Pologne : la justice donne raison aux anciens soldats de l’Armia Krajowa
Rechercher

Pologne : la justice donne raison aux anciens soldats de l’Armia Krajowa

ZDF doit présenter ses excuses auprès de l'AK pour avoir "suggéré que cette organisation militaire avait le caractère antisémite"

Les élèves ont planché autour du thème de "la négation de l’Homme dans l’univers concentrationnaire nazi". Ici, un mirador le long d'une clôture de barbelés sur le site du mémorial de l'ancien camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, à la veille du 70e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi à Oswiecim, le 26 janvier 2015. (Crédit : Odd Andersen/AFP)
Les élèves ont planché autour du thème de "la négation de l’Homme dans l’univers concentrationnaire nazi". Ici, un mirador le long d'une clôture de barbelés sur le site du mémorial de l'ancien camp de concentration d'Auschwitz-Birkenau, à la veille du 70e anniversaire de la libération du camp d'extermination nazi à Oswiecim, le 26 janvier 2015. (Crédit : Odd Andersen/AFP)

La Cour d’appel de Cracovie, en Pologne, a validé mardi la décision antérieure de la justice condamnant la chaîne allemande ZDF à publier des excuses auprès des anciens résistants anti-nazis bouleversés par la série « Nos mères, nos pères » (Unsere Mutter, unsere Vater).

La justice polonaise a été saisie de l’affaire par un ancien résistant, Zbigniew Radlowski, 96 ans, soutenu par l’organisation mondiale des anciens soldats de l’Armia Krajowa (Armée nationale, AK), la principale formation de la résistance polonaise contre l’occupation nazie.

ZDF doit présenter ses excuses auprès de l’AK pour avoir « suggéré que cette organisation militaire avait le caractère antisémite », selon la décision de la Cour de Cracovie, citée par l’agence PAP.

La chaîne allemande doit diffuser ses excuses sur les ondes en Pologne et en Allemagne, et les afficher pendant trois mois sur son site internet.

ZDF avait fait l’appel de la décision du tribunal de première instance en 2018. La chaîne a rappelé à l’époque avoir déjà réagi cinq ans auparavant à la critique de certains passages et expliqué que « la représentation de personnages polonais ne constituait en aucun cas une minimisation de faits historiques ni de la responsabilité des Allemands ».

La série en trois épisodes raconte l’histoire de cinq jeunes Allemands, entre 1941 et 1945. L’un des héros, Viktor, est un juif allemand qui réussit à fuir pendant son transfert vers le camp de la mort d’Auschwitz-Birkenau, installé par l’Allemagne nazie dans la Pologne occupée, et à rejoindre des résistants polonais de l’AK.

Les soldats de l’AK, une organisation forte de près de 400 000 membres pendant la Seconde Guerre mondiale, y sont dépeints comme des antisémites invétérés, ce qui a suscité une vague de protestations en Pologne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...