Netanyahu a proposé à Bruxelles de l’aide en lutte anti-terroriste
Rechercher

Netanyahu a proposé à Bruxelles de l’aide en lutte anti-terroriste

Après les attentats mortels, le Premier ministre israélien dit que le terrorisme ne fait pas de distinction entre les pays ; les deux dirigeants conviennent de se rencontrer bientôt

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, le 25 octobre 2015 (Crédit : Alex Kolomoisky / Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu à la réunion hebdomadaire du gouvernement à Jérusalem, le 25 octobre 2015 (Crédit : Alex Kolomoisky / Pool)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a parlé mardi soir au téléphone avec le Premier ministre belge Charles Michel, et lui a présenté ses condoléances pour les familles des victimes des attentats mortels de Bruxelles et proposé l’aide israélienne pour combattre le terrorisme.

Une série d’explosions revendiquées par le groupe Etat islamique a retenti mardi à l’aéroport de Bruxelles et dans le métro de la ville, tuant environ 35 personnes dans le dernier attentat déclenchant le carnage au cœur de l’Europe.

Selon un communiqué du bureau du Premier ministre, Netanyahu a déclaré à son homologue belge que le terrorisme ne faisait pas de distinction entre les pays.

Il a présenté ses condoléances aux familles des victimes, et « offert l’aide d’Israël et sa coopération dans la guerre contre le terrorisme. »

Le Premier ministre belge, Charles Michel, le 17 mars 2016, à Bruxelles (Crédit : AFP PHOTO / JOHN THYS)
Le Premier ministre belge, Charles Michel, le 17 mars 2016, à Bruxelles (Crédit : AFP PHOTO / JOHN THYS)

Les deux dirigeants ont convenu de se rencontrer bientôt.

Plus tôt mardi, Netanyahu avait lié la vague d’attaques terroristes en Israël depuis octobre au terrorisme mondial dans un discours donné par satellite devant le public de la conférence politique de l’AIPAC.

Des attentats de Bruxelles à Paris, en passant par Tel Aviv, a déclaré Netanyahu, « les terroristes n’ont pas de griefs solubles ». « Ce n’est pas comme si nous pouvions leur offrir Bruxelles, ou Istanbul, ou la Californie, ou même la Cisjordanie », a-t-il déclaré.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...