Pas de condamnation américaine après l’annonce des constructions en Cisjordanie
Rechercher

Pas de condamnation américaine après l’annonce des constructions en Cisjordanie

Le Conseil de sécurité nationale se félicite de la volonté de Jérusalem de prendre en considération les préoccupations de Washington au sujet de la construction en Cisjordanie

Le président américain Donald Trump serre la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, le 5 mars 2018 (AFP Photo / Mandel Ngan)
Le président américain Donald Trump serre la main du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans le bureau ovale de la Maison-Blanche, le 5 mars 2018 (AFP Photo / Mandel Ngan)

Les Etats-Unis ont évité de condamner l‘approbation par Israël de milliers de logements en Cisjordanie mercredi, insistant plutôt sur le fait qu’il « salue » l’engagement de Jérusalem à prendre en considération les préoccupations des Etats-Unis concernant sa politique au sujet des implantations.

« Le gouvernement israélien a clairement indiqué qu’à l’avenir, son intention est d’adopter une politique concernant les implantations qui tienne compte des préoccupations du président. Les États-Unis s’en réjouissent », a déclaré un porte-parole du Conseil national de sécurité au Times of Israel.

« Le président a clairement exprimé sa position sur les nouvelles activités concernant les implantations, et nous encourageons toutes les parties à continuer à travailler pour la paix », a ajouté le responsable américain.

La position de la Maison-Blanche sur les implantations a considérablement changé depuis que l’ancien président Barack Obama a quitté son poste au début de 2013. Contrairement à sa politique « pas une seule brique », qui s’opposait à toute construction au-delà des lignes de 1967, son successeur Donald Trump a adopté une approche moins conflictuelle.

Début des travaux de l’implantation d’Amichai, destinée aux évacués de l’avant-poste d’Amona, le 20 juin 2017. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’ancien magnat de l’immobilier a exprimé à plusieurs reprises son point de vue selon lequel les implantations sont « inutiles » et a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de « faire preuve de retenue sur les implantations ».

Cependant, la Maison-Blanche a également évité de critiquer un projet en particulier parmi les dizaines dont la construction a été approuvée au cours de la première année et demie de mandat de Trump.

En mars 2017, Netanyahu a annoncé une nouvelle politique concernant les implantations, proclamant que son gouvernement respectait les préoccupations de Trump au sujet de la construction débridée.

Les représentants du Cabinet du Premier ministre de l’époque ont déclaré que la nouvelle approche comprend des restrictions auto-imposées qui « limiteront considérablement l’expansion des implantations au-delà de celles qui existent déjà ».

Selon l’ONG de gauche La Paix Maintenant, au moins 1 500 des unités de logement annoncées mercredi « sont clairement en dehors des zones bâties » de leurs localités respectives. Les cartes de plusieurs des projets approuvés montrent qu’ils sont destinés à des quartiers qui ne sont pas contigus aux implantations déjà existantes.

Sur les 1 957 logements autorisés par le sous-comité de la haute planification de l’administration civile, 696 ont obtenu l’approbation finale pour la construction, tandis que 1 262 ont franchi une étape de planification antérieure connue sous le nom de « dépôt ».

Environ la moitié des logements envisagés seront situés dans des implantations isolées, en dehors des blocs d’implantation qui, selon la plupart des dirigeants israéliens, continueront à faire partie de l’État juif dans tout accord de paix avec les Palestiniens.

Néanmoins, le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis a insisté sur le fait que « l’administration [Trump] est fermement engagée dans la poursuite d’une paix globale entre Israéliens et Palestiniens ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...