Netanyahu menace d’un autre confinement après de « graves » craintes sur le virus
Rechercher

Netanyahu menace d’un autre confinement après de « graves » craintes sur le virus

Suite à l'augmentation des cas de COVID-19, Gantz dit que la réponse ne devrait pas être "hystérique" ; un rapport recommande de limiter les rassemblements à l'extérieur

Des inspecteurs parlent à un homme sans masque dans la ville de Safed, dans le nord d'Israël, le 15 juin 2020. (David Cohen/Flash90)
Des inspecteurs parlent à un homme sans masque dans la ville de Safed, dans le nord d'Israël, le 15 juin 2020. (David Cohen/Flash90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a averti dimanche qu’Israël pourrait être contraint à un nouveau confinement contre le coronavirus, citant de « graves prédictions », un jour après qu’une fuite d’un rapport d’un groupe de travail militaire a prédit des milliers de nouveaux cas et des centaines de morts si les autorités ne prennent pas des mesures immédiates pour ralentir la propagation du virus.

Un nouveau rapport du même groupe du renseignement militaire et du ministère de la Santé, divulgué dimanche, met en garde contre les taux élevés de contamination par le coronavirus dans les espaces clos.

Israël a vu le nombre de nouveaux cas de COVID-19 continuer à augmenter de près de 300 par jour, ce qui a conduit le ministère de la Santé à donner dimanche l’ordre aux hôpitaux du pays de se préparer à rouvrir leurs services de traitement du coronavirus.

« Si nous ne changeons pas notre comportement en ce qui concerne le port de masques et le maintien de la distance, nous nous imposerons à nous-mêmes un nouveau confinement », a déclaré M. Netanyahu au début de la réunion hebdomadaire du gouvernement.

« Toutes les prédictions qui m’ont été présentées sont graves. Nous devons aplatir la courbe immédiatement », a déclaré le Premier ministre.

Benjamin Netanyahu, (à droite), et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 21 juin 2020. (Marc Israel Sellem/POOL)

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’est également exprimé lors de la réunion du cabinet, déclarant que la réponse à la flambée des contaminations ne doit pas être « hystérique », car cela « paralyserait l’économie ».

Le ministère de la Santé a déclaré dimanche matin qu’il y avait eu 20 686 cas au total depuis le début de la pandémie, dont 4 716 cas actuellement actifs. Plus de 200 personnes ont été hospitalisées à partir de dimanche, dont 43 patients dans un état grave et 28 personnes sous respirateur.

Les diagnostics ont augmenté régulièrement au cours des dernières semaines et ces derniers jours, les chiffres ont oscillé entre 200 et 300 cas par jour, après avoir été ramenés à une vingtaine de cas par jour en mai, après deux mois de restrictions strictes qui ont entraîné la fermeture des entreprises et des écoles et empêché un grand nombre de personnes de se déplacer à plus de quelques centaines de mètres de chez elles.

Les directeurs de plusieurs ministères devaient rencontrer dimanche les membres du Conseil national de sécurité afin de discuter des mesures à prendre pour endiguer la nouvelle épidémie. La Douzième chaîne a rapporté, sans citer de sources, que le ministère des Finances profiterait de cette réunion pour faire pression en faveur d’une meilleure application de la loi et d’amendes pour les personnes ne portant pas de masque facial, ainsi que des mesures concentrées contre les entreprises bafouant les règles de distanciation, plutôt que d’un nouveau confinement.

Le ministère insisterait également sur l’amélioration des tests de dépistage du coronavirus.

Des personnes portant des masques marchent à Jérusalem, le 16 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Malgré cette augmentation, le gouvernement a donné vendredi le feu vert à l’organisation d’événements culturels pouvant accueillir jusqu’à 250 personnes avec certaines restrictions.

Le gouvernement a averti à plusieurs reprises le public de continuer à respecter les consignes de distanciation sociale et d’hygiène, craignant qu’un relâchement des attitudes ne favorise une nouvelle accélération de la propagation du virus. Les dirigeants ont indiqué qu’ils sont opposés à un nouveau confinement national, mais qu’ils demanderont des bouclages locaux sur tous les points chauds qui émergeront.

Jeudi, le gouvernement a voté un bouclage partiel des quartiers de deux villes bédouines du nord du Néguev.

Rester à l’extérieur

Un rapport du Centre national d’information et de connaissance sur le coronavirus (Coronavirus National Information and Knowledge Center), publié dimanche, a signalé que les espaces fermés ont considérablement augmenté le risque de contamination et a recommandé de limiter les grands rassemblements aux espaces extérieurs, selon le radiodiffuseur public Kan.

Le groupe de travail a annoncé une augmentation des amendes pour le non port de masque facial, et a recommandé de placer des barrières physiques entre les personnes dans les zones fermées.

Il a demandé aux autorités de se concentrer sur l’éducation du public aux dangers des rassemblements dans des espaces clos.

Le centre rend compte au gouvernement et est géré par l’unité de renseignement militaire de l’armée israélienne, mais il est censé travailler avec le ministère de la Santé,

Un précédent rapport du groupe de travail, qui a fait l’objet d’une fuite samedi, avertissait qu’Israël pourrait bientôt connaître des milliers de nouvelles contaminations par le coronavirus par jour et des centaines de décès si des mesures immédiates ne sont pas prises pour contenir la reprise de la pandémie.

Dr. Hagai Levine. (Capture d’écran : YouTube)

Cependant, un épidémiologiste de haut niveau a remis en question ces résultats, alors que l’armée israélienne et le ministère de la Santé prenaient tous deux leurs distances par rapport à ces prévisions alarmantes.

Le Dr Hagai Levine, président de l’Association israélienne des médecins de santé publique et épidémiologiste à la Braun School of Public Health and Community Medicine de l’Université hébraïque de Jérusalem, a critiqué le rapport comme « non professionnel », affirmant que le groupe de travail était composé principalement de fonctionnaires de l’armée et ne comprenait pas d’épidémiologistes.

« Je connais les professionnels du Centre de connaissances sur le coronavirus », a-t-il déclaré. « Ce sont des gens du renseignement, pas des épidémiologistes dont c’est le travail.

« Il est peu professionnel et peu sérieux que des rapports épidémiologiques sortent des services de renseignements militaires sans la signature de [nom de personne] – en tout cas pas un professionnel du domaine concerné.

Selon le site d’information Walla, Tsahal et le ministère de la Santé ont tous deux nié avoir la responsabilité du groupe de travail après la publication du rapport, chacun affirmant que l’autre organisme le supervise.

Des employés du Magen David Adom portant des vêtements de protection désinfectent leur ambulance après avoir pris soin d’un patient atteint d’une possible infection du coronavirus, le 14 avril 2020. (Nati Shohat/Flash90)

Mais le Dr Gili Regev-Yochay, directrice de l’unité d’épidémiologie des maladies infectieuses du centre médical de Sheba, a exprimé son soutien au rapport, déclarant à la Douzième chaîne qu’il était « très précis et très inquiétant ».

Mme Regev-Yochay a critiqué la conduite du gouvernement et de la population face à l’augmentation du nombre de cas, affirmant que la réouverture si rapide du pays « a peut-être été une erreur ».

Elle a ajouté : « Nous pouvons voir aujourd’hui où les choses nous mèneront dans trois semaines… nous ne sommes pas suffisamment préparés ».

Et elle a réitéré les inquiétudes d’autres responsables de la santé ces derniers jours, selon lesquelles si la première vague de la maladie avait des foyers évidents, ce n’était plus le cas pour les nouvelles contaminations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...