NYC: des Juifs hassiques tenus à distance d’un projet immobilier ?
Rechercher

NYC: des Juifs hassiques tenus à distance d’un projet immobilier ?

Réclamant 100 M de dollars de compensation, les plaignants ont demandé au tribunal fédéral d'annuler les refus de permis de construire pour des projets déjà approuvés

Des travaux de construction au Greens de Chester développement à Chester, New York, août 2018. (Google Maps)
Des travaux de construction au Greens de Chester développement à Chester, New York, août 2018. (Google Maps)

Les promoteurs d’un projet immobilier dans le sud-est de New York ont poursuivi en justice des officiels de la ville pour avoir tenté d’empêcher le développement du projet pour éviter l’arrivée de Juifs hassidiques dans le secteur.

La plainte, déposée plus tôt ce mois-ci par les promoteurs de The Greens à Chester devant un tribunal fédéral à White Plains dans New York, affirme que les résidents de la ville et du quartier et des officiels ont tenté d’empêcher le développement du projet pour s’opposer à un afflux de Juifs ultra-orthodoxes.

La plainte inclut des liens vers des vidéos et des déclarations faites lors de réunions publiques et privées pour étayer leur demande, selon le Times Herald Record.

Les promoteurs ont demandé au tribunal d’annuler les refus de permis de construire par la ville pour des maisons qui respectent des projets approuvés. Ils ont aussi réclamé 80 millions de dollars en dommages et intérêts, 20 millions de dollars de pénalités, et une compensation pour une propriété qui a été acquise par la ville, selon le journal.

Greens à Chester, un projet immobilier de 431 logements construits sur un site de 445 000 mètres carrés, vise principalement la communauté juive ultra-orthodoxe avec près de 3 000 personnes.

Alex Jamieson, alors superviseur de Chester, a déclaré au Times Herald-Record en septembre 2018 que les résidents locaux craignaient que la communauté voisine hassidique de Kiryas Joel n’arrive dans la ville, ce qui explique pourquoi ils achètent des grands lots de terrain disponibles dans la ville.

Les plaignants ont acheté le site pour 12,1 millions en octobre 2017.

Le projet de 431 maisons avait été approuvé par le Comité d’urbanisme de la ville quatre ans plus tôt.

Des officiels de la municipalité ont rencontré les nouveaux acheteurs à deux reprises pour transformer le projet résidentiel en un centre commercial, promettant d’accorder « un permis très rapidement », a annoncé le Times Herald Record.

Le lendemain, la ville a proposé d’acheter la propriété tout d’abord pour 20 millions de dollars, puis pour 30 millions de dollars, montrant son « grand désespoir pour garder les juifs hassidiques à distance de Chester », pouvait-on lire dans le document juridique, cité par le journal.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...