Rechercher

Prolongation des gardes à vue dans l’affaire de corruption à Fresnes

La femme d'un directeur de l'établissement pénitentiaire de Fresnes a également été placée en garde à vue

Cette photo prise le 20 septembre 2016 montre l'entrée de la prison de Fresnes, près de Paris (AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)
Cette photo prise le 20 septembre 2016 montre l'entrée de la prison de Fresnes, près de Paris (AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK)

Les gardes à vue de six hommes, soupçonnés de participer à un vaste réseau de corruption au sein de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), ont été prolongées et la femme d’un directeur de l’établissement a été placée en garde à vue, a appris mardi l’AFP de sources concordantes.

La femme du directeur de Fresnes interpellé lundi a à son tour été arrêtée et placée en garde à vue mardi, tandis que le frère de ce directeur, également interpellé lundi, a lui été remis en liberté, a expliqué à l’AFP une source proche de l’enquête. 

Les gardes à vue de six suspects arrêtés lundi – le directeur, chargé de la supervison d’un des trois bâtiments de la prison, un surveillant de Fresnes, l’aumônier juif régional, deux détenus et une figure de la fraude à la TVA sur la taxe carbone en passe d’être jugée – ont été prolongées de 24 heures mardi, a-t-on appris auprès du parquet de Créteil.

Le directeur, en poste à Fresnes depuis 2014, et le surveillant sont soupçonnés « d’avoir touché de l’argent en échange de faveurs accordées à des détenus majoritairement membres de la communauté juive », selon une source proche de l’enquête.

Ils ont été « immédiatement suspendus de leurs fonctions et une enquête interne va être menée », a-t-on appris auprès de l’Administration pénitentiaire (AP).

Près de 280 0000 euros ont été saisis au cours des perquisitions menées lundi.

Les deux détenus, considérés comme « les corrupteurs » par les enquêteurs, sont « bien connus des services de police » : Arnaud Mimran, un financier déjà condamné dans un volet de la gigantesque fraude à la TVA sur le marché des droits à polluer, considérée comme une spécialité du milieu franco-israélien, et Eric Robic, le chauffard français qui avait écrasé l’Israélienne Lee Zeitouni à Tel-Aviv en septembre 2011 avant de prendre la fuite.

Lee Zeitouni (Crédit : Autorisation)

Impliqué dans l’escroquerie à la TVA sur le marché du CO2, Fabrice Touil est lui soupçonné d’avoir remis de l’argent à plusieurs reprises au cadre de la prison de Fresnes.

Enfin, les policiers cherchent à comprendre le rôle qu’aurait pu jouer l’aumônier juif régional d’Île-de-France, un proche du directeur suspecté à Fresnes, dans ce réseau de corruption.

Une enquête avait débuté en février 2017 à la suite d’un signalement de l’administration pénitentiaire à la justice. Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE) et à la Brigade de répression du banditisme (BRB) de Versailles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.