Rechercher

Procès Netanyahu : Arnon Milchan fustige « les menaces » contre sa conseillère

Le milliardaire a fait part de son dégoût face aux "incitations" contre Hadas Klein qui témoigne dans l'Affaire 1000, en lien avec les accords conclus avec l'ex-Premier ministre

Arnon Milchan pose pour les photographes à son arrivée à la première du film 'Widows', projeté au gala d'ouverture du Festival du film de Londres BFI, à Londres, le 10 octobre 2018. (Crédit : Vianney Le Caer/Invision/AP)
Arnon Milchan pose pour les photographes à son arrivée à la première du film 'Widows', projeté au gala d'ouverture du Festival du film de Londres BFI, à Londres, le 10 octobre 2018. (Crédit : Vianney Le Caer/Invision/AP)

Le milliardaire israélo-américain Arnon Milchan a fustigé les attaques des Israéliens de droite à l’encontre de sa conseillère Hadas Klein, témoin déterminante dans le procès de Benjamin Netanyahu qui a porté plainte, jeudi, contre un journaliste pour des faits de harcèlement.

Klein a témoigné, cette semaine, dans l’Affaire 1000 – dans laquelle Netanyahu est mis en examen pour fraude et abus de confiance pour avoir accepté des cadeaux luxueux de la part de Milchan et d’un autre milliardaire, James Packer, à hauteur de 691 776 shekels. L’acte d’inculpation prétend qu’en retour, l’ex-Premier ministre a aidé Milchan à régler des problèmes de visa et qu’il lui a accordé des avantages régulatoires et fiscaux en liaison avec ses intérêts commerciaux en Israël.

Un journaliste de droite, Eli Zipori, avait posté sur Twitter, jeudi dernier, une photo de l’habitation de Klein à Herzliya, accusant la conseillère « d’hypocrisie » en raison de son témoignage en cours dans le procès de Netanyahu. Même s’il est un peu flou, le cliché révèle l’adresse de son domicile privé.

La police examine actuellement la plainte déposée contre Zipori.

« Je suis dégoûté par ces incitations sauvages et débridées, par ces menaces explicites et implicites et par la diffamation de mes employés, ces employés qui travaillent avec dévouement et professionnalisme à mes côtés depuis de si nombreuses années », a dit Milchan dans une déclaration faite à la Douzième chaîne.

« Je condamne sans équivoque possible toutes les tentatives visant à les diffamer et à leur mettre la pression à tort, et je leur fais part de tout mon soutien face à de telles attaques », a-t-il poursuivi.

Hadas Klein, assistante d’Arnon Milchan, arrive à une audience du procès contre l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au tribunal de district de Jérusalem, le 5 juillet 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La chaîne a ajouté que Klein avait déclaré aux enquêteurs de police qu’elle ne ressentait rien d’autre que « du mépris » pour Zipori et que « rien ne m’empêchera de donner mon témoignage honnête et sincère ».

Dans son post, Zipori avait écrit que « Hadas Klein, qui joue la victime dans son témoignage, disant qu’elle ‘porte le fardeau familial’ et qu’elle ‘a été presque renvoyée’, vit dans une villa de Herzliya estimée à dix millions de shekels, une villa achetée en 2013 ».

Ce n’est pas la première fois que Klein est la cible de harcèlement en ligne.

Au mois de juin, elle avait été menacée par un individu qui se présentait sous le nom de Shimon Carmieli sur Twitter, qui avait publié différents messages offensants pendant des mois à l’encontre de la conseillère, écrivant par exemple : « Avec l’aide de Dieu, Klein va bientôt mourir. »

Klein, assistante des milliardaires Milchan et James Packer, a parlé pendant son témoignage devant la cour de district de Jérusalem des demandes incessantes de la part de l’ex-Premier ministre et de son épouse Sara de produits de luxe auprès de ses patrons.

Son témoignage est déterminant dans la mesure où il contredit la défense de Netanyahu, qui affirme que l’ex-Premier ministre acceptait les cadeaux « d’amis » et qu’il n’avait pas connaissance de leur importance.

Le leader de l’opposition Benjamin Netanyahu dirige une réunion de la faction du Likud à la Knesset, le 20 juin 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Mardi, Klein a raconté comment Milchan avait demandé et obtenu l’aide de Netanyahu concernant l’obtention d’un visa américain à long-terme.

Elle a indiqué que Netanyahu et son équipe avaient fait entrer en contact Milchan et le secrétaire d’État de l’époque, John Kerry, et que le milliardaire était finalement parvenu à entrer en possession d’un visa de dix ans.

En plus de l’Affaire 1000, Netanyahu doit répondre de fraude et d’abus de confiance dans deux autres dossiers, et de pots-de-vin dans l’un d’eux. Lui-même clame son innocence et affirme sans preuve que les accusations ont été fabriquées de toutes pièces dans le cadre d’une tentative ourdie par le parquet et par ses adversaires politiques pour l’écarter du pouvoir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...