Rechercher

Nucléaire iranien: Téhéran juge la politique américaine « contradictoire »

Washington doit "permettre aux pays de la région d'agir selon leurs propres valeurs, intérêts et réalités", a dit un ministre iranien

Le président américain Joe Biden, à gauche, dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche à Washington, le 25 juin 2022 ; le président iranien Ebrahim Raisi, à droite, lors d'une session du parlement à Téhéran, le 25 août 2021. (Crédits : AP Photo/Pablo Martinez Monsivais, ; AP Photo/Vahid Salemi)
Le président américain Joe Biden, à gauche, dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche à Washington, le 25 juin 2022 ; le président iranien Ebrahim Raisi, à droite, lors d'une session du parlement à Téhéran, le 25 août 2021. (Crédits : AP Photo/Pablo Martinez Monsivais, ; AP Photo/Vahid Salemi)

L’actuelle politique américaine menée envers l’Iran est « en contradiction » avec la volonté affichée du président Joe Biden de relancer l’accord sur le nucléaire, a indiqué mardi le ministère iranien des Affaires étrangères, avant la visite de Joe Biden au Moyen-Orient.

« Les déclarations répétées de Joe Biden sur la poursuite de la politique de pression économique et diplomatique contre l’Iran est en contradiction avec la volonté de l’administration américaine de vouloir relancer l’accord nucléaire de 2015 », a affirmé dans un communiqué le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères Nasser Kanani.

Il faisait notamment référence aux propos de Joe Biden dans une tribune publiée samedi par le Washington Post.

« Mon administration va continuer à accroître la pression diplomatique et économique jusqu’à ce que l’Iran soit prêt à revenir au respect de l’accord, tout comme je suis prêt à le faire », a écrit le président américain.

M. Biden doit débuter mercredi en Israël sa première tournée au Moyen-Orient, qui le mènera aussi en Cisjordanie occupée et en Arabie saoudite, depuis son arrivée à la Maison Blanche en janvier 2021.

Depuis avril 2021, des discussions, sous l’égide de l’Union européenne (UE), sont menées pour réintégrer les Etats-Unis à l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne et ramener l’Iran au respect intégral de ses engagements en la matière.

A la suite du retrait en 2018 des Etats-Unis de l’accord et le rétablissement des sanctions, Téhéran s’est progressivement affranchi de ses obligations.

Des pourparlers indirects ont eu lieu fin juin à Doha entre les Etats-Unis et l’Iran, par l’intermédiaire de l’UE, pour tenter de débloquer les négociations mais n’ont permis « aucun progrès » selon Washington.

Les déclarations de Joe Biden sont « partiales et non réalistes », a indiqué M. Kanani. Les responsables américains veulent la « stabilité et sécurité dans la région ouest de l’Asie (…) Ils devraient comprendre les nouvelles réalités mondiales et éviter d’imposer les valeurs américaines et leur unilatéralisme ».

Les Etats-Unis doivent « permettre aux pays de la région d’agir selon leurs propres valeurs, intérêts et réalités dans le cadre d’une coopération régionale pour assurer leur propre sécurité et leurs intérêts collectifs », a ajouté le ministre iranien.

L’Iran a fait état ce week-end de nouvelles avancées techniques concernant l’enrichissement d’uranium, poursuivant le développement de son programme nucléaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...