Rechercher

Netanyahu demande l’abandon du projet de loi sur l’immunité parlementaire

Miki Zohar souhaitait faire adopter une loi qui amenderait les lois sur l'immunité parlementaire, afin que les mises en examen ne soient ordonnées qu'après accord de la Knesset

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau à Jérusalem le 14 octobre 2018. (Ohad Zwigenberg/Yedioth Ahronoth/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau à Jérusalem le 14 octobre 2018. (Ohad Zwigenberg/Yedioth Ahronoth/Pool/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré mardi à un député du Likud de classer sans suite un projet de loi qui l’aurait protégé des poursuites.

Le député Miki Zohar souhaitait faire adopter une loi qui amenderait les lois portant sur l’immunité parlementaire, afin que les mises en examen ne soient ordonnées qu’après accord de la Knesset, revenant ainsi à une pratique annulée il y a douze ans, sous prétexte qu’elle protégeait le élus corrompus et criminels.

« Netanyahu ne veut pas de ce projet et a demandé à Zohar de ne pas le soumettre », a fait savoir le Likud. « Le Premier ministre sait qu’il n’y aura pas de mise en examen parce qu’il n’y a rien » contre lui.

Netanyahu fait l’objet d’enquêtes dans trois affaires de corruption distinctes, impliquant des suspicions d’acceptation de cadeaux et d’accords de quid pro quo.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...