Rechercher

Mitraillage d’un bus en Cisjordanie ; aucun blessé

L’armée a signalé des tirs près de l’implantation d’Ofra et se prépare à de possibles représailles, après la mort de deux figures importantes du terrorisme

Des soldats lors d'une opération de nuit en Cisjordanie, le 3 novembre 2022 (Crédit : Armée israélienne)
Des soldats lors d'une opération de nuit en Cisjordanie, le 3 novembre 2022 (Crédit : Armée israélienne)

Des hommes ont ouvert le feu sur un bus en Cisjordanie, tôt vendredi matin, dans une tentative d’attentat terroriste, a annoncé l’armée israélienne.

Les balles ont atteint le bus à proximité de l’implantation d’Ofra, au nord de Jérusalem, mais n’ont fait aucun blessé, a précisé Tsahal.

Des soldats ont été déployés dans le secteur à la recherche de suspects.

Le bus blindé se rendait à Ariel par la route 60 lorsqu’il a été atteint par les tirs, a rapporté le radiodiffuseur public Kan.

Après la fusillade, le bus a poursuivi son trajet jusqu’à ce qu’il croise la route de soldats à proximité de l’implantation de Shiloh, plus au nord.

L’armée israélienne a signalé la fusillade peu après minuit.

Jeudi soir également, des soldats ont vu un homme lancer des explosifs près de l’implantation de Givon Hahadasha, au nord de Jérusalem. Ils ont tiré sur l’attaquant et l’auraient « atteint ».

En fouillant la zone, les soldats ont trouvé d’autres explosifs, a fait savoir Tsahal, ajoutant qu’aucun soldat n’avait été blessé.

Les tensions sont vives en Cisjordanie, et l’armée israélienne a lancé une importante offensive antiterroriste axée sur le nord de la Cisjordanie, suite à une série d’attentats palestiniens qui ont fait 31 morts en Israël et en Cisjordanie depuis le début de l’année.

Cette offensive, qui a permis d’interpeller plus de 2 500 personnes lors d’opérations nocturnes quasi-quotidiennes, a fait plus de 150 morts côté palestinien, essentiellement lors d’attentats ou d’affrontements avec les forces de l’ordre.

Tôt jeudi, deux figures importantes du terrorisme – parmi lesquelles un haut commandant du Jihad islamique palestinien (JIP) – ont été tués lors d’affrontements nocturnes, suscitant des craintes d’un regain de tensions.

Il s’agissait de Mohammed Ayman Saadi, du Jihad islamique palestinien, et Na’im Zubeidi, des Brigades des martyrs d’al-Aqsa, liées au Fatah. Les différentes factions armées font souvent cause commune à Jénine contre Tsahal.

Les deux hommes ont été tués lors de violents combats avec l’armée israélienne, qui ont éclaté en marge d’une opération d’arrestation menée avant l’aube près du camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Les médias palestiniens ont indiqué qu’une vingtaine d’autres personnes auraient été blessées.

Le Jihad islamique palestinien et le groupe terroriste du Hamas, qui dirige la bande de Gaza, ont agité la menace de représailles, menace prise au sérieux par les autorités israéliennes qui craignent des tirs de roquettes depuis Gaza.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.