Pour faire pression sur le Hamas Abbas va licencier 6 145 employés de l’AP à Gaza
Rechercher

Pour faire pression sur le Hamas Abbas va licencier 6 145 employés de l’AP à Gaza

Le porte-parole de Ramallah explique qu'il s'agit d'une "stratégie nationale" visant à contraindre le groupe terroriste du Hamas à céder le contrôle de l’enclave palestinienne

Dov Lieber est le correspondant aux Affaires arabes du Times of Israël

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un discours le deuxième jour du 7ème Congrès du Fatah en Cisjordanie, dans la ville de Ramallah, le 30 novembre 2016 (Crédit : AFP / Abbas Momani)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas pendant un discours le deuxième jour du 7ème Congrès du Fatah en Cisjordanie, dans la ville de Ramallah, le 30 novembre 2016 (Crédit : AFP / Abbas Momani)

L’Autorité palestinienne a “envoyé en retraite anticipée” 6 145 employés de la bande de Gaza mardi. Cette mesure s’inscrit dans une stratégie visant à contraindre le groupe terroriste du Hamas a céder le contrôle de l’enclave palestinienne.

« Cette mesure, les mesures précédentes et toutes les mesures qui seront prises dans ce cadre sont temporaires, et sont liées à l’abandon de la division [palestinienne] par le Hamas », a déclaré le porte-parole du gouvernement à Ramallah, Yusuf al-Mahmoud, dans un communiqué à l’agence de presse officielle de l’AP, Wafa.

Depuis le mois d’avril, l’AP a mis en place une série de dures mesures destinées à forcer le Hamas à céder le contrôle de l’enclave côtière, qu’elle a pris des mains du Fatah lors de violents conflits en 2007. Ces mesures se manifestent notamment par la baisse du flux d’électricité de 35 %, la réduction des salaires du gouvernement ainsi que l’assistance médicale fournie dans la bande de Gaza.

Mahmoud a déclaré que le licenciement de ces employés faisait partie de la « stratégie nationale pour mettre fin à la division et mettre en œuvre la vision du président Mahmoud Abbas de dissoudre la Commission administrative » et permettre au gouvernement palestinien d’endosser ses responsabilités dans l’enclave et de se préparer à des élections générales.

Le Hamas a créé la Commission administrative en mars afin d’asseoir son pouvoir à Gaza.

Le porte-parole du gouvernement de l’AP a ajouté que le Hamas récolte « des centaines de millions de shekels mensuellement, qu’il ne reverse pas dans la trésorerie du gouvernement, et que parallèlement, l’AP alloue plus de 450 millions de shekels par mois » à Gaza.

Au début du mois d’avril, Abbas a réduit d’un tiers les salaires de dizaines de milliers d’employés du gouvernement pré-Hamas à Gaza, qui ont été payés pour rester chez eux depuis 10 ans.

Dans une déclaration mardi le Hamas a dénoncé ces licenciements, qu’il a décrit comme une décision « immorale, inhumaine et qui n’a rien à voir avec les dissensions ».

Le groupe terroriste a assuré que cette mesure faisait partie d’un projet mené par Abbas pour « résoudre la question palestinienne dans la lignée du projet sioniste-américain ».

Les salaires ont été versés afin de garantir la loyauté envers Abbas, mais ont par inadvertance, encouragé le Hamas en injectant des fonds dans l’économie fragile de Gaza.

L’annonce des licenciements surgit alors qu’il se pourrait qu’un nouveau gouvernement serait sur le point de se former entre le Hamas et Mohammad Dahlane, le rival d’Abbas au sein du Fatah.

Mohammad Dahlane en 2006. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)
Mohammad Dahlane en 2006. (Crédit : Michal Fattal/Flash90)

Dahlane est un ancien chef du Hamas et homme de pouvoir à Gaza, qui a été expulsé des Territoires palestiniens par Abbas en 2011. Il était également considéré comme persona non grata par le Hamas et expulsé lors du coup d’état qui a permis au groupe terroriste islamiste de prendre le pouvoir dans la bande de Gaza il y a 10 ans.

Mais selon le dirigeant du Hamas Ahamd Yusuf, après des entretiens entre Dahlane, les dirigeants du Hamas et les renseignements égyptiens au début du mois de Juin, un accord de réconciliation est en cours.

Yusuf, qui s’est confié au quotidien jordanien al-Ghad lundi, dit que l’accord entre Dahlane et le Hamas verrait la création d’une nouvelle « commission de direction » à Gaza.

Yusuf a ajouté que Samir Mashrawi, considéré comme le bras droit de Dahlane, est attendu à Gaza dans les prochains jours.

Avi Issacharoff a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...