Israël en guerre - Jour 254

Rechercher

Production d’uranium métal: Après Moscou, Paris avertit Téhéran

La République islamique a toujours nié vouloir se doter de la bombe, mais l'AIEA avait établi le contraire en 2011

Jean-Yves le Drian, le 15 janvier 2018 à Mur-de-Bretagne. (Crédit : AFP /Damien Meyer)
Jean-Yves le Drian, le 15 janvier 2018 à Mur-de-Bretagne. (Crédit : AFP /Damien Meyer)

Paris et Moscou ont appelé jeudi Téhéran à la responsabilité dans le dossier du nucléaire iranien, au lendemain du début de sa production d’uranium métal, dernière violation en date de ses engagements de l’accord de 2015.

« Afin de préserver l’espace politique pour la recherche d’une solution négociée, nous appelons l’Iran à ne prendre aucune nouvelle mesure qui aggraverait encore la situation sur le plan nucléaire », a indiqué le ministère français des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Si nous comprenons la logique et les raisons qui motivent l’Iran, il est nécessaire de faire preuve de retenue et d’une approche responsable », avait déclaré pour sa part à l’agence de presse Ria Novosti le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

L’installation de l’administration Biden aux Etats-Unis laisse espérer des avancées diplomatiques possibles sur le sujet après la politique de « pression maximale » exercée par son prédécesseur.

Mais Téhéran comme Washington appellent chacun l’autre camp à faire le premier pas pour une véritable reprise du dialogue.

« La France se félicite de la volonté confirmée de la nouvelle administration américaine de revenir à une approche diplomatique du dossier nucléaire iranien, dans la perspective d’un retour au JCPoA », nom donné à l’accord de Vienne de 2015, a précisé le Quai d’Orsay.

Sergueï Riabkov a de son côté appelé les Etats-Unis à « lever les sanctions prises contre Téhéran » et « ne pas faire traîner les choses en longueur ».

Mercredi soir, l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) avait annoncé avoir « procédé le 8 février à la vérification de 3,6 grammes d’uranium métal dans l’usine d’Ispahan » (centre).

Si ce n’est pas une surprise – l’Iran avait fait savoir mi-janvier qu’il avançait dans cette direction -, le sujet est sensible car l’uranium métal peut être utilisé dans la fabrication d’armes nucléaires.

La République islamique a toujours nié vouloir se doter de la bombe, mais l’AIEA avait établi le contraire en 2011.

Paris et Moscou ont exprimé leurs inquiétudes. « Cela n’incite pas à l’optimisme », a estimé le ministre russe, tandis que la France jugeait la situation « préoccupante » du fait de « l’accumulation des violations par l’Iran de l’accord de Vienne ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.