Mireille Knoll : les deux suspects présentent « des versions contradictoires »
Rechercher

Mireille Knoll : les deux suspects présentent « des versions contradictoires »

Les policiers privilégient la piste du vol mais la rescapée de la Shoah vivait très modestement dans un HLM

Mireille Knoll est décédée à son domicile 60, avenue Philippe Auguste à Paris (Crédit: capture d'écran Google Map)
Mireille Knoll est décédée à son domicile 60, avenue Philippe Auguste à Paris (Crédit: capture d'écran Google Map)

L’hypothèse d’un crime crapuleux, qui aurait eu le vol comme mobile, est privilégiée par les policiers dans l’enquête sur le meurtre vendredi à Paris d’une octogénaire qui avait échappé à la rafle du Vél d’Hiv, a-t-on appris mardi de sources proches du dossier.

Deux hommes ont été mis en examen dans la nuit de lundi à mardi pour « homicide volontaire » à caractère antisémite et « vol aggravé » et placés en détention provisoire. L’un d’eux est un voisin de la victime qui avait l’habitude de lui rendre visite; l’autre est un ami de ce dernier, un jeune homme de 21 ans sans-domicile fixe.

D’après une source proche de l’enquête, le mobile privilégié par les enquêteurs est celui d’un vol pour profiter de l’état de faiblesse de Mireille Knoll, même si cette dernière vivait très modestement.

Toutefois, plusieurs éléments ont conduit le parquet de Paris à retenir le caractère antisémite dans cette affaire.

Le voisin de Mme Knoll, qui avait échappé de justesse à la rafle des Juifs du Vél d’Hiv’ en 1942, connaissait la religion de cette dernière. Par ailleurs, son complice présumé l’a accusé d’avoir crié « Allah Akbar » en commettant les faits, d’après une source proche de l’enquête.

Devant les enquêteurs, les deux hommes ont toutefois présenté « des versions contradictoires » sur de nombreux éléments, selon cette source. Ils se sont ainsi mutuellement accusés d’avoir porté les coups mortels, a précisé une autre source proche.

Les deux hommes n’ont pour le moment pas été confrontés l’un à l’autre.

Le premier suspect, né en 1989 et connu des services de police pour des affaires de viol et d’agression sexuelle, est un voisin qui avait l’habitude de rendre visite à la victime. Il était passé dans son appartement dans la journée.

Le voisin, né en 1989, est déjà connu de pour des affaires de viol et d’agression sexuelle. Il a notamment été condamné en 2017 pour avoir agressé sexuellement une fillette de 12 ans, d’après la source proche de l’enquête, confirmant une information du Parisien. Les faits s’étaient déroulés au domicile de Mireille Knoll, la jeune victime étant la fille de l’ancienne aide à domicile de l’octogénaire.

Le corps de Mireille Knoll, lardé de plusieurs coups de couteau, a été retrouvé en partie carbonisé vendredi soir dans son appartement du XIe arrondissement, où elle vivait seule.

Placés en détention provisoire, ils sont également poursuivis pour « vol aggravé » et « dégradation du bien d’autrui par un moyen dangereux ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...