Rechercher

Réactions politiques après l’attentat meurtrier à Ariel

Avant l'investiture de la 25e Knesset, le candidat au ministère de la Défense, Smotrich, a expliqué que l'attaque est "un rappel douloureux" de la tâche qui attend le gouvernement

Les secours sur la scène d'un attentat terroriste à proximité de l'implantation d'Ariel, en Cisjordanie, le 15 novembre 2022. (Crédit : Magen David Adom)
Les secours sur la scène d'un attentat terroriste à proximité de l'implantation d'Ariel, en Cisjordanie, le 15 novembre 2022. (Crédit : Magen David Adom)

Les politiciens de l’ensemble du spectre politique ont condamné l’attaque meurtrière au couteau et à la voiture-bélier qui a eu lieu mardi à Ariel, une implantation de Cisjordanie. Le bilan de l’attentat est de trois morts et de trois blessés.

Le probable futur Premier ministre Benjamin Netanyahu a indiqué qu’il priait pour les victimes et qu’il voulait envoyer « de la force aux forces de sécurité qui sont mobilisées dans la zone ».

Selon l’armée israélienne, un terroriste palestinien a poignardé un gardien de sécurité à l’entrée de la zone industrielle d’Ariel, le blessant grièvement. Il est ensuite allé dans une station-service voisine, où il a tué deux personnes et blessé une troisième victime. Il a alors pris la fuite dans un véhicule volé.

Après avoir volontairement projeté son véhicule dans d’autres voitures qui circulaient sur la Route 5, une autoroute régionale majeure, le terroriste a quitté l’habitacle et a donné plusieurs coups de couteau à une autre victime, qui se trouve dans un état grave, ont fait savoir les médecins. Il a volé un autre véhicule avant de le projeter sur de nouvelles voitures. Il est ensuite sorti du véhicule et des soldats et des civils armés qui se trouvaient sur les lieux l’ont abattu.

Le Premier ministre Yair Lapid a évoqué, pour sa part, une « matinée douloureuse et difficile » et il a fait part de ses condoléances aux familles des défunts. Il a déclaré qu’Israël « lutte sans relâche contre le terrorisme » et que le pays a connu récemment des avancées majeures dans le démantèlement de cellules terroristes en Cisjordanie – notant que malgré tout, « c’est une guerre que nous devons mener au quotidien ».

Le chef de HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich – qui a réclamé le portefeuille de la Défense dans le futur gouvernement – a indiqué que l’attaque, qui est survenue alors que la 25e Knesset doit faire sa prestation de serment dans quelques heures, est « un rappel douloureux de la tâche la plus importante et la plus pressante qui est devant nous – nous devons restaurer la sécurité au bénéfice de tous les citoyens, et restaurer la dissuasion qui s’est érodée. »

Capture d’écran de la vidéo du ministre de l’Education Yoav Gallant lors d’une interview avec la Douzième chaîne. (Douzième chaîne)

Le député du Likud Yoav Gallant, considéré comme candidat, lui aussi, à ce poste ministériel, a salué les forces de sécurité, « le rempart dans la lutte contre ces terroristes meurtriers qui cherchent à tuer notre peuple, où qu’il se trouve ».

Le chef d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, qui réclame le poste de ministre de la Sécurité intérieure, a écrit sur Twitter que « le terrorisme n’est pas notre destinée et nous devons faire tout ce que nous pouvons pour l’éradiquer et pour restaurer la sécurité au bénéfice des citoyens d’Israël ».

Le responsable du Shas, Aryeh Deri, a expliqué qu’il priait pour les victimes. « Ce sang juif n’est pas perdu. Nous ferons tout ce que nous pouvons pour rendre la sécurité aux citoyens d’Israël et pour remettre en place la dissuasion qui s’est affaiblie ».

De son côté, Merav Michali, à la tête d’Avoda, a présenté ses condoléances, disant que « il faut combattre le terrorisme d’une main de fer – pas seulement à l’aide de slogans exaltant la force mais aussi avec des actions, avec des politiques qui soient à la fois responsables et mesurées ».

Mossi Raz, député sortant du Meretz, a transmis ses vœux de rétablissement aux blessés, disant qu’il « continuera à faire tout son possible pour mettre un terme à ce cycle d’effusions de sang ».

La député Merav Ben Ari lors d’une conférence au Centre international de convention à Jérusalem, le 21 février 2022. (Crédit: Yonatan Sindel/Flash90)

Merav Ben Ari, législatrice de Yesh Atid, a évoqué « une journée très difficile » et elle a transmis ses vœux de prompt rétablissement aux Israéliens blessés dans l’attentat. Naama Lazimi, du Meretz, a pour sa part indiqué que « il faut tout faire de manière à pouvoir vivre ici dans la paix et dans la sécurité ».

Shlomo Karhi, député du Likud, a déclaré que l’attentat est « un rappel de la nécessité pour nous d’établir dans les meilleurs délais un gouvernement qui saura restaurer la sécurité, avec détermination et avec force ».

Il a appelé ses partenaires potentiels de coalition à renoncer à leurs exigences – qui entraveraient les négociations – en affirmant que « aucun de nous n’a les épaules assez larges pour assumer toute perte de temps par manque de coopération » dans la formation du gouvernement.

Michal Rozin, parlementaire sortante du Meretz, a estimé que l’attentat d’Ariel montrait que « face à cette continuation des effusions de sang… les condoléances et les vœux de rétablissement à eux seuls ne suffisent pas ».

« Israël continuera à s’opposer fermement et avec assurance, partout et toujours, aux actes de terrorisme et de haine qui relèvent la tête et nous menacent tous. Au nom de tout le peuple israélien, je partage la profonde douleur des familles des victimes et de la ville d’Ariel, et je prie pour la santé des blessés », a déclaré le président Isaac Herzog.

Les 120 membres de la 25e Knesset devraient prêter serment à Jérusalem dans l’après-midi de mardi. Les négociations de coalition battent son plein : Netanyahu devrait établir un gouvernement fort de 64 députés en associant son Likud à la formation d’extrême-droite HaTzionout HaDatit et aux partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah – même s’il reste des désaccords à régler dans le cadre des discussions en cours.

Emanuel Fabian a contribué à la rédaction de cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...