Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Près de 80 % des nouvelles start-ups israéliennes s’enregistrent aux États-Unis

Plusieurs entrepreneurs ont déclaré que ce choix était dû à la fois aux avantages économiques offerts par les Américains et à l'incertitude locale provoquée par la refonte judiciaire

Illustration : Un centre de développement high-tech à Herzliya, le 30 octobre 2020. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)
Illustration : Un centre de développement high-tech à Herzliya, le 30 octobre 2020. (Crédit : Gili Yaari/Flash90)

Environ 80 % des nouvelles entreprises israéliennes choisissent actuellement de se constituer en société aux États-Unis, en particulier dans l’État du Delaware, a rapporté mercredi l’agence de presse Reuters.

L’article cite une enquête de l’Autorité de l’Innovation israélienne (IIA), qui note que ce chiffre est en hausse de 20 % par rapport en 2022. L’IIA n’a pas précisé le nombre de sociétés interrogées.

Des entrepreneurs israéliens ont déclaré à Reuters que cette décision était motivée à la fois par les avantages économiques offerts par les États-Unis et par l’incertitude croissante causée par les efforts du gouvernement israélien pour radicalement remanier le pouvoir judiciaire.

« Le fait d’ébranler le système judiciaire place Israël dans une situation d’incertitude très élevée et les investisseurs n’aiment pas l’incertitude », a déclaré à Reuters le président de l’IIA, Ami Applebaum, qui est également scientifique en chef au ministère des Sciences, des Technologies et de l’Espace.

Toutefois, d’autres ont déclaré que la décision était purement commerciale, citant la proximité des investisseurs américains et le faible taux d’imposition des sociétés et l’absence de taxe sur les ventes dans l’État du Delaware.

À LIRE : Avec la refonte judiciaire, des Israéliens enregistrent leurs start-ups aux États-Unis

Parallèlement, l’agence a déclaré qu’une enquête menée auprès de 615 entreprises par Start-up Nation Central (SNC), une organisation à but non lucratif qui suit l’industrie high-tech israélienne, a montré que 8 % des start-ups/entreprises technologiques israéliennes avaient commencé à transférer leur siège à l’étranger, et que 29 % avaient l’intention de le faire prochainement.

« C’est un niveau d’incertitude très élevé », a déclaré Ian Amit, un entrepreneur qui est en train d’enregistrer une société de sécurité informatique dans le Delaware.

Un immeuble de bureaux de sociétés high-tech, dans le centre de Tel Aviv, le 10 novembre 2015. (Crédit : Moshe Shaï/Flash90/Dossier)

« Qui tourne principalement autour de la corruption et de l’incertitude quant au système qui me protègera en tant qu’entreprise, d’un point de vue fiscal, juridique ou de la propriété intellectuelle », a-t-il déclaré.

Tomer Tzach, PDG de l’entreprise agro-technologique CropX, a déclaré à Reuters qu’il envisageait également de déménager.

« En fin de compte, en tant que PDG, je dois faire ce qui est bon pour mes actionnaires, mes investisseurs, mon entreprise, et je me sens très mal à l’aise à ce sujet », a-t-il déclaré.

Ayal Shenhav, qui dirige le secteur des hautes technologies et du capital-risque au sein du cabinet d’avocats Gross & Co, a ajouté : « Ce n’est pas quelque chose de concret qui permet de dire ‘les juges en Israël sont corrompus’. Personne ne dit cela. C’est juste le sentiment que la situation n’est plus aussi stable qu’avant et que beaucoup de gens suivent la foule. »

Au début du mois, SNC a déclaré que le financement privé des start-ups israéliennes au cours du premier semestre 2023 a chuté à son niveau le plus bas depuis cinq ans, « l’effet boule de neige » de l’incertitude croissante entourant le remaniement judiciaire faisant des ravages dans l’écosystème technologique du pays.

Au cours des six premiers mois de l’année, les start-ups israéliennes ont levé un total de 3,9 milliards de dollars dans le cadre de cycles de financement privés, ce qui représente une baisse de 29 % par rapport au volume des fonds levés au cours du second semestre 2022 et une baisse de 67 % par rapport aux 11,9 milliards de dollars obtenus au cours de la même période l’année dernière, selon les données compilées par la base de données de start-ups Finder de SNC.

Plus inquiétant encore, l’article fait état d’une baisse de 10 % des levées de fonds d’un trimestre à l’autre entre le premier et le deuxième trimestre de cette année, alors qu’aux États-Unis, les tendances en matière de financement privé se stabilisent, comme l’indique l’article.

Les technologies de la santé et les technologies financières font partie des secteurs qui ont été les plus durement touchés au cours du premier semestre de l’année en ce qui concerne l’obtention de fonds privés, tandis que les entreprises de technologies climatiques ont attiré davantage de capitaux et que la baisse des investissements dans les entreprises de cyber-sécurité s’est stabilisée.

« L’incertitude et les changements internes en Israël ainsi que les changements économiques mondiaux s’expriment clairement dans l’activité de l’écosystème israélien et reflètent un ralentissement significatif et un reflux de l’activité », a déclaré Yariv Lotan, vice-président de SNC pour les produits numériques, le développement, les données et l’informatique décisionnelle. « Cette chute brutale s’oppose aux tendances stables en matière de financement et de capital-risque observées aux États-Unis. »

Depuis le début de l’année, les cadres du secteur de la high-tech, les fondateurs de start-ups et les employés ont été au premier plan des manifestations de masse contre les changements apportés au système judiciaire israélien par le gouvernement de coalition dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. La préoccupation est que le plan de refonte judiciaire sape le système d’équilibre des pouvoirs et le caractère démocratique d’Israël, ce qui à son tour, craint-on, menace la position de l’écosystème en tant que plaque tournante stable pour les investissements.

Des bâtiments de bureaux high-tech à Herzliya Pituach, en Israël, le 12 décembre 2015. (Crédit : Nati Shohat/Flash 90)

L’écosystème technologique israélien est un moteur de croissance essentiel pour l’économie locale, car il génère environ 16 % du PIB et plus de 50 % des exportations, et contribue à plus de 25 % de l’impôt sur le revenu total perçu par le gouvernement.

« Il est essentiel de reconnaître l’incertitude qui règne en Israël à la suite de la récente réforme judiciaire », prévient l’article. « L’effet boule de neige se fait déjà sentir avec des indicateurs tels que la diminution des levées de fonds et la baisse du nombre de start-ups israéliennes émergentes. »

En juillet, la Knesset a approuvé une loi qui accorde certains avantages fiscaux aux investisseurs dans les start-ups israéliennes, ainsi que des incitations à l’acquisition ou à la fusion avec des start-ups si la propriété intellectuelle est enregistrée en Israël et si elles ont des activités dans le pays.

Le gouvernement a déclaré que l’objectif de cette loi était de préserver Israël en tant que centre attractif pour les investissements dans les entreprises technologiques et de soutenir le développement de l’industrie. La loi a progressé au cours des deux dernières années et a été adoptée en première lecture en 2022.

Mais la Banque centrale d’Israël a récemment averti que l’incertitude croissante et prolongée constituait une menace pour le système financier et l’économie du pays.

Dans son rapport sur la stabilité financière pour le premier semestre 2023, la Banque d’Israël a présenté les défis auxquels est confronté le système financier du pays et a relevé son évaluation du niveau de risque pour l’environnement macroéconomique d’Israël de « moyen-faible » à « moyen-élevé », citant les préoccupations liées aux changements juridiques et institutionnels conduisant à un ralentissement du secteur de la high-tech et à un affaiblissement du taux de change du shekel.

La Banque centrale a expliqué que l’augmentation du niveau de risque découle également d’autres facteurs, notamment la poursuite des hausses de taux d’intérêt en raison de l’augmentation de l’inflation et des prévisions d’un ralentissement de la croissance économique locale et mondiale.

Sharon Wrobel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.