Est-ce que les malheurs du Sinaï font le bonheur d’Eilat ?
Rechercher

Est-ce que les malheurs du Sinaï font le bonheur d’Eilat ?

Alors que les touristes européens annulent leur séjours à Charm el-Cheikh, la ville côtière israélienne se prépare à les accueillir

Simona Weinglass est journaliste d'investigation au Times of Israël

Dolphin Reef d'Eilat (Crédit : Dafna Tal / www.goisrael.com)
Dolphin Reef d'Eilat (Crédit : Dafna Tal / www.goisrael.com)

Alors que les agences de voyage européens annulent les séjours dans la mer Rouge d’Egypte après l’explosion suspecte d’un avion russe le 31 octobre, la ville côtière d’Eilat espère recueillir les fruits de ses annulations.

« Nous sommes en contact avec des compagnies aériennes, en particulier celles qui ont cessé de voler à l’Egypte », a expliqué Shabtai Shay, le directeur général de l’Association des Hôtels de Eilat.

Shay dit que le taux d’occupation des l’hôtels à Eilat est actuellement à 70 %, mais qu’il y a eu un ralentissement – qu’il espère être temporaire – des nouvelles réservations en raison de la situation sécuritaire.

Les touristes déçus du Sinaï pourraient aider à compenser ce manque à gagner, a poursuivi Shay, mais il est aussi réaliste.

« Les Européens qui iraient normalement au Sinaï iront en Turquie, la Jordanie ou les îles Canaries. Nous serons l’une de leurs options. Mais nous devons voir si nous pouvons être suffisamment attractif ».

Par attrayant, Shay signifie pas cher.

Une nuit dans un hôtel 5 étoiles à Charm el-Cheikh, dans la péninsule du Sinaï en Egypte, coûte environ 50 dollars. À Eilat, cela coûte environ 200 dollars.

Les touristes britanniques arrivent à l'aéroport à la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh dans la mer Rouge, le 6 novembre 2015 (Crédit : Mohamed El-Shahed / AFP)
Les touristes britanniques arrivent à l’aéroport à la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh dans la mer Rouge, le 6 novembre 2015 (Crédit : Mohamed El-Shahed / AFP)

« Pouvons-nous offrir les mêmes prix ? Non, nous ne pouvons pas. Mais nous devons voir à quel point nous pouvons faire baisser les prix ».

Nahum Kara, le directeur du marketing pour la chaîne d’hôtel Isrotel, dit qu’il a été en contact avec les voyagistes pour évoquer la possibilité de proposer Eilat comme une alternative à Charm el-Cheikh. Il avait même suggéré de faire venir quelques-uns des milliers de touristes russes bloqués dans le Sinaï à Eilat en bus et en leur permettant de repartir de chez eux d’Israël.

« Nous avons offert aux voyagistes un prix très attractif et nous attendons leur réponse ».

Pini Shani, le directeur du département d’outre-mer au ministère du Tourisme d’Israël, dit que si la sécurité dans le Sinaï continue à être précaire, Eilat recevrait probablement un petit coup de pouce en terme de touristes.

« Il y a du potentiel, mais pas un très grand nombre ».

Shani a déclaré que, même avant l’attentat de l’avion russe dans le Sinaï, environ 20 vols en provenance d’Europe devaient arriver à Eilat, chaque semaine, qui comprenaient des vols des transporteurs à bas prix des compagnies Ryanair et Pegasus.

Photo d'un hôtel à Eilat, le 1er juin 2014 (Crédit : Yossi Zeliger / flash 90)
Photo d’un hôtel à Eilat, le 1er juin 2014 (Crédit : Yossi Zeliger / flash 90)

Ceci est une amélioration par rapport aux années précédentes, lorsque Eilat n’était pas sur le radar de nombreux voyagistes. Jusqu’à récemment, l’essentiel des voyageurs d’hiver arrivant à Eilat provenaient de Russie. Cette année, les touristes qui ont réservé devrait arriver de Pologne, Hongrie, France ainsi que de la Russie.

Pour attirer les voyageurs potentiels vers le Sinaï, « nous avons parlé à des voyagistes. Ils sont sur la clôture pour voir ce qui se passe dans le Sinaï. L’hypothèse est que les choses vont revenir à la normale ».

Pourquoi est-ce que le Sinaï est si dangereux ?

Dr Ely Karmon, un chercheur principal à l’Institut international pour la lutte contre le terrorisme (ICT) à Herzliya, explique que la situation n’a rien de nouveau, que les attaques terroristes ont eu lieu régulièrement depuis les attentats de 2004 à Taba qui ont tué 34 personnes, dont 13 Israéliens et les attaques de Charm el-Cheikh en 2005 qui ont tué 83 Egyptiens et des touristes.

Presque chaque année, le bureau du contre-terrorisme d’Israël émet un avertissement contre les voyages au Sinaï. En conséquence, très peu de Juifs israéliens y vont, même si elle reste une destination populaire pour les Arabes israéliens.

Karmon explique que les insurgés radicalisés combattent le gouvernement égyptien, tuent des soldats, bombardent l’oléoduc d’Egypte et font de la contrebande d’armes et d’autres produits dans la bande de Gaza. Ils tirent également des roquettes sur Eilat. En juillet de cette année, des hommes armés affiliés à l’État islamique ont tué plus de 70 soldats et des policiers égyptiens.

Beaucoup de djihadistes dans le Sinaï sont des Bédouins locaux qui se sont radicalisés, avec des combattants étrangers, les ex-prisonniers égyptiens et les Palestiniens de Gaza. Beaucoup souffrent de chômage ainsi que d’une baisse de leur subsistance obtenue grâce à la contrebande car l’Egypte a détruit les tunnels de contrebande à Gaza.

Les débris de l'avion de ligne russe A321 une journée après que l'avion s'est écrasé à Wadi al-Zolomat, une zone montagneuse dans la péninsule du Sinaï, en Egypte, le 1er novembre 2015 (Crédit : AFP / KHALED DESOUKI)
Les débris de l’avion de ligne russe A321 une journée après que l’avion s’est écrasé à Wadi al-Zolomat, une zone montagneuse dans la péninsule du Sinaï, en Egypte, le 1er novembre 2015 (Crédit : AFP / KHALED DESOUKI)

Trois millions de Russes se sont rendus en Egypte l’année dernière.

Le crash de l’avion de ligne russe porte un coup à l’économie de l’Egypte, qui est en récession depuis l’éviction du président Hosni Moubarak en 2011, a précisé Karmon.

Mais les insurgés d’Egypte ne s’en soucient pas parce que le business de l’hôtellerie est sur la côte sud du Sinaï et sont à l’avantage de riches propriétaires d’hôtel au Caire, alors qu’ils sont situés dans le nord du Sinaï.

Karmon a précisé qu’il s’attend à une répression égyptienne sur les djihadistes, « et les Russes veulent y aller maintenant et pour les aider ».

En attendant, Eilat peut être une option plus attrayante pour ceux qui peuvent se le permettre.

« A Charm », a signalé Shay Shabtai, « vous avez la plage et la mer. Nous pouvons offrir cela et aussi Petra, la mer Morte et des excursions à Jérusalem et Massada. Je pense que nous sommes attrayants pour les touristes qui veulent davantage qu’un simple bronzage ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...