Poutine : Netanyahu ira au Kremlin pour parler sécurité
Rechercher

Poutine : Netanyahu ira au Kremlin pour parler sécurité

Rivlin a dit à Poutine que la présence d'ennemis dans le Golan était une ligne rouge, il soutient le retour des Casques bleus

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et son homologue israélien Reuven Rivlin pendant une rencontre au Kremlin, à Moscou, le 16 mars 2016. (Crédit : AFP PHOTO / POOL / MAXIM SHIPENKOV)
Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et son homologue israélien Reuven Rivlin pendant une rencontre au Kremlin, à Moscou, le 16 mars 2016. (Crédit : AFP PHOTO / POOL / MAXIM SHIPENKOV)

Israël n’autorisera pas l’Iran et le Hezbollah à s’établir sur le côté syrien du plateau du Golan, a déclaré mercredi soir à Moscou le président Reuven Rivlin à son homologue russe Vladimir Poutine.

Selon la Deuxième chaîne, le président de l’Etat israélien a transmis un message du Premier ministre Benjamin Netanyahu, disant que la présence de tels ennemis israéliens le long de la chaotique frontière syrienne était une ligne rouge pour l’Etat juif.

Haaretz a annoncé que Rivlin avait également déclaré à Poutine qu’Israël était intéressé par la reprise de la mission de maintien de le paix de l’ONU à la frontière entre les deux nations, qui a été largement abandonnée quand la guerre civile syrienne est devenue hors de contrôle.

Les deux hommes ont également discuté du retrait des troupes russes de Syrie et de la poursuite de la coordination entre Jérusalem et Moscou sur les activités militaires sur le front syrien.

Les médias israéliens ont annoncé que la rencontre était positive.

Le président Reuven Rivlin, à gauche, lors d'une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou, le 16 mars 2016 (Crédit : AFP / POOL / MAXIM SHIPENKOV)
Le président Reuven Rivlin, à gauche, lors d’une rencontre avec le président russe Vladimir Poutine au Kremlin à Moscou, le 16 mars 2016 (Crédit : AFP / POOL / MAXIM SHIPENKOV)

« Les intérêts de la Russie en Syrie sont clairs pour nous », a déclaré un haut fonctionnaire israélien anonyme à Haaretz. « Le président Poutine a parlé clairement de ses souhaits et de ses projets et le président Rivlin les transmettra au Premier ministre. »

La Deuxième chaîne a annoncé que Rivlin avait ensuite appelé Netanyahu, le ministre de la Défense Moshe Yaalon et le chef d’Etat major israélien Gadi Eizenkot.

En accueillant Rivlin mercredi à Moscou, Poutine avait déclaré que le Premier ministre Benjamin Netanyahu viendrait également rapidement en Russie pour des discussions sur le commerce et sur la sécurité régionale.

Poutine a déclaré que la Russie et Israël « ont un grand nombre de questions à discuter, liées au développement du commerce bilatéral et des relations économiques, et des questions de sécurité de la région », selon des médias russes. « J’espère que nous serons capables d’en discuter rapidement avec le Premier ministre israélien, avec qui nous avons pris des dispositions pour une rencontre », a-t-il ajouté.

Sur le sujet d’un futur sommet Poutine – Netanyahu, un officiel israélien a déclaré au Times of Israel que « au cours des derniers mois, nous avons eu des contacts réguliers avec les Russes au plus haut niveau, et que cela continuera. » L’officiel a supposé qu’une rencontre aurait bientôt lieu.

Rivlin était le premier dirigeant étranger à rencontrer Poutine depuis l’annonce du retrait surprise de Syrie de la Russie, annoncé lundi. Le président israélien a déclaré mardi qu’il interrogerait Poutine sur le retrait militaire pendant leur rencontre.

Les deux dirigeants ont salué les liens entre la Russie et Israël pendant une conférence de presse commune avant leur réunion.

« Les liens entre nos pays sont basés sur l’amitié et la compréhension mutuelle », a ajouté Poutine, selon Haaretz. « Nous avons discuté d’un certain nombre de sujets pendant notre rencontre, et nous avons également parlé au téléphone avec le Premier ministre et nous sommes accordés pour discuter à nouveau de ces sujets. »

Poutine a noté la minorité russe importante d’Israël, et a salué le tourisme croissant entre les deux pays.

Rivlin a déclaré à Poutine que les juifs n’oublieraient jamais la manière dont la Russie les a sauvés pendant la Seconde Guerre mondiale, ajoutant que « beaucoup de survivants de l’Holocauste dans le monde entier se souviennent avoir été libérés par l’Armée rouge. »

« Aujourd’hui, nous devons faire face à la terreur et au fondamentalisme », a ajouté Rivlin, qui a appelé à une plus grande coopération bilatérale entre les deux pays dans divers domaines.

Les deux dirigeants devaient avoir une courte rencontre privée avant un dîner de travail, les deux évènements étaient fermés à la presse.

Mardi, Rivlin avait déclaré qu’il comptait discuter des implications de désengagement militaire soudain de la Russie de la guerre civile syrienne.

« Nous ne voulons pas que l’Iran et le Hezbollah ressortent renforcés de tout ce processus », avait déclaré mardi Rivlin aux journalistes pendant son vol vers la Russie. « Tout le monde convient que l’organisation de l’Etat islamique est un danger pour le monde entier mais l’islam fondamentaliste chiite iranien est pour nous tout aussi dangereux ».

Un haut fonctionnaire israélien avait déclaré mardi que bien qu’Israël comprenne les intérêts de la Russie dans la région, il doit encore finir d’évaluer le retrait partiel surprise de Syrie de Poutine.

Israël a également vu avec inquiétude les informations sur la livraison imminente par Moscou de batteries de défense anti-missiles S-300 avancées à Téhéran.

Pendant le voyage de deux jours de Rivlin en Russie, qui coïncide avec le 25e anniversaire de la restauration des liens diplomatiques entre les deux pays, le président rencontrera aussi les communautés juives locales et visitera des sites culturels russes et juifs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...