Nouvelle implantation : Ayrault dénonce des « provocations »
Rechercher

Nouvelle implantation : Ayrault dénonce des « provocations »

Le chef de la diplomatie française déplore l'annonce de la nouvelle implantation pour les évacués d'Amona et appelle à la création d'un état palestinien

Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères, devant les Nations Unies à New York le 19 septembre 2016. (Crédit : AFP/Timothy A. Clary)
Jean-Marc Ayrault, ministre français des Affaires étrangères, devant les Nations Unies à New York le 19 septembre 2016. (Crédit : AFP/Timothy A. Clary)

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a déploré lundi à Luxembourg des « provocations » après que le gouvernement israélien a donné son feu vert à une nouvelle implantation en Cisjordanie la semaine dernière.

« Nous assistons aujourd’hui à une reprise de la colonisation », a déclaré M. Ayrault en rendant compte d’une réunion des chefs de la diplomatie de l’Union européenne avec le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit.

« C’est encore une nouvelle fois ces derniers jours de très mauvaises nouvelles, on pourrait même dire des provocations », a estimé le ministre français.

« Il est donc important que le monde sache qu’il (…) n’y aura pas de paix au Moyen-Orient si on ne traite pas aussi ce conflit qui ne cesse de durer au Proche-Orient, c’est-à-dire en redonnant un espoir en créant enfin cet Etat palestinien », a-t-il insisté.

« C’est une question de justice. Il faut arrêter de décevoir cette aspiration à la justice qui passe par deux Etats. L’Etat d’Israël bien sûr, qui existe et qu’il faut protéger, préserver, mais aussi un Etat palestinien qui doit être constitué et qui doit donner un espoir à toute sa population », a poursuivi le chef de la diplomatie française.

Le cabinet de sécurité israélien a donné jeudi soir son feu vert à la construction d’une nouvelle implantation en plein cœur de la Cisjordanie, la première établie par Israël depuis plus de 25 ans, malgré la réprobation internationale et l’appel de l’administration Trump à réfréner la construction dans les implantations.

Cette décision a été prise à la demande du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui voulait créer une implantation pour reloger les habitants juifs d’Amona, un avant-poste de Cisjordanie démoli en février sur décision de la justice israélienne.

Démantèlement par le ministère de la Défense de l'avant-poste illégal d'Amona, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2017. (Crédit : conseil d'Amona)
Démantèlement par le ministère de la Défense de l’avant-poste illégal d’Amona, dans le centre de la Cisjordanie, le 6 février 2017. (Crédit : conseil d’Amona)

Il s’agit de la première annonce par un gouvernement israélien d’une nouvelle implantation depuis 1991.

La construction et l’extension d’implantations israélienne rognent les territoires sur lesquels serait créé un Etat palestinien ou compromet la continuité territoriale, donc la viabilité d’un tel Etat.

Les implantations israéliennes sont illégales au regard du droit international.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...