Rechercher

Propos de Lapid : La Russie convoque l’envoyé israélien

Des responsables affirment que les relations avec Moscou ne se sont pas détériorées. Certains s'inquiètent de l'impact sur les opérations israéliennes en Syrie

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid tient une conférence de presse à Tel Aviv, le 14 avril 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid tient une conférence de presse à Tel Aviv, le 14 avril 2022. (Crédit: Avshalom Sassoni/Flash90)

La Russie a convoqué dimanche l’ambassadeur d’Israël à Moscou, Alexandre Ben Zvi, pour le réprimander, et ce, après avoir, la semaine dernière, condamné Israël pour son soutien à la suspension de Moscou du Conseil des droits de l’homme de l’ONU en raison de son invasion de l’Ukraine.

Des responsables israéliens cités dans le quotidien Haaretz ont déclaré que la réprimande, prévue pour lundi, n’était pas un signe de détérioration des relations entre Moscou et Jérusalem, mais plutôt une « confrontation contrôlée ». Une source diplomatique israélienne a déclaré que « la convocation de l’ambassadeur n’est pas surprenante. Cela fait partie des moyens de réponse disponibles dans la boîte à outils diplomatique », selon le rapport.

D’autres responsables s’inquiètent toutefois du fait que les liens commencent à s’essouffler et des conséquences que cela pourrait avoir sur les efforts actuels d’Israël pour contrecarrer les activités des forces iraniennes et pro-iraniennes en Syrie, rapporte la Treizième chaîne. Selon cette dernière, les responsables israéliens ont été surpris de la convocation de M. Ben Zvi, car ils pensaient que la querelle au sein du Conseil des droits de l’homme de l’ONU était terminée.

Un communiqué du ministère russe des Affaires étrangères publié vendredi dernier accusait le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid d’une « attaque anti-russe » par ses commentaires après le vote de l’Assemblée générale la semaine dernière, qui marquait la deuxième fois seulement qu’un pays se voyait retirer ses droits de membre du Conseil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...