Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Moscou réprimande l’envoyé israélien pour les propos de son ambassadeur à Kiev

Le Kremlin accuse Michael Brodsky de "blanchir" les complices nazis ukrainiens, alors que Jérusalem fait face à de vives critiques de la part de Moscou et de Kiev

Photo d'illustration : La police russe devant l'ambassade israélienne à Moscou, le 18 septembre 2018 (Crédit : AFP / Vasily MAXIMOV)
Photo d'illustration : La police russe devant l'ambassade israélienne à Moscou, le 18 septembre 2018 (Crédit : AFP / Vasily MAXIMOV)

L’envoyé spécial d’Israël à Moscou a été convoqué par le ministère des Affaires étrangères russe à la suite d’une prise de bec concernant des propos tenus par l’ambassadeur d’Israël en Ukraine.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères russe a déclaré avoir convoqué le chargé d’affaires israélien Ronen Kraus pour déposer une plainte concernant des propos tenus la semaine dernière par l’ambassadeur en Ukraine Michael Brodsky. Ce dernier aurait déclaré comprendre pourquoi de nombreux Ukrainiens vénéraient d’anciens collaborateurs nazis pour leur lutte contre l’Union soviétique.

Le communiqué souligne que le « blanchiment » de tels personnages est inacceptable et que la Russie et Israël ont collaboré dans le passé pour « rejeter toute tentative de réécrire l’Histoire », en condamnant ceux qui font l’éloge des collaborateurs nazis dans le but « d’encourager les sentiments russophobes ».

La semaine dernière, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russe, Maria Zakharova, a accusé Brodsky de « glorifier le nazisme. »

« Si, de l’avis de Brodsky, Kiev a le droit d’avoir des héros comme ça, alors c’est un problème pour le ministère des Affaires étrangères israélien », a ajouté Zakharova.

Interrogé sur la rencontre de mardi, le ministère des Affaires étrangères d’Israël a renvoyé à son communiqué de la semaine dernière qui faisait suite aux propos de Zakharova : « Il n’y a aucun changement dans la politique d’Israël, qui est totalement opposée et rejette la glorification des criminels qui ont collaboré avec les nazis pour assassiner des Juifs », avait alors déclaré le porte-parole du ministère, Lior Haiat. « Aucune des parties ne devrait faire la leçon à l’État d’Israël, au ministère des Affaires étrangères israélien ou à ses diplomates sur l’importance de préserver la mémoire de la Shoah ou de lutter contre les distorsions historiques. »

La réunion a eu lieu à un moment où Israël est confronté à des critiques virulentes de la part de Moscou et de Kiev, tandis qu’il tente de maintenir des liens avec ces deux pays qui restent engagés dans un conflit acharné.

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à droite, s’entretenant avec l’ambassadeur d’Israël en Ukraine, Michael Brodsky, après être descendu du train à Kiev, le 16 février 2023. (Crédit : Lazar Berman/Times of Israel)

Jérusalem a été fustigée pour sa décision de continuer à collaborer avec la Russie après son invasion de l’Ukraine, ainsi que pour son refus de fournir une aide militaire à Kiev. Israël soutient depuis le début de l’offensive qu’il doit maintenir le contact avec Moscou afin de coordonner les activités en Syrie, et souligne l’envoi d’aide médicale et humanitaire répétée à l’Ukraine depuis le début de la guerre.

En début de semaine, l’ambassadeur ukrainien en Israël, Evgen Korniychuk, avait en effet émis une critique cinglante de la politique israélienne, l’accusant d’adopter « une position clairement pro-russe ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.