Rentrée scolaire : la ministre de l’Education taxée de « négationniste du COVID »
Rechercher

Rentrée scolaire : la ministre de l’Education taxée de « négationniste du COVID »

L'attaque anonyme d'un collègue ministre intervient après qu'Alroy-Preise a été accusée d'agir comme "une folle", dans le contexte d'un conflit sur la vaccination dans les écoles

La députée Yifat Shasha-Biton visite le service de coronavirus du centre médical Ziv dans la ville septentrionale de Safed le 3 décembre 2020. (David Cohen / Flash90)
La députée Yifat Shasha-Biton visite le service de coronavirus du centre médical Ziv dans la ville septentrionale de Safed le 3 décembre 2020. (David Cohen / Flash90)

Le différend sur la réouverture des écoles s’est envenimé avec une série d’attaques anonymes dans les médias contre la ministre de l’Éducation, Yifat Shasha-Biton, la qualifiant de « négationniste du coronavirus », tandis qu’un haut responsable de la santé a été critiqué pour avoir « agi comme si elle était folle ».

À un peu plus d’un mois de la rentrée des classes, le gouvernement n’a pas encore finalisé un plan sur la manière de faire fonctionner le système éducatif tout en empêchant la propagation du virus dans les écoles. Bien qu’un plan ait été établi par les ministères de la Santé et de l’Éducation, puis présenté au Premier ministre Naftali Bennett, les médias ont rapporté qu’il existe encore de sérieuses divergences sur certains aspects clés du plan, notamment la vaccination des élèves et les dispositions de quarantaine.

Ces différends ont été portés à la connaissance du public quand mercredi, la Douzième chaîne a cité un membre du cabinet dont l’identité n’a pas été révélée et qui a qualifié Shasha-Biton de « négationniste du coronavirus ».

Cette déclaration est intervenue un jour après que la Treizième chaîne a cité une source affirmant que la directrice de la santé publique du ministère de la Santé, Sharon Alroy-Preis, « agit comme si elle était folle. Elle est toujours en train de crier et lorsqu’on lui demande de fournir des chiffres, elle bafouille et reste évasive. Il n’y a aucune donnée derrière cette hystérie ».

La chaîne a noté que ces remarques sont intervenues après que le ministère de la Santé a rejeté le projet de la ministre Shasha-Biton d’écourter la quarantaine pour les élèves à 48 heures avec un test négatif lors de la rentrée scolaire.

Le Premier ministre Naftali Bennett et le ministre de la Santé Nitzan Horowitz ont tous deux publié des déclarations mercredi pour défendre Alroy-Preis, sans offrir le même soutien à Shasha-Biton.

Des élèves israéliens retournent à l’école à Tel Aviv, le 18 avril 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Israël a récemment commencé à vacciner les jeunes de 12 à 15 ans, mais la majorité des élèves n’ont pas été vaccinés. Certains ministres seraient irrités par l’opposition de Shasha-Biton à la vaccination des enfants dans les écoles et, semble-t-il, même à l’idée d’autoriser les écoles à encourager la vaccination.

« Deux millions d’écoliers israéliens sont retenus captifs par une négationniste du coronavirus », aurait déclaré le ministre anonyme à la Douzième chaîne. « Refuser de vacciner dans les écoles ? Est-elle devenue folle ? »

« Nous avons atteint une situation absurde dans laquelle tous les problèmes de santé du pays ont disparu et tout ce qui reste à faire, c’est de s’occuper uniquement de la vaccination des enfants pendant les heures de classe en septembre, » a répondu Shasha-Biton (Tikva Hadasha) dans un communiqué.

Elle a ajouté que le ministère de la Santé a encore 35 jours avant l’ouverture des écoles pour faire progresser la campagne de vaccination des enfants « et mener à bien ses politiques au lieu de s’occuper d’une campagne de « calomnie et de médisance ».

Le ministre de la Justice Gideon Saar s’exprime lors d’une conférence des chefs des autorités locales à Ramat Negev, dans le sud d’Israël, le 22 juillet 2021 (Crédit : Flash90).

La ministre de l’Éducation a reçu un certain soutien de la part du chef de son parti, le ministre de la Justice Gideon Saar, dont le bureau a publié une déclaration disant qu’il « condamne les attaques anonymes et lâches », rapporte le site d’information Walla.

« Cela ne signifie pas que la position [de Saar] soit toujours identique à la sienne », note le communiqué, qui ajoute que « le ministre [Saar] comprend que la question du dispositif d’ouverture de l’année scolaire a été élaborée par les ministères de l’Education et de la Santé et présentée au Premier ministre ».

D’autres responsables du parti ont déclaré à la Douzième chaîne que « les attaques effrénées contre la ministre de l’Education ont dépassé les limites du bon goût. Des attaques aussi lâches que celles-ci doivent être condamnées et dénoncées. »

Les sources anonymes ont déclaré que les experts en santé de tout le pays ont soutenu le plan de Shasha-Biton pour l’ouverture du système scolaire et qu’il avait été accepté par le ministère de la Santé.

Toutefois, des divergences d’opinion importantes subsisteraient au sein du cabinet sur certains détails du plan, notamment sur l’intention de Shasha-Biton de réduire la quarantaine à 48 heures seulement pour les élèves qui sont cas-contact.

S’exprimant à la Knesset, elle a affirmé qu’il fallait « voir comment minimiser les dommages causés aux enfants et les garder à la maison le moins possible. »

« Il n’y a pas besoin d’isoler autant. Avec une surveillance appropriée, nous pouvons identifier les foyers d’épidémie et les traiter de manière contrôlée », a déclaré Shasha-Biton, selon un article du site web Srugim.

La présidente du syndicat des enseignants israéliens, Yaffa Ben-David, a exprimé son opposition au plan de Shasha-Biton pour la réouverture des écoles, tout en précisant qu’elle était favorable à la recherche d’une solution pour commencer l’année scolaire comme prévu, le 1er septembre.

« Le plan tel que publié dans les médias n’apporte pas de réponse aux employés de l’éducation et aux administrateurs des écoles concernant les scénarios de base, alors que le coronavirus refait surface et se propage rapidement », a écrit Ben-David dans une lettre adressée à Shasha-Biton.

La responsable du syndicat des enseignants israéliens a toutefois déclaré que ses membres sont d’accord avec l’opposition de la ministre de l’Education à l’administration des vaccins dans les écoles.

« Il y a des caisses de santé et les parents peuvent aller vacciner leurs enfants. Les institutions éducatives resteront des institutions éducatives », a déclaré Yaffa Ben-David à la radio publique Kan.

Constatant les divergences d’opinion sur le vaccin, Ben-David a dit craindre que des querelles n’éclatent entre les parents et les administrateurs scolaires au sujet de la vaccination contre le coronavirus.

Le ministre de la Santé Nitzan Horowitz pendant une visite à l’hôpital Beilinson, le 27 juillet 2021. (Crédit :Avshalom Sassoni/Flash90)

De son côté, le Premier ministre a pris la défense de la responsable de la santé Alroy-Preis après que la télévision israélienne a cité ce qu’elle a décrit comme des sources anonymes du cabinet de haut niveau sur le coronavirus s’en prenant à elle.

« La Dr Sharon Alroy-Preis est une fonctionnaire dévouée et professionnelle qui travaille jour et nuit pour la santé des citoyens israéliens et l’attaque personnelle dont elle fait l’objet est inappropriée et inacceptable », a tweeté Bennett.

Il a ajouté que « ses actions sont pleinement soutenues », citant le rôle d’Alroy-Preis en tant que responsable de la lutte contre la pandémie au sein du gouvernement.

Dr. Sharon Alroy-Preis lors d’un point presse en janvier 2021. (Capture d’écran vidéo)

Le ministre de la Santé, Horowitz, du parti Meretz, a également tweeté son soutien à Alroy-Preis, affirmant qu’elle avait son soutien total et celui du ministère.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...