Moscou condamne Israël pour avoir agi suite à une « fausse » attaque chimique
Rechercher

Moscou condamne Israël pour avoir agi suite à une « fausse » attaque chimique

Alors que les tensions entre les deux pays s’aggravent, l'ambassade russe a fustigé la « conclusion hâtive » d'Israël selon laquelle Assad était derrière l'attaque de Douma

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Des enfants syriens dans un sous-sol servant d'abri contre les frappes aériennes, le 25 mars 2018 à Douma, dans la Ghouta orientale, à la périphérie de Damas (PHOTO AFP / HAMZA AL-AJWEH)
Des enfants syriens dans un sous-sol servant d'abri contre les frappes aériennes, le 25 mars 2018 à Douma, dans la Ghouta orientale, à la périphérie de Damas (PHOTO AFP / HAMZA AL-AJWEH)

L’ambassade de Russie en Israël s’est prononcée mardi contre Israël, qui a accusé la Syrie d’avoir mené une attaque chimique contre des civils dans la banlieue de Douma, à Damas.

Dans une déclaration, l’ambassade « a noté avec inquiétude qu’une conclusion hâtive a été faite en Israël en ce qui concerne la fausse attaque chimique ».

« La vérité est qu’il n’y a aucune preuve d’attaque chimique à Douma », peut-on lire dans la déclaration, qui représente une nouvelle indication des tensions croissantes entre Moscou et Jérusalem.

Israël a rejoint lundi la quasi-totalité de la communauté internationale en « condamnant fermement » le régime du président Bashar al-Assad pour l’attaque de samedi contre la ville tenue par les rebelles dans la région de la Ghouta orientale, en Syrie. Plus de 40 personnes ont été tuées par l’attentat à la bombe, y compris de nombreux enfants.

« Le régime syrien continue à perpétrer des crimes contre l’humanité en utilisant ces armes hors-la-loi », a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« La dernière attaque fait suite à une longue série d’attaques similaires avec des armes chimiques perpétrées par le régime alors même qu’Assad avait entrepris de désarmer la Syrie de telles armes. L’attaque montre clairement que la Syrie possède toujours un arsenal d’armes chimiques létales et peut même en fabriquer de nouvelles. »

Dans une longue déclaration publiée sur les réseaux sociaux, l’ambassade russe à Tel Aviv a soutenu qu’il n’y avait aucune preuve d’attaque chimique à Douma.

« Selon le personnel médical du seul hôpital opérationnel de Douma, personne n’est venu ou a été amené avec des symptômes d’intoxication au gaz sarin ou au chlore. Les corps de personnes prétendument empoisonnées n’ont pas été découverts. Les résidents, les rebelles et les médecins n’ont aucune information sur les tombes de ‘corps’ présumés », lit-on dans la déclaration.

Moscou a longtemps mis en garde contre les « provocations » à Douma, a noté l’ambassade, faisant référence aux responsables de la défense russe qui soutiennent depuis longtemps que les rebelles étaient susceptibles de lancer une fausse attaque chimique afin d’inciter la communauté internationale à condamner le régime.

« Les conclusions hâtives concernant Douma contribuent aux attaques contre la Russie et la Syrie, poursuivies par certains gouvernements occidentaux, qui rapprochent le monde et la région d’un seuil dangereux », conclut la déclaration.

Les tensions entre Moscou et Jérusalem ont été importantes au cours des dernières semaines, bien que Jérusalem se soit abstenue d’expulser des diplomates russes à la suite de l’affaire Skripal, dans laquelle le Kremlin est accusé d’avoir empoisonné un ex-espion vivant au Royaume-Uni.

Lundi, la Russie a publiquement condamné Israël pour une frappe aérienne sur un site militaire syrien.

Le lendemain, l’envoyé d’Israël à Moscou, Gary Koren, a été convoqué au ministère russe des Affaires étrangères afin qu’il apporte des éclaircissements.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...