deux reçu des appels haineux.

« C’est une journée terrible pour la communauté juive », a déclaré Dvir Abramovich, président de la Commission anti-diffamation, au Times of Israel lundi, ajoutant que des milliers de remarques antisémites avaient été exprimées récemment sur les réseaux sociaux.

Au cours d’une discussion sur la vidéo de la fête dans un groupe Facebook, l’utilisatrice Doreen Bonello a publié un commentaire affirmant : « Mettez-les dans une chambre à gaz. »

Abramovitch a publié une capture d’écran du commentaire, qui a ensuite été partagé par des membres de la communauté juive, dont beaucoup descendent de survivants de la Shoah, et qui ont identifié Bonello – selon son propre profil – comme une assistante clinique à l’hôpital royal de Melbourne.

Les membres de la communauté ont contacté l’hôpital pour se plaindre, et plusieurs d’entre eux ont ensuite posté la réponse qu’ils ont reçue : « Nous avons été alertés de ce post et avons transmis le problème à notre équipe de direction pour qu’elle prenne des mesures. »

« Ces commentaires ne reflètent pas l’opinion de l’hôpital royal de Melbourne et nos valeurs », a indiqué la réponse, ajoutant que le centre médical avait « signalé le post ».

« Nous comprenons que ce langage puisse être choquant et nous travaillons à rectifier cette situation », a déclaré l’hôpital.

L’hôpital n’a pas répondu à une demande de commentaire du Times of Israel.

Abramovich a également publié des enregistrements de messages laissés par téléphone à une synagogue locale et à un institut juif, qu’il n’a pas identifiés.

« Vous êtes tous des tas de merde », a dit un appelant. « Vous tous les Juifs [sic] êtes des tas de merde. Comment osez-vous faire une fête ? »

« J’espère que vous allez tous mourir », a ajouté l’appelant, qui a ajouté un torrent de jurons.

Dans un autre appel, un homme a dit : « Je ne sais pas pourquoi vous, les Juifs, pensez que vous pouvez faire une fête alors que nous sommes tous enfermés, et que les salauds comme vous pensent que vous êtes au-dessus du monde en tant que Juifs. Je ne supportais déjà pas les Juifs, mais maintenant c’est encore pire. »

Les appels téléphoniques ont été signalés à la police, a déclaré Abramovich, évaluant que la colère à propos de la fête avait été alimentée par la frustration du confinement prolongé.

« Le seuil de tolérance de chacun est à son point de rupture », a-t-il dit.

Le président de la Commission australienne contre la diffamation, Dvir Abramovich. (Autorisation)

« Le génie de l’antisémitisme est sorti de la bouteille. Toutes ces influences sombres qui sont sous la surface sont sorties. C’est vraiment terrifiant », a déclaré Abramovich.

« Cet événement a permis aux gens d’exprimer des opinions antisémites horribles », a-t-il ajouté. « Les gens s’en sont servis comme excuse pour faire des Juifs des boucs émissaires. Les gens ont pointé du doigt comme si le confinement était causé par les Juifs. Cela a renforcé les mythes antisémites selon lesquels on ne peut pas faire confiance aux Juifs » et d’autres théories du complot. »

Cependant, M. Abramovich a déclaré qu’il n’était pas au courant de violences physiques à l’encontre de personnes juives et que, bien que la fête de fiançailles ait fait les gros titres dans toute l’Australie, la réaction à cette fête s’est concentrée dans l’État de Victoria.

« N’oubliez pas que nous sommes en confinement et que les mouvements des gens sont limités », a-t-il déclaré.

La fête de fiançailles, qui a été fermement condamnée par le reste de la communauté juive, a également été mentionnée par le Premier ministre de l’État de Victoria, Dan Andrews, lors d’une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé un nouveau renforcement des restrictions de confinement, y compris un couvre-feu nocturne, alors que l’État lutte contre les infections dues au coronavirus.

Andrews a évoqué la fête de fiançailles comme un exemple de l’égoïsme dont font preuve certains et a déploré le tribut que cela ferait peser sur les équipes épidémiologiques qui tentent de retrouver les personnes qui ont été en contact avec les personnes qui y ont assisté.

« Je suis en colère », a déclaré Andrews, sans mentionner que la fête avait eu lieu dans la communauté juive. « Je sais que beaucoup de gens à travers l’État de Victoria sont en colère à cause de cet événement, cela n’aurait pas dû arriver. »

Andrews a confirmé que des infections à la COVID-19 avaient été identifiées suite à la fête, ce qui en fait un « événement de transmission ».

La vidéo de la fête de fiançailles a offert ce que beaucoup disent être une preuve irréfutable que certains Juifs orthodoxes ne prenaient pas la pandémie au sérieux. Selon les règles actuelles, il est interdit de se rendre au domicile d’autres personnes.

La vidéo, qui circule en ligne, a montré un marié s’adressant à une salle bondée d’invités non masqués, et plaisantant à un moment donné : « Il est clair que c’est légal, car c’est une séance de thérapie de groupe. » Des rires ont suivi.

Selon Rafael Epstein, un journaliste de l’Australian Broadcasting Corporation, 68 personnes étaient présentes et la recherche de contacts est en cours après qu’une personne qui a participé à l’événement a été testée positive à la COVID-19.

Les règles locales à Melbourne n’ont pas toujours été respectées pendant le dernier confinement, qui intervient après un an et demi de restrictions intenses destinées à stopper la propagation du coronavirus.

La communauté juive locale notamment semble avoir été particulièrement touchée par une hausse des cas. Les autorités locales prévoient ainsi de mettre en place des sites de vaccination et de dépistage dans la banlieue fortement orthodoxe de St. Kilda East, après qu’une mère et son fils y ont été testés positifs. D’autres zones orthodoxes, y compris Caulfield et Balaclava, ont été ajoutées à la liste croissante des lieux à risque. À Melbourne, 25 personnes ont été testées positives à la COVID-19 samedi.

L’Australie a connu les restrictions parmi les plus strictes au monde afin de freiner la propagation de la COVID-19. Depuis le début de la pandémie, les Australiens et les résidents permanents se sont vus interdire de quitter le pays, tandis que seul un petit nombre de personnes a été autorisé à y entrer. Dans le cadre du confinement actuel de Victoria, la région de Melbourne, tous les rassemblements dans les domiciles privées sont interdits et les seuls types de rassemblements autorisés sont les funérailles de 10 personnes ou moins.

Des tensions ont éclaté dans le monde entier dans et autour des communautés orthodoxes depuis mars 2020, quand des règles visant à stopper la propagation de la maladie ont rendu les minyans, ou les quorums nécessaires pour dire certaines prières, illégaux dans de nombreux endroits.

Au début de la pandémie, la police de Melbourne est intervenue dans plusieurs sites où des Juifs orthodoxes tenaient illégalement des minyans. En octobre dernier, des particuliers ont confronté un groupe d’orthodoxes sortant d’une école.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...