Netanyahu : Israël cartographie les zones à annexer en Cisjordanie
Rechercher

Netanyahu : Israël cartographie les zones à annexer en Cisjordanie

Le Premier ministre insiste sur le fait que le processus "ne prendra pas beaucoup de temps", et ne précise pas si cet effort est mené de concert avec les Etats-Unis

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'un événement de campagne du Likud au Centre de conventions internationales de Jérusalem, le 21 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'exprime lors d'un événement de campagne du Likud au Centre de conventions internationales de Jérusalem, le 21 janvier 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a annoncé, samedi, qu’Israël avait commencé à cartographier certains secteurs à annexer en Cisjordanie, semblant encore une fois prendre ses distances face à la promesse de procéder rapidement à la mise en place de la souveraineté israélienne dans les zones concernées suite à la publication du plan de paix du président américain Donald Trump.

« Nous avons déjà amorcé le processus de cartographie des territoires qui, selon le plan de Trump, vont intégrer l’Etat d’Israël », a-t-il déclaré lors d’un événement de campagne du Likud qui était organisé dans l’implantation de Maale Adumim, samedi soir.

« Cela ne prendra pas beaucoup de temps et nous terminerons cela », a ajouté Netanyahu qui n’a pas donné de détails.

Immédiatement après l’annonce par Trump du contenu de sa proposition de paix au conflit israélo-palestinien – une annonce faite lors d’une cérémonie organisée à la Maison Blanche, le 28 janvier, à laquelle avait assisté Netanyahu – le Premier ministre avait dit aux journalistes qu’il prévoyait de présenter son plan d’annexion de la vallée du Jourdain et des implantations de Cisjordanie à l’approbation du cabinet dans les jours suivants.

Détail de la carte conceptuelle de la Vision pour la paix publiée par l’administration Trump, le 28 janvier 2020.

Si l’ambassadeur américain au sein de l’Etat juif Israel David Friedman avait initialement fait part du soutien américain à une annexion immédiate de la part d’Israël, le conseiller de la Maison Blanche et artisan du plan, Jared Kushner, avait clairement établi le jour suivant que l’administration Trump désirait que Netanyahu attende au moins la formation d’un nouveau gouvernement israélien, à l’issue des élections nationales du 2 mars.

Kushner a indiqué jeudi qu’il faudrait probablement « deux mois » pour terminer le travail sur les cartes détaillées de Cisjordanie avant qu’Israël ne soit en capacité d’annexer les implantations et la Vallée du Jourdain.

S’exprimant devant les journalistes aux Nations unies, Kushner a précisé que lui-même et son équipe annonceraient rapidement la formation d’une commission américano-israélienne qui serait chargée de transformer la « carte conceptuelle » présentée dans le plan en carte détaillée avec pour objectif de garantir la possibilité de conserver un « territoire contigu » pour un Etat palestinien.

Il faudrait « deux mois » pour que ces équipes techniques réalisent une carte, a déclaré Kushner, qui a expliqué que pendant ce temps, lui et son équipe consulteraient les gouvernements du Moyen-Orient et européens pour expliquer davantage le contenu de la proposition de paix.

Netanyahu n’a pas établi clairement, samedi, si ce travail de cartographie était mené en coordination avec les Etats-Unis. Il n’a pas précisé si la commission avait été par ailleurs mise sur pied.

« Il y a beaucoup, beaucoup de territoires et cela ne prendra pas beaucoup de temps », a-t-il clamé.

Netanyahu a insisté sur le fait que l’administration Trump soutiendrait ses plans d’annexion, ce que son parti du Likud a qualifié de « déclaration particulièrement importante ».

« Ne vous y trompez pas : Le président Trump nous suivra là-dedans », a-t-il dit.

Le Premier ministre a également affirmé que lui seul pouvait garantir la reconnaissance américaine de la souveraineté israélienne sur la vallée du Jourdain et les implantations de Cisjordanie.

« Je n’ai pas confiance en Benny Gantz [à la tête de Kakhol lavan] », a-t-il clamé, se référant à son adversaire politique.

Gantz a, de son côté, rencontré Trump à la fin du mois dernier et il a fait part de son soutien à la proposition américaine. Il a promis de faire appliquer la souveraineté israélienne et d’annexer certains secteurs de Cisjordanie s’il doit devenir Premier ministre à l’issue du prochain scrutin « en coordination avec la communauté internationale ».

Le président américain Donald Trump rencontre le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz à la Maison Blanche à Washington, le 27 janvier 2020 (Crédit : Elad Malka)

Suite à sa promesse initiale, Netanyahu s’est retenu d’établir un calendrier pour l’annexion et il a vivement recommandé à ses partisans réunis mardi lors d’un événement de campagne de l’aider à être réélu, disant qu’une victoire permettrait à son parti du Likud d’obtenir l’approbation pour la mise en oeuvre du plan de paix de Trump.

Ces propos ont semblé reconnaître que l’annexion ne serait pas d’actualité avant le scrutin national.

Netanyahu aurait néanmoins dit aux chefs d’implantations, jeudi, qu’il travaillait encore à un certain degré d’annexion avant les élections, selon les participants à cette réunion.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...