Municipales en France : nouveaux tags antisémites, menaces et insultes
Rechercher

Municipales en France : nouveaux tags antisémites, menaces et insultes

Des croix gammées ont été découvertes sur les affiches électorales des candidats Hanna Sebbah et Agnès Buzyn (LREM) et Francis Szpiner, Claude Goasguen et Rachida Dati (LR) à Paris

Une affiche électorale de Francis Szpiner, Claude Goasguen et Rachida Dati (LR), taguée d’une croix gammée, dans le 16e arrondissement parisien. (Crédit : Claude Goasguen / Twitter)
Une affiche électorale de Francis Szpiner, Claude Goasguen et Rachida Dati (LR), taguée d’une croix gammée, dans le 16e arrondissement parisien. (Crédit : Claude Goasguen / Twitter)

Plusieurs candidats aux élections municipales françaises, qui se tiendront ces 15 et 22 mars, ont récemment été la cible d’insultes et de graffitis à caractère antisémite sur leurs affiches de campagne.

Ces récentes dégradations ont été découvertes dans le 16e arrondissement parisien, sur les affiches des candidats Hanna Sebbah et Agnès Buzyn (LREM) et Francis Szpiner, Claude Goasguen et Rachida Dati (LR).

Plusieurs candidats ont réagi sur les réseaux sociaux.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, a elle aussi condamné les dégradations antisémites.

Alexandre Saada, candidat LREM au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis) a également eu l’une de ses affiches barrée de deux croix gammées.

« Il s’agit d’une véritable agression antisémite à mon encontre et à celle de mes colistiers. Cet acte de vandalisme antisémite a été découvert avec effroi ce lundi par un militant. Il vient de m’être rapporté et doit être connu », a-t-il expliqué. Il ajoute avoir déposé plainte.

À Lyon, le candidat LREM pour le 8e arrondissement, Charles-Franck Lévy, a lui été la cible jeudi dernier de menaces de mort et d’insultes antisémites.

Le site LyonMag a rapporté ce mardi que l’agresseur n’était autre qu’un candidat aux élections municipales de Vaulx-en-Velin, qui lui reprochait de ne pas l’avoir inclus à sa liste. Hakim Tetah, 56 ans, qui avait déjà des antécédents judiciaires, candidat en 3e position sur la liste Mouvement Citoyen de Nadir Farah, aurait été ivre au moment des faits. Après avoir obtenu le renvoi de son procès afin de pouvoir préparer sa défense, l’homme a vu sa détention provisoire être convertie en contrôle judiciaire. Il doit comparaitre au tribunal le 15 avril, un mois après les élections auxquelles il est toujours candidat.

Déjà, à plusieurs reprises, des candidats avaient déploré des dégradations haineuses sur leurs locaux ou leurs affiches de campagne.

En janvier, Guillaume Rouger, candidat à LREM à la mairie d’Evreux, avait porté plainte après avoir découvert de nombreux messages faisant référence aux nazis sur et autour de sa permanence.

Les inscriptions indiquaient : « Le Reich en marche », « Nazi », « Macron assassin » ou encore « Ici collabos », et des croix nazis formant le message « LREM » avaient été collées.

À Vanves, des croix gammées avaient été dessinées sur le visage du secrétaire d’Etat Gabriel Attal sur des affiches de campagne.

Des dégradations ont également été commises au Puy-en-Velay, où la permanence LREM a été vandalisée avec des croix gammées détournées.

À Clermont-Ferrand, des inscriptions « Palestine vaincra » et « À bas Israël » avaient été découvertes sur la permanence du candidat LREM.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...