Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Paul Rudd rend « Ant-Man » (un peu) plus amusant

Les excellentes performances des acteurs vedettes, dont Michael Douglas et Michelle Pfeiffer, ne suffisent pas à sauver le dernier Marvel sorti le 16 février

  • Paul Rudd et Kathryn Newton dans une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
    Paul Rudd et Kathryn Newton dans une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
  • 
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania". (Crédit : Marvel)
    
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania". (Crédit : Marvel)
  • 
Paul Rudd dans le rôle d'Ant-Man dans une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
    
Paul Rudd dans le rôle d'Ant-Man dans une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
  • 
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania". (Crédit : Marvel)
    
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania". (Crédit : Marvel)
  • 
Michelle Pfeiffer dans le rôle de Janet Pym dans une séquence de "Ant-Man and the Wasp : Quantumania". (Crédit : Marvel)
    
Michelle Pfeiffer dans le rôle de Janet Pym dans une séquence de "Ant-Man and the Wasp : Quantumania". (Crédit : Marvel)
  • 
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
    
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
  • 
Paul Rudd et Kathryn Newton dans une séquence de "Ant-Man and the Wasp : Quantumania. (Crédit : Marvel)
    
Paul Rudd et Kathryn Newton dans une séquence de "Ant-Man and the Wasp : Quantumania. (Crédit : Marvel)
  • 
Jonathan Majors dans le rôle de Kang dans une séquence de "Ant-Man and the Wasp : Quantumania. (Crédit : Marvel)
    
Jonathan Majors dans le rôle de Kang dans une séquence de "Ant-Man and the Wasp : Quantumania. (Crédit : Marvel)
  • 
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)
    
Une séquence de "Ant-Man et la Guêpe : Quantumania. (Crédit : Marvel)

NEW YORK – Il y a beaucoup de choses qui apparaissent à l’écran dans « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania », et beaucoup de choses laissent les spectateurs légèrement perplexes. Mais une chose fait que ce film se démarque, du moins pour moi. C’est le seul film de super-héros auquel je pense qui repose sur le fait que deux hommes juifs sympathiques sont de bons pères.

Dans la saga « Ant-Man », les héros sont petits et les enjeux le sont aussi. Ce sont les films les moins incontournables de l’énorme Marvel Cinematic Universe, ce mastodonte de la culture qui a commencé en 2008 et qui semble subsister. Paul Rudd – Ant-Man – rappelle fréquemment qu’il a contribué à sauver le monde, mais en tant que membre des « Avengers ». Il est également toujours confondu avec Spider-Man, ce qui est totalement compréhensible.

Dans les deux premiers opus (« Ant-Man » de 2015 et « Ant-Man et la Guêpe » de 2018), le réalisateur Peyton Reed s’est appuyé sur l’absurdité visuelle d’un super-héros microscopique, en concevant des séquences d’action sur des trains miniatures et des gratte-ciel transportés sous forme de bagages. Malheureusement, ce dynamisme ludique du point de vue « grand puis petit puis grand » est en grande partie perdu dans son dernier opus, et remplacé par une gadoue peu impressionnante, générée par ordinateur.

Les créatures et les costumes que notre bande trouve dans le « royaume quantique » (dont nous parlerons très rapidement) sont superbes, dans le style original de « Star Wars » ou de « Tron », et l’histoire laisse entrevoir la possibilité d’un film de série B (ou, dans le cas de tous ces insectes, d’un « film d’abeilles ») comme « Voyage au centre de la Terre ». Mais la seconde moitié de « Quantumania » prend la décevante décision de jouer tout cela avec un absolu sérieux. Le film finit par être confus (un péché) et ennuyeux (un péché encore plus grand).

Mais concentrons-nous sur les points positifs. Paul Rudd, le Juif du Midwest le plus adorable d’Hollywood, est de retour dans le rôle de Scott Lang, un ancien cambrioleur qui, grâce à une technologie innovante et à son désir d’aider les gens, sauve souvent la mise en tant qu’Ant-Man. Il peut rétrécir (jusqu’à la taille d’une fourmi), ce qui s’est avéré à maintes reprises plus utile qu’on ne le pense. À ses côtés se trouve Hope Van Dyne (Evangeline Lilly), sa meilleure amie, qui fait la même chose que la guêpe – sauf qu’elle peut aussi voler, alors qu’Ant-Man doit chevaucher une fourmi !

Ces miracles de la science ont été créés par le père de Hope, le Dr. Hank Pym, joué par le Juif américain (et partisan d’Israël) Michael Douglas. Le personnage de Douglas est devenu de plus en plus loufoque au fil des films, utilisant sa science défiant les lois de la physique pour agrandir les pizzas afin d’économiser quelques dollars, et prononçant des répliques comme « j’aime les fourmis ! » comme s’il traînait avec George Costanza et Kramer – de la série Seinfeld.

Aux côtés de Hank se trouve sa femme, Janet (Michelle Pfeiffer), qui, si je puis me permettre, a toujours l’air terriblement sexy alors qu’elle a largement dépassé l’âge requis par l’AARP. Elle gagne beaucoup de points pour avoir à dire certaines des choses les plus gauches du Techno bulletin, et réussit à le faire avec un visage sérieux. Enfin, Kathryn Newton joue le rôle de Cassie, la fille de Scott.

Une séquence de « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania ». (Crédit : Marvel)

Ces cinq-là (tous des scientifiques et des aventuriers) sont aspirés dans le royaume quantique. L’idée, je pense, est qu’ils se trouvent à l’intérieur d’un atome, mais une fois qu’ils y sont, nous comprenons que ce n’est autre que l’endroit où Janet a été piégée durant des années. On pourrait penser que si l’on peut devenir si incroyablement petit, au point de pouvoir voyager dans un atome, et le fait qu’il y a une quasi-infinité d’atomes autour de nous à tout moment, ce ne serait pas le même petit endroit. Mais je suppose qu’il y a des choses que nous ignorons encore sur les royaumes des dimensions supérieures (j’ai essayé, oh, j’ai essayé de comprendre le livre L’Univers élégant du physicien juif américain Brian Greene mais je n’ai pas réussi), donc le film nous présente l’étrange (et mal éclairé) Rhode Island avec son propre ensemble de créatures et de méchants.

En gros, notre équipe se rend à Oz et rencontre les habitants, qui sont pour la plupart des créatures inventées à l’apparence bizarre. « Hé, ce type ressemble à un brocoli ! », s’écrie Michael Douglas, en mode père de l’année. Et il a raison. Il y a un type qui ressemble à un brocoli. Plus tard, ils volent tous dans un vaisseau spatial qui ressemble à une paramécie, mettant leurs mains dans de la bave pour faire voler l’engin. C’est génial et les enfants devraient adorer.

Michelle Pfeiffer dans le rôle de Janet Pym dans une séquence de « Ant-Man and the Wasp : Quantumania ». (Crédit : Marvel)

L’exploration de ce nouveau monde dans toute la splendeur des dessins animés du samedi matin est vraiment agréable, surtout avec le sémillant Paul Rudd au centre de toute l’action. Sa motivation première est simple : il veut protéger sa fille. Celle-ci est, bien sûr, assez âgée pour se forger sa propre identité, possède son propre costume amélioré par la technologie Pym. Le fait que ces deux-là apprennent à se regarder en face donne lieu à une histoire émotionnelle fragile ; c’est cucul et prévisible, mais Rudd est un interprète tellement génial qu’il est difficile de le condamner outre mesure.

Ce que l’on peut (et devons) condamner, c’est la pratique continue de Marvel qui consiste à mettre fin au film que vous êtes en train de regarder pour faire de la pub pour le prochain épisode. L’histoire rapide « comment nos héros vont-ils rentrer chez eux ? » prend un lent détour tandis qu’un nouveau méchant, Kang (Jonathan Majors), erre l’air sombre. Imaginez le Kylo Ren d’Adam Driver dans les derniers films « Star Wars », puis enlevez-lui toute personnalité ou motivation – et vous obtenez Kang.

Jonathan Majors dans le rôle de Kang dans une séquence de « Ant-Man and the Wasp : Quantumania. (Crédit : Marvel)

C’est dommage, car j’ai vu Majors dans d’autres films (comme le prochain « Magazine Dreams ») et il est très bon. Mais il n’a rien à faire ici, si ce n’est nous endormir avec ses dialogues paresseux et confus. Je ne sais vraiment pas ce qu’il veut faire, à part tuer. Et je ne sais pas pourquoi. Je m’en fiche éperdument d’ailleurs. Le film n’est pas assez bon pour que je m’en soucie.

Mais le film est assez bon pour que j’apprécie les effets de créatures cool et les charmes de ses acteurs principaux. Je ne pense pas que vous devriez dépenser votre argent durement gagné pour le voir en salle, mais le regarder en streaming d’ici environ trois mois n’est pas un mauvais compromis. Il pourrait même rendre fier Hank Pym, qui compte chaque cents.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.