Rechercher

Projet de construction d’un nouvel hôtel dans le centre-ville de Jérusalem

Après deux décennies de négociations, la municipalité a obtenu l'autorisation de raser et de remplacer le site abandonné en face de la porte de Jaffa

L'hôtel Dan Pearl, à Jérusalem. (Crédit : Chris Yunker de St. Louis, États-Unis, Jérusalem, CC BY-SA 2.0/Wikimedia Commons)
L'hôtel Dan Pearl, à Jérusalem. (Crédit : Chris Yunker de St. Louis, États-Unis, Jérusalem, CC BY-SA 2.0/Wikimedia Commons)

Les plans d’un nouvel hôtel à Jérusalem sont en cours de réalisation, après que la municipalité a remporté une importante victoire juridique au début de l’année lui permettant de démolir l’ancien site, qui se trouve dans le centre-ville, et d’entreprendre une toute nouvelle construction.

La ville s’efforce depuis des années d’obtenir que le site, connu sous le nom de « Dan Pearl Hotel » ou « Perle de Jérusalem », situé en face de la porte de Jaffa de la Vieille Ville, à l’extrémité du quartier de Mamilla, soit autorisé à être reconstruit.

Les appels d’offres, pour le nouvel hôtel, n’ont pas encore été lancés mais, après deux décennies de délabrement et de litiges, l’existence malheureuse du bâtiment existant va bientôt prendre fin.

Pendant plus de cent ans, le bâtiment a été continuellement occupé par le secteur hôtelier. Le premier a été construit sous le nom de l’Hôtel Howard, en 1891. Il a été suivi de l’hôtel Fast en 1907 et de la St Andrew’s House, en 1918.

La municipalité de Jérusalem a acheté le site au Patriarcat arménien en 1974 et l’a rapidement démoli. La cupidité des promoteurs a fait que le site est resté vide pendant plusieurs années. Mais, une autorisation a finalement été accordée pour la construction de quatre étages souterrains et de trois étages en surface, afin de construire 110 chambres d’hôtel et une piscine intérieure. Le chantier avait commencé au début des années 1990 et le Dan Hotel Group avait pris en charge la gestion de l’hôtel, qui avait démarré ses activités sous le nom de Dan Pearl, en 1996.

La Discount Bank avait toutefois fermé l’hôtel en 2000, en émettant un ordre de liquidation d’un montant total de 170 millions de shekels à l’intention de la société holding propriétaire du site. Aucune offre n’avait été retenue pour l’hôtel et le Dan Hotel Group s’était retiré lorsque son contrat de gestion avait été résilié en 2003. Une société appartenant à Poju Zabludovicz, un homme d’affaires milliardaire britannique d’origine finlandaise, avait racheté le bâtiment et avait tenté de continuer à l’exploiter en tant qu’hôtel, mais l’avait finalement vendu à une société immobilière française en 2007, et l’hôtel lui-même avait fermé en 2008.

Après avoir travaillé pendant plusieurs années avec des promoteurs français pour tenter de ressusciter l’hôtel, la municipalité de Jérusalem avait finalement perdu patience et les avait poursuivis en justice.

Au cours des années suivantes, les promoteurs avaient démoli les sols et les plafonds intérieurs pour justifier leur demande d’exonération de taxe foncière, l’hôtel étant inhabitable. Jérusalem avait élaboré des plans pour la démolition et la reconstruction d’un nouvel hôtel sur le site, similaire à l’hôtel précédent en termes de proportions. Les promoteurs avaient refusé d’accepter cette offre et avaient demandé des étages supplémentaires pour augmenter la hauteur du bâtiment. La ville avait refusé d’accepter la proposition au motif qu’elle ne s’intégrait pas dans le paysage urbain environnant, un point particulièrement sensible étant donné la proximité de la Vieille Ville.

Devant le tribunal, la municipalité avait qualifié la structure actuelle de « danger pour l’environnement » et avait précisé que, bien qu’elle ait demandé la démolition de la structure, « elle s’engageait à encourager et à promouvoir les plans de construction dans toute la ville, y compris les plans de complexes hôteliers et de villégiature ».

Les plans initiaux pour une reconstruction ont finalement été approuvés en 2019, selon un article de la presse locale. Ils comprennent environ 150 chambres d’hôtel, 20 unités résidentielles et un centre commercial au rez-de-chaussée.

Les équipements de démolition devraient s’installer au cours des prochains mois.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...