Procureur d’Etat: le Commissaire à la fonction publique rejette le choix d’Ohana
Rechercher

Procureur d’Etat: le Commissaire à la fonction publique rejette le choix d’Ohana

Daniel Hershkowitz a déclaré au ministre de la Justice que cette nomination minerait la hiérarchie du ministère public car la candidate n'est pas suffisamment qualifiée

Le Commissaire à la fonction publique Daniel Hershkowitz participe à une réunion du contrôle de l'État à la Knesset, le 3 décembre 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le Commissaire à la fonction publique Daniel Hershkowitz participe à une réunion du contrôle de l'État à la Knesset, le 3 décembre 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le Commissaire à la fonction publique, professeur Daniel Hershkowitz, a informé le ministre de la Justice Amir Ohana que la candidate qu’il a choisie pour le poste de procureur d’Etat par intérim n’était pas suffisamment qualifiée pour le poste.

Rejetant l’avis du procureur-général Avichai Mandelblit et prenant le risque d’initier un affrontement avec les responsables du système judiciaire, le ministre de la Justice Amir Ohana avait annoncé plus tôt mardi qu’il avait l’intention de nommer la procureure-adjointe du District central Orly Ginsberg Ben-Ari au poste de procureur d’Etat par intérim.

Hershkowitz a déclaré à Ohana que cette nomination minerait la hiérarchie du ministère public.

Lundi, Ohana a rejeté une demande soumise par Hershkowitz qui souhaitait être consulté sur la question de la nomination du procureur d’Etat en titre.

Hershkowitz avait informé Ohana et Mandelblit que la loi exigeait qu’il soit consulté avant de désigner un procureur d’Etat.

Mais Ohana a répondu, dans un courrier, avoir d’ores et déjà débattu de la question avec lui à plusieurs reprises, et notamment au cours de deux réunions durant lesquelles les identités des candidats avaient été abordées.

L’obligation légale de consulter le commissaire a donc été « remplie et, au moment de décider de la nomination du candidat, aucun d’entre eux ne vous sera donc étranger », a écrit Ohana.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...