Peine légère pour un policier qui avait frappé un ado américano-palestinien
Rechercher

Peine légère pour un policier qui avait frappé un ado américano-palestinien

Tariq Abu Khdeir avait été battu lors de manifestations après l'assassinat de son cousin Mohammed par des extrémistes juifs

La mère de Tariq Abou Khdeir (le cousin de l'adolescent tué) montre une image de son fils qui aurait été battu par la police israélienne à Jérusalem-Est le 5 juillet 2014 (Crédit photo: Ahmad Gharabli / AFP)
La mère de Tariq Abou Khdeir (le cousin de l'adolescent tué) montre une image de son fils qui aurait été battu par la police israélienne à Jérusalem-Est le 5 juillet 2014 (Crédit photo: Ahmad Gharabli / AFP)

Un tribunal de Jérusalem a condamné mercredi à une peine de 45 jours de travaux d’intérêt public assortie d’une peine de prison de quatre mois avec sursis un agent de la police des frontières israélienne, qui avait été filmé en train de frapper un adolescent américano-palestinien lors d’une manifestation violente en juillet 2014.

La porte-parole de la police Louba Samri a confirmé jeudi la condamnation du policier dont le nom n’a pas été divulgué.

Bien que la juge Dana Cohen-Lekach du tribunal de Jérusalem ait dit qu’il n’y avait « ni de nécessité ni justification » pour la force utilisée par l’agent contre Tariq Abu Khdeir, la Cour a pris en compte les excuses de l’agent, son absence de casier judiciaire et son service pour le pays dans des circonstances difficiles, selon Haaretz.

Le parquet avait requis une peine de prison de sept mois pour le passage à tabac du jeune Tariq Abu Khdeir de 15 ans.

L’avocat d’Abu Khdeir, Mohammad Mahmoud, a déclaré que le verdict, qui a été prononcé mercredi, était une sanction « extrêmement légère » qui « donne les mains libres (à la police). »

L’adolescent d’origine palestinienne résidant Tampa, en Floride, rendait visite à sa famille à Jérusalem en juillet dernier, lorsque son cousin Mohammed Abu Khdeir a été enlevé et brûlé à mort par des extrémistes juifs.

Cet assassinat, qui a été commis en représailles à l’enlèvement et à l’assassinat de trois jeunes juifs un mois auparavant, a suscité des semaines d’émeutes dans la capitale et a déclenché une série d’événements qui ont conduit à l’opération militaire israélienne contre le Hamas dans la bande de Gaza l’année dernière.

Alors que la police a affirmé que Abou Khdeir était armé d’un lance-pierre et avait participé activement aux heurts, lui et sa famille ont toujours nié toute implication directe. L’adolescent avait été placé en résidence surveillée pendant neuf jours avant d’être autorisé à rentrer aux États-Unis.

Une vidéo amateur montre l’agent de la police des frontières donnant des coups de pieds et des coups de poing à l’adolescent après qu’il avait déjà été menotté.

Suite à la conclusion d’une enquête interne de la police, le ministère de la Justice avait déclaré en septembre que l’enquête a conclu qu’ « aucune preuve de la culpabilité du policier soupçonné de crimes violents graves n’avait été trouvée. »

Le policier a signé un accord de négociation de peine dans lequel il a reconnu les accusations portées contre lui et a été jugé pour agression d’un mineur par le tribunal de Jérusalem.

Israël a abandonné en janvier toutes les accusations contre Abu Khdeir pour sa participation présumée aux heurts de juillet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...