Mexique : Mort d’un Israélien qui tentait de sauver son fils de la noyade
Rechercher

Mexique : Mort d’un Israélien qui tentait de sauver son fils de la noyade

David Greenholt aurait été en train de marcher le long de la promenade de Los Cabos avec son fils quand ils ont été enlevés par une grosse vague et entraînés vers la mer

David Greehholtz (Capture d'écran/Treizième chaîne)
David Greehholtz (Capture d'écran/Treizième chaîne)

Un Israélien est mort au Mexique alors qu’il tentait de sauver son fils de la noyade.

David Greenholtz se trouvait à Los Cabos où il était en vacances en compagnie de son épouse et de ses enfants lorsque s’est abattu l’ouragan Lorena dans la journée de vendredi.

Selon le site d’information Walla, Greenholtz marchait le long de la promenade aux côtés de son fils lorsqu’une grosse vague les a entraînés vers la mer. L’enfant a survécu mais la mort de Greenholtz a dû être prononcée.

Le ministère des Affaires étrangères ainsi que le consul israélien, au Mexique, aident la famille à rapatrier la dépouille de Greenholtz au sein de l’Etat juif où elle sera inhumée.

Greenholtz et sa famille sont originaires de Raanana, dans le centre du pays, mais ils se sont installés à New York il y a quelques années, a fait savoir le site d’information local MyNet Raanana.

דוד גרינהולץ הוא הישראלי שטבע למוות במקסיקו בניסיון להציל את ילדיוhttp://bit.ly/2kvp3iTיהי זכרו ברוך

פורסם על ידי ‏‎ynet‎‏ ב- יום שישי, 20 בספטמבר 2019

Le Centre national des ouragans américain a fait savoir que Lorena était une tempête entrant dans la Catégorie 1 avec des vents maximaux de 130 km/h et que son centre se situait à 65 kilomètres environ à l’est-sud-est de La Paz, capitale de l’Etat de Basse-Californie du sud. Elle se dirigeait au nord-nord-ouest à 13 km/h sur une trajectoire anticipée allant vers la côte à travers la mer de Cortez.

Pendant des jours, les prévisions avaient prévu un accostage de la tempête à Los Cabos ou à ses environs, mais à la dernière minute, elle avait emprunté une voie se situant largement à l’est de cette station balnéaire.

Dans la matinée de vendredi, les résidents et les touristes de Cabo San Lucas et de San Jose del Cabo s’étaient réfugiés dans leurs habitations, dans des abris et dans des hôtels face à des mises en garde contre des vents violents et des inondations éclairs.

L’ouragan avait entraîné de fortes vagues dans les deux stations balnéaires jumelles mais, dès le début de la soirée, les nuages s’étaient partiellement dissipés et les spectateurs étaient venus sur la plage pour regarder l’océan.

Les deux villes étaient restées en état d’alerte ouragan vendredi dans la soirée, même si les projections faites par le Centre des ouragans les avaient placés hors de la zone d’incertitude, le centre de Lorena étant situé bien au nord et s’éloignant.

Un second cyclone, la tempête tropicale Storm Mario, s’était trouvé à plusieurs kilomètres au sud de la péninsule de Baja mais il n’avait pas été considéré comme une menace.

Lorena était arrivée sous sa forme d’ouragan vingt-quatre heures auparavant dans l’Etat de Colima, à l’ouest du Mexique, arrachant les palmiers sous ses vents forts et inondant le secteur de pluies. La tempête avait inondé les rues, détruit les routes et entraîné des glissements mineurs dans 10 municipalités. Des douzaines d’arbres avaient été noyés et l’électricité coupée dans certaines zones.

Le gouverneur de l’Etat de Colima, José Ignacio Peralta, avait indiqué que
3 000 hectares de récoltes – bananes et papayes notamment – avaient été endommagées dans tout l’Etat mais qu’il n’y avait pas eu de morts ou de dégâts significatifs causés aux infrastructures.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...