Pour Naftali Bennett, Netanyahu « a peur » des terroristes
Rechercher

Pour Naftali Bennett, Netanyahu « a peur » des terroristes

Le chef de HaYamin HaHadash a critiqué le Premier ministre pour sa gestion sécuritaire, l'appelant à tenir sans attendre sa promesse de démolir les maisons des terroristes

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le ministre israélien de l'Education Naftali Bennett à la CoP, à Jérusalem, le 18 février 2019 (Crédit :  Hadas Parush/Flash90)
Le ministre israélien de l'Education Naftali Bennett à la CoP, à Jérusalem, le 18 février 2019 (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Le chef de HaYamin HaHadash Naftali Bennett a accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’avoir peur d’agir fermement contre les terroristes palestiniens lundi, quelques heures après que deux soldats ont été grièvement blessés dans un attentat à la voiture-bélier.

Après que le Premier ministre a réclamé la démolition rapide des habitations des assaillants palestiniens, Naftali Bennett a accusé Netanyahu, qui est également ministre de la Défense, de trop s’inquiéter de l’opinion publique et de céder au chantage des groupes terroristes.

« Cessez d’avoir peur des terroristes », s’est exclamé le ministre de l’Education.

« Au lieu de faire de grandes déclarations dans les médias, lancez donc les démolitions. Les terroristes ne craignent pas les déclarations d’intention reprises sur les sites internet, ils craignent en revanche les bulldozers D9 sur leurs maisons familiales ».

Il a ajouté que l’habitation d’Arafat Irfayia, un Palestinien de 29 ans soupçonné du viol et du meurtre de l’adolescente israélienne Ori Ansbacher, était encore intacte malgré la promesse faite par Netanyahu de sa destruction rapide.

Le domicile d’Irfaiya, qui aurait avoué avoir commis le crime mais qui n’a pas encore été inculpé, a été cartographié trois jours après la mort de la victime, le 7 février. Israël utilise les démolitions de maison comme moyen de dissuasion et de représailles contre les auteurs d’attentats.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...