Record battu pour les subventions allouées aux yeshivot
Rechercher

Record battu pour les subventions allouées aux yeshivot

La coalition a accepter d'injecter 50 milliards de shekels dans les yeshivot, car le nombre d'étudiants à temps plein est monté en flèche

Yeshivas Beis Zion, Berlin
Yeshivas Beis Zion, Berlin

Le financement des yeshivot a battu son record, après l’approbation ce dimanche par le cabinet d’une augmentation de 50 milliard de shekels du budget alloué pour 2017.

C’est la troisième fois qu’une aide financière pour les yeshivot bat des records depuis mars 2015, depuis que l’administration actuelle est au pouvoir. Les partis ultra-orthodoxes ayant réintégré la coalition, les coupes budgétaires imposées par l’ancien ministre des Finances Yair Lapid (Yesh Atid) ont été annulées.

Le résultat ? Le nombre d’étudiants en yeshiva à temps plein, mariés, a augmenté deux fois plus vite (15 %) que le taux de natalité orthodoxe (8 %) entre 2015 et 2016, a indiqué Haaretz lundi, relayant les chiffres du ministère de l’Éducation.

La proportion d’hommes et de femmes orthodoxes est restée stable sur la même période ; 73 % des femmes orthodoxes travaillent contre 51 % des hommes, selon les chiffres du Bureau des statistiques.

Entre 2012 et 2013, quand les partis ultra-orthodoxes étaient dans l’opposition, et que Lapid avait coupé les vivres aux yeshivot, le nombre d’étudiants en yeshiva avait baissé de 8 %.

Le gouvernement a également restauré l’aide au revenu pour les étudiants en yeshiva sans emploi et a annulé la condition imposée aux hommes orthodoxes, qui devaient prouver qu’ils cherchaient du travail avant d’obtenir un mode de garde subventionné pour leurs enfants.

Des centaines de manifestants ultra-orthodoxes se sont rassemblés le 2 mars 2014 à Jérusalem pour protester contre l'enrôlement militaire. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)
Des centaines de manifestants ultra-orthodoxes se sont rassemblés le 2 mars 2014 à Jérusalem pour protester contre l’enrôlement militaire. (Crédit : AFP/Menahem Kahana)

Ces questions ont lourdement polarisé la société israélienne et suscité des accusations de discrimination à l’égard de la société laïque au fil des ans.

L’accord la coalition, comportant 87 clauses, a été signé il y a deux ans par le par Yahadout HaTorah, l’un des partis ultra-orthodoxes du gouvernement. Cet accord indique également que le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accepté d’annuler la condition selon laquelle les écoles orthodoxes devaient enseigner les matières fondamentales (notamment sciences et mathématiques) afin de percevoir des subventions de l’État, et a supprimé la loi obligeant les jeunes hommes orthodoxes à effectuer leur service militaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...