Rechercher

Deux terroristes palestiniens tués par l’armée près de Jénine

Le Jihad islamique palestinien a juré de se venger après la mort de l'un des siens ; l'autre terroriste tué appartenait aux Brigades des martyrs d'al-Aqsa

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les troupes israéliennes opèrent en Cisjordanie, début décembre 2022. (Crédit : armée israélienne)
Les troupes israéliennes opèrent en Cisjordanie, début décembre 2022. (Crédit : armée israélienne)

Deux membres de groupes terroristes palestiniens ont été tués dans des affrontements intenses avec l’armée israélienne, des heurts qui ont éclaté lors d’un raid d’arrestation, organisé avant l’aube, qui a eu lieu à proximité du camp de réfugiés de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

L’armée israélienne a précisé que des forces spéciales issues des unités Haruv et Duvedan étaient entrées dans la ville adjacente de Wadi Burqin pour y arrêter trois Palestiniens soupçonnés d’être impliqués dans des activités terroristes.

L’armée a expliqué que les troupes avaient essuyé d’intenses tirs pendant l’opération et qu’ils avaient riposté en ouvrant le feu, disant que des émeutiers avaient été touchés.

Les deux terroristes s’appelaient Mohammed Ayman Saadi, un membre du Jihad islamique palestinien, et Naim Zubeidi, qui appartenait pour sa part aux Brigades des martyrs al-Aqsa, qui sont liées au Fatah du chef de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Les factions armées variées sont connues pour se dresser ensemble contre l’armée à Jénine.

Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont indiqué, dans un communiqué conjoint, que les deux hommes étaient influents. Ils étaient âgés d’une vingtaine d’années mais ils avaient déjà été condamnés à des peines de prison en Israël pour des délits sécuritaires.

Saadi était « un important agent militaire du Jihad islamique palestinien » responsable d’une série d’attaques à l’arme à feu contre les soldats et il était chargé de donner des armes à d’autres membres de son organisation, selon les ordres qui lui étaient donnés par les leaders du groupe terroriste, a fait savoir le communiqué.

Le communiqué a noté que Zubeidi avait aussi été responsable de nombreuses fusillades qui avaient pris pour cible les troupes israéliennes déployées en Cisjordanie. Les médias palestiniens ont révélé que Zubeidi était un proche de Zakaria Zubeidi, un célèbre terroriste de la Brigade des martyrs d’al-Aqsa qui avait été le cerveau d’attentats terroristes pendant la Seconde intifada, et qui était parvenu à s’échapper brièvement d’une prison israélienne, l’année dernière.

Le Premier ministre Yair Lapid a salué cette opération, affirmant que les deux hommes avaient programmé et commis des attaques terroristes au sein de l’État juif.

« Les activités de l’armée et des forces de sécurité à Jénine, cette nuit, ont été une continuation directe de la politique sans compromis que nous avons adoptée dans le combat contre le terrorisme. Les deux terroristes qui ont été tués, un commandant de terrain du Jihad islamique palestinien à Jénine et un membre important des Brigades al-Aqsa dans la ville, avaient programmé et commis des attaques terroristes sur le territoire israélien », a écrit Lapid sur Twitter.

« Très précisément en ces journées tempêtueuses – où des parties irresponsables tentent d’attirer l’armée dans un débat extrémiste et d’inciter les soldats à se rebeller contre leurs commandants – j’ai envie d’exprimer mon appréciation des forces de sécurité », a-t-il ajouté, faisant référence aux critiques des députés d’extrême-droite sur la sanction infligée à un soldat qui s’en était pris à un activiste d’extrême-gauche à Hébron, la semaine dernière.

« C’est ainsi qu’on lutte contre le terrorisme, c’est ainsi qu’on protège les citoyens d’Israël. Prenez soin de vous, » a poursuivi Lapid.

Trois fusils d’assaut de type M-16 ont été saisis par les militaires pendant le raid, a noté l’armée.

Les médias palestiniens ont fait savoir que 20 personnes avaient été blessées à des degrés divers et l’hôpital de Jénine a déclaré l’état d’urgence, recommandant vivement aux locaux de venir offrir leur sang.

L’armée a précisé qu’aucun soldat n’avait été blessé pendant l’opération.

Dans un communiqué émis jeudi, un porte-parole du Jihad islamique a promis de faire payer le prix lourd à Israël en riposte à « ce crime haineux ».

Au couts de l’année passée, le Jihad islamique palestinien, dont le siège est dans la bande de Gaza, a lancé des roquettes en direction de l’État juif pour se venger de la mort ou de l’arrestation de ses membres en Cisjordanie.

Des armes saisies par les troupes israéliennes après un raid dans la ville cisjordanienne de Wadi Burqin, près de Jénine, le 1er décembre 2022. (Crédit : armée israélienne).

Des centaines de résidents de Jénine ont été filmés en train de prendre part à la procession funéraire de l’un des combattants tués, une procession partie de l’hôpital de la ville.

Le camp de réfugiés de Jénine et ses environs sont un secteur particulièrement sensible en matière de terrorisme, selon l’armée qui dit avoir été placée dans l’obligation de mener de larges opérations dans la ville, située dans la Zone A de la Cisjordanie. Jénine est une ville placée sous le contrôle de l’Autorité palestinienne – un contrôle que l’AP semble avoir perdu. Ramallah, de son côté, maintient que les raids israéliens ne font qu’entamer encore davantage la légitimité de l’Autorité palestinienne en Cisjordanie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.