Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Patrick Haddad, élu maire de Sarcelles

Ancien adjoint à l'éducation, le candidat socialiste est le 3e maire à diriger la ville depuis le départ de François Pupponi en août 2017

Patrick Haddad, maire de Sarcelles, a rendu hommage à son grand-père, Juif venu de Tunisie. Ici en 2011 lors de la campagne électorale. (Crédit : capture d'écran Alain Assouline/Dailymotion)
Patrick Haddad, maire de Sarcelles, a rendu hommage à son grand-père, Juif venu de Tunisie. Ici en 2011 lors de la campagne électorale. (Crédit : capture d'écran Alain Assouline/Dailymotion)

Mercredi 5 décembre dernier, Patrick Haddad (PS) est devenu le nouveau maire de Sarcelles, le 3e à succéder à ce poste depuis août 2017, date du départ de François Pupponi.

Haddad, qui a été élu par le Conseil municipal à 34 voix contre 9 face à David Grandon, candidat de La République en Marche, a d’ores et déjà annoncé sa candidature pour l’élection municipale de 2020.

Âgé de 45 ans, Patrick Haddad a dédié sa première pensée, raconte Le Parisien, à son « grand-père paternel, le premier ascendant à avoir obtenu la nationalité française en Tunisie ».

Après le départ de François Pupponi, qui a laissé vacant le siège de premier édile pour raison de non-cumul des mandats, deux autres maires ont quitté ce poste : « le socialiste Nicolas Maccioni n’aura passé que sept mois dans le fauteuil de maire (de septembre 2017 à fin mars 2018) avant de démissionner pour raisons personnelles, détaille Le Parisien.

Son successeur, l’élue communiste Annie Péronnet, n’était guère resté plus longtemps (de fin mars à novembre 2018), avant de rendre à son tour son écharpe tricolore pour raisons de santé ».

François Pupponi à Pierrefitte-sur-Seine le 12 février 2015 (Crédit : Chris93/CC SA 4.0)

A noter que François Pupponi qui est resté député (DVG) du Val-d’Oise, a été renvoyé fin novembre 2018 devant la justice pour « abus de biens sociaux » et « faux et usage de faux », soupçonné d’avoir utilisé indûment la carte bancaire d’une société d’économie mixte dans une affaire vieille de plus de dix ans, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat.

Le député, ancien maire (PS) de Sarcelles, est soupçonné d’avoir utilisé à des fins personnelles la carte de crédit de SEM Chaleur, la société chargée du chauffage de quelque 40 000 Sarcellois, alors qu’il en était président.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.