Mort du principal suspect dans l’attentat contre le Premier ministre de l’AP
Rechercher

Mort du principal suspect dans l’attentat contre le Premier ministre de l’AP

Rami Hamdallah était sorti indemne de l'attaque contre son convoi le 13 mars ; des responsables palestiniens avaient dénoncé une "tentative d'assassinat"

Des policiers du Hamas lors des affrontements à Nousseirat, qui ont conduit à l'arrestation de l'auteur présumé de l'attentat contre le Premier ministre de l'AP Rami Hamdallah, le 22 mars 2018. (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)
Des policiers du Hamas lors des affrontements à Nousseirat, qui ont conduit à l'arrestation de l'auteur présumé de l'attentat contre le Premier ministre de l'AP Rami Hamdallah, le 22 mars 2018. (Crédit : AFP / MAHMUD HAMS)

Le principal suspect dans l’attentat contre le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah est décédé de ses blessures jeudi dans la bande de Gaza après son arrestation lors de laquelle deux membres des forces de sécurité du Hamas ont été tués.

Hamdallah était sorti indemne de l’attaque contre son convoi le 13 mars lors d’une rare visite dans l’enclave palestinienne, contrôlée par le mouvement islamiste Hamas. Des responsables palestiniens avaient dénoncé une « tentative d’assassinat ».

Cet incident était intervenu alors que l’Autorité palestinienne, dirigée par le président Mahmoud Abbas et qui n’exerce plus ses prérogatives limitées que sur des parties de la Cisjordanie essaie depuis des années de reprendre le contrôle de Gaza au Hamas qui s’en est emparé par la force en 2007.

Après des années de dissensions, le groupe terroriste islamiste a accepté en octobre de rétrocéder à l’Autorité le pouvoir à Gaza, au moins civil. Mais le processus patine.

Le ministère de l’Intérieur à Gaza, contrôlé par le Hamas, a indiqué jeudi que le principal suspect de l’attentat du 13 mars avait été blessé avec un complice lors d’une opération ayant débouché sur leur arrestation à Nousseirat, dans le centre de l’enclave palestinienne.

 

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...