Rechercher

Quatre soldats arrêtés pour violences présumées contre un détenu palestinien

Ces militaires appartenant au bataillon religieux Netzah Yehuda sont soupçonnés d'avoir porté des coups et d'avoir commis une agression sexuelle sur l'homme qu'ils avaient arrêté

Photo d'illustration : Un soldat du bataillon  Netzah Yehuda reconnu coupable de violences à l'encontre de détenus palestiniens arrive pour une audience au tribunal militaire de Jaffa, le 10 janvier 2019. (Crédit : Flash90)
Photo d'illustration : Un soldat du bataillon Netzah Yehuda reconnu coupable de violences à l'encontre de détenus palestiniens arrive pour une audience au tribunal militaire de Jaffa, le 10 janvier 2019. (Crédit : Flash90)

La police militaire israélienne a arrêté quatre soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda qui sont soupçonnés d’avoir frappé et agressé sexuellement un suspect palestinien, selon des informations transmises mercredi.

Alors que le suspect se trouvait à l’arrière d’un véhicule de l’armée qui l’amenait à une base militaire, après son arrestation en Cisjordanie, il aurait été battu sur le parcours, a fait savoir le site d’information Ynet.

Les violences auraient continué à la base et un soldat aurait notamment utilisé le canon de son arme à feu pour le violer, a rapporté l’article.

Ces violences ont été rapportées par la victime palestinienne au médecin chargé de l’examiner dans le cadre de la procédure d’arrestation, et ont été confirmées par des traces de violences sur son corps. Une enquête a été ouverte suite à ce signalement.

Il est impossible de dire pour le moment où a eu lieu l’incident.

Les soldats devraient comparaître devant un juge, jeudi, qui décidera ou non de leur maintien en détention le temps de l’enquête.

Dix militaires ont été interrogés mais six ont été libérés.

L’armée, de son côté, n’a pas fait de commentaire et la justice militaire a interdit la publication de l’identité des suspects à ce stade, citant les investigations en cours.

Les soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda, au sein de la brigade d’infanterie Kfir, qui opère en Cisjordanie, ont été au cœur de plusieurs controverses liées à des faits de violence à l’encontre de Palestiniens et à des opinions extrémistes.

Certains ont été reconnus coupables, par le passé, de torture et de violences contre des détenus palestiniens.

Le bataillon a été créé de manière à ce que les ultra-orthodoxes et autres soldats religieux puissent faire leur service sans avoir le sentiment de compromettre leurs croyances. Les militaires appartenant à cette unité n’ont pas autant d’interactions que les autres militaires avec des soldates, et ils disposent de temps pour la prière et l’étude religieuse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...