Rechercher

Nir Hefetz : mon interrogatoire était « plus une persécution qu’une enquête »

La Cour visionne des extraits montrant l'immense pression et les menaces auxquelles Nir Hefetz a dû faire face lors de son interrogatoire avant de devenir un témoin de l'État

Nir Hefetz à son arrivée au tribunal de district de Jérusalem, le 1er décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Nir Hefetz à son arrivée au tribunal de district de Jérusalem, le 1er décembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Entamant sa troisième semaine à la barre, un témoin clé de l’accusation, dans le procès de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré lundi que son interrogatoire au lendemain de son arrestation, avait été ressenti davantage comme une persécution que comme une enquête.

« Ma confiance dans le fait qu’il s’agissait d’une enquête réelle et sérieuse, sans considérations étrangères, était proche de zéro », a déclaré l’ancien porte-parole et confident de la famille Netanyahu, Nir Hefetz, à la cour au cours du troisième jour de son contre-interrogatoire.

« Je pensais que c’était plus une persécution qu’une enquête. J’ai vu la quantité de ressources et de pouvoirs et les méthodes draconiennes », a-t-il déclaré, alors que l’équipe de défense de l’ancien Premier ministre poursuivait ses efforts pour saper la portée du témoignage de Nir Hefetz, arguant que les déclarations faites sous la contrainte ne devraient pas être retenues par la loi.

La cour a visionné des extraits de l’interrogatoire de Hefetz, au cours duquel les enquêteurs lui ont dit qu’il devait penser à sa famille et à la possibilité qu’il ne puisse pas les voir pendant longtemps, en fonction de ses décisions.

« Parfois, tu dois faire des choix qui peuvent blesser les autres », ont dit les enquêteurs à Hefetz. « Il est important que vous sachiez et considériez toutes les options que vous avez. La famille, les amis, les personnes qui sont importantes pour vous. »

« Votre fils obtiendra un grade [dans l’armée] et vous ne serez pas là. Votre fille finira son diplôme et vous ne serez pas là. Pensez à vos enfants. Pense à ta femme », a-t-on dit à Hefetz.

Nir Hefetz arrive à la Cour de district de Jérusalem, le 30 novembre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans un autre extrait des interrogatoires, Hefetz a été averti qu’il risquait de prendre un mauvais tournant dans ses déclarations.

« Vous voulez rentrer chez vous en toute sécurité. Tu te souviens des soldats qui sont entrés dans Jénine ? Même lorsque vous utilisez Waze, vous pouvez vous rendre dans des endroits où vous ne vouliez pas aller », a-t-on prévenu Hefetz, en référence à un incident de 2018 au cours duquel deux soldats ont été attaqués après avoir suivi l’application GPS et être entrés dans la ville de Cisjordanie. « Tel que cela se présente, je peux vous dire honnêtement que votre questionnement ne vous mène pas là où vous voulez aller ».

La première partie de l’audience de lundi s’est déroulée à huis clos car elle portait sur des questions couvertes par une ordonnance restrictive, relative à des informations privées sur les pressions exercées sur Hefetz lors de son interrogatoire.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et Nir Hefetz, à gauche, lorsqu’il était à la tête de l’administration d’information nationale, arrivent à la réunion hebdomadaire de cabinet au bureau du Premier ministre de Jérusalem, le dimanche 27 décembre 2009 (Crédit : Yossi Zamir/Flash 90)

La semaine dernière, Nir Hefetz a déclaré au tribunal que les enquêteurs de la police l’avaient menacé de détruire ses relations avec les membres de sa famille s’il ne dénonçait pas son ex-patron.

« La menace était claire. Si je ne donnais pas une version [qu’ils recherchaient], ils détruiraient ma famille. Cela a été dit des dizaines de fois », a déclaré Hefetz.

Hefetz avait également indiqué que son accès à la nourriture et aux soins médicaux était extrêmement limité pendant sa détention par la police et qu’à un moment donné, il a même craint pour sa vie.

Néanmoins, Hefetz a déclaré la semaine dernière que malgré la forte pression, son témoignage est « sans équivoque la vérité. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...