Paris, Berlin, Madrid, Rome et Londres appellent Israël à épargner Khan al-Ahmar
Rechercher

Paris, Berlin, Madrid, Rome et Londres appellent Israël à épargner Khan al-Ahmar

Après des années de bataille judiciaire, la Cour suprême israélienne a donné son feu vert à la démolition du village bédouin

Un garçon traverse le village bédouin de Khan al-Ahmar, près de l'autoroute Jérusalem-Mer Morte, le 13 avril 2018. (Yaniv Nadav / Flash90)
Un garçon traverse le village bédouin de Khan al-Ahmar, près de l'autoroute Jérusalem-Mer Morte, le 13 avril 2018. (Yaniv Nadav / Flash90)

La France, l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie et le Royaume-Uni ont appelé Israël à renoncer à détruire un village bédouin, en Cisjordanie.

L’appel conjoint des cinq pays européens, publié sur Internet par leurs services diplomatiques, intervient alors que ce village, situé près de Jérusalem, peut être démoli à partir de mercredi à minuit (mardi 21H00 GMT), suivant une autorisation de la Cour suprême israélienne.

Ils disent se joindre à la cheffe de la diplomatie de l’Union européenne, Federica Mogherini, « pour appeler de nouveau le gouvernement israélien à ne pas donner suite à son plan de démolition de ce village, y compris de son école, et de déplacement de ses résidents ».

« Les conséquences qu’une démolition et qu’un déplacement auraient sur les résidents de cette localité, notamment sur leurs enfants, ainsi que sur les perspectives de la solution des deux États, seraient très graves », écrivent-ils.

Après des années de bataille judiciaire, la Cour suprême israélienne a donné la semaine dernière son feu vert à la démolition, après sept jours, de Khan al-Ahmar, village de tôle et de toile où vivent environ 200 bédouins en Cisjordanie occupée.

Pour les organisations hostiles à cet acte, ainsi que pour l’Union européenne ou l’ONU, l’affaire dépasse largement Khan al-Ahmar : d’après elles, l’avenir de milliers d’autres bédouins de Cisjordanie est en jeu.

Elles craignent que la destruction de Khan al-Ahmar n’ouvre la voie à de nouvelles constructions dans un secteur stratégique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...