Netanyahu : la mort de Khashoggi est « atroce » ; la stabilité saoudienne prime
Rechercher

Netanyahu : la mort de Khashoggi est « atroce » ; la stabilité saoudienne prime

En Bulgarie, le Premier ministre a dit que le rôle de Ryad dans la lutte contre l'Iran doit continuer ; et que la réputation d'Israël dans le monde est en "hausse"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la conférence gouvernementale hebdomadaire au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 28 octobre 2018. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Yedioth Ahronoth/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu dirige la conférence gouvernementale hebdomadaire au cabinet du Premier ministre à Jérusalem, le 28 octobre 2018. (Crédit : Ohad Zwigenberg/Yedioth Ahronoth/Flash90)

Dans ses premières déclarations publiques sur l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi au consulat saoudien d’Istanbul, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré vendredi que si le meurtre était « atroce », il fallait néanmoins maintenir la stabilité dans le royaume arabe.

« Ce qui s’est passé au consulat d’Istanbul est épouvantable et devrait être dûment traité. Mais en même temps, il est très important pour la stabilité de la région et du monde que l’Arabie saoudite reste stable », a-t-il déclaré lors d’une visite à Varna, en Bulgarie.

« Je pense qu’il faut trouver un moyen d’atteindre ces deux objectifs. Parce que le problème le plus vaste, je crois, c’est l’Iran, et nous devons veiller à ce que l’Iran ne poursuive pas ses activités malveillantes des dernières semaines en Europe », a-t-il déclaré.

« Nous avons dévoilé deux attentats terroristes, l’un à Paris et l’autre à Copenhague, organisés par les services secrets iraniens. Le blocus de l’Iran est en tête de nos priorités en matière de sécurité, non seulement pour Israël, mais aussi, je crois, pour l’Europe et le monde entier ».

Le prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, arrive à la conférence Future Investment Initiative à Ryad, la capitale saoudienne, le 24 octobre 2018. (Crédit : Giuseppe Cacace/AFP)

Les déclarations de M. Netanyahu surviennent au lendemain d’un article publié dans le Washington Post indiquant qu’il avait récemment exhorté la Maison Blanche à maintenir son soutien au Prince héritier Mohammed ben Salmane face aux critiques grandissantes concernant le meurtre de Khashoggi.

Netanyahu a déclaré aux responsables de l’administration Trump que ben Salmane était un partenaire stratégique clé et un pilier de l’alliance contre l’invasion iranienne dans la région, selon le Post.

Des responsables israéliens ont confirmé le rapport du Post sur le site d’informations Ynet.

Le dirigeant israélien s’était auparavant abstenu de se prononcer publiquement sur l’assassinat par des agents saoudiens de Khashoggi, journaliste et opposant du régime, dans le consulat. L’assassinat a suscité de vives critiques à l’égard de Ryad dans le monde entier.

M. Netanyahu a également déclaré vendredi que son invitation à une réunion de quatre dirigeants des Balkans était un signe de l’amélioration de la position internationale d’Israël.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu (à droite), rencontre le Premier ministre grec Alexis Tsipras à Varna, Bulgarie, le 2 novembre 2018 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Netanyahu était en Bulgarie pour le Forum de Craiova, qui réunit les dirigeants de Bulgarie, Roumanie, Serbie et Grèce. Il a rencontré vendredi chacun des dirigeants séparément.

Dans un communiqué publié après les réunions, le Premier ministre a indiqué : « C’est la première fois qu’ils invitent un leader en dehors de ces quatre pays pour y participer. C’est un grand honneur pour Israël, et cela reflète le statut croissant d’Israël dans le monde. »

Il a ajouté que les quatre dirigeants lui avaient promis « qu’ils chercheront à améliorer leur vote sur les questions nous concernant à l’Union européenne et à l’ONU ». Il a également indiqué que les quatre pays étaient très intéressés par les réserves de gaz naturel d’Israël ainsi que par la technologie israélienne.

La Roumanie assurera la présidence tournante du Conseil de l’Union européenne, l’un des principaux organes législatifs de l’Union européenne, entre janvier et juin l’année prochaine.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), rencontre le Premier ministre roumain Viorica Dancila à Varna, Bulgarie, le 2 novembre 2018 (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Israël travaille avec la Grèce et Chypre à la construction d’un gazoduc qui fournira du gaz de la Méditerranée orientale à l’Europe.

Le projet de gazoduc EastMed pourra transporter jusqu’à 20 milliards de mètres cubes de gaz par an. Les besoins d’importation de gaz de l’Europe devraient augmenter de 100 milliards de mètres cubes par an d’ici 2030.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...