Réouverture des magasins, des clubs de gym et d’écoles supplémentaires en Israël
Rechercher

Réouverture des magasins, des clubs de gym et d’écoles supplémentaires en Israël

Des magasins et certaines activités de loisir ont rouvert leurs portes même si un grand nombre ne pourront accueillir que les personnes vaccinées ou guéries

Des clients font leurs achats dans un centre commercial de Bat Yam qui a été partiellement ouvert malgré le confinement, le 11 février 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni / Flash90)
Des clients font leurs achats dans un centre commercial de Bat Yam qui a été partiellement ouvert malgré le confinement, le 11 février 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni / Flash90)

Israël a commencé dimanche à assouplir certaines restrictions majeures qui avaient été imposées dans le cadre du troisième confinement, fin décembre, pour réduire la propagation de la COVID-19, permettant aux activités commerciales de reprendre leurs cours. Les élèves ont aussi pu à nouveau emprunter, dimanche, le chemin des écoles dans certains établissements scolaires supplémentaires.

A partir de dimanche, les commerces de rue, les centres commerciaux, les musées et les bibliothèques seront à nouveau accessibles aux Israéliens. Mais seuls les citoyens vaccinés ou ayant guéri de la COVID-19 pourront entrer dans les salles de gym, assister à des événements sportifs et culturels ou se rendre dans les hôtels ou dans les piscines. Les nouvelles règles sont à découvrir ici.

De plus, les classes de CM2 et de 6è accueilleront à nouveau les élèves dans les villes se démarquant par un taux d’infection faible au coronavirus et dans les secteurs où sont enregistrés des taux de contamination moyens, mais présentant une vaccination importante au sein de la population.

Les jardins d’enfants et les classes allant du CP au CM1 avaient déjà retrouvé leurs petits élèves dans les villes dites « vertes » – marquées par un faible taux d’infection – et « orange » selon le code de signalisation adopté par le gouvernement concernant le taux de morbidité. Les élèves allant de la 5è à la Seconde continuent, pour leur part, l’enseignement à distance.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a visité un club de gym dans le centre de l’Etat juif, samedi soir, recommandant vivement aux Israéliens d’utiliser le nouveau système de « passeport vert ». Ce plaidoyer est survenu alors que le site internet du ministère de la Santé, chargé d’émettre ces autorisations, a connu une panne importante quelques heures avant le début de l’opération. Il ne fonctionnait toujours pas dans la matinée de dimanche.

Des Israéliennes préparent leur club de gym pour la reprise des activités de l’établissement, la semaine prochaine, au Fithood Gym, à Tel Aviv, le 16 février 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministère de la Santé a indiqué que des certificats de vaccination pouvaient servir de « passeport vert » tant que le système resterait inactif.

« Le service chargé d’émettre les badges verts est lourdement sollicité et il est donc susceptible de rencontrer des difficultés », a noté le ministère. « En même temps, la plus grande partie des demandes ont été traitées et des dizaines de milliers de personnes disposent déjà de leurs badges ».

Netanyahu, accompagné par le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a vivement recommandé aux Israéliens d’utiliser le badge vert. Il a reconnu qu’il y aurait des « problèmes » au moment de leur mise en place et de leur déploiement, demandant toutefois instamment aux Israéliens de persévérer.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite un club de gym pour recommander aux Israéliens d’utiliser un « badge vert » pour accéder aux sports et à la culture, alors qu’Israël assouplit son confinement, le 20 février. (Crédit : Bureau du Premier ministre/Amos Ben Gershon)

« Chacun d’entre vous pourra utiliser l’application dès demain », a-t-il déclaré. « Le badge vert permettra une réouverture graduelle des activités du pays et je vous demande vivement de l’utiliser ».

Le badge a connu d’autres problèmes. Des milliers de personnes auraient tenté de mettre au point des contrefaçons pour pouvoir illégalement prendre part aux activités qui sont dorénavant permises.

Netanyahu a aussi rappelé l’importance d’aller se faire vacciner alors que les données semblent établir que l’immunisation serait à 98,9 % efficace pour prévenir des formes graves du coronavirus.

Le Premier ministre a expliqué qu’Israël espérait pouvoir faire vacciner
95 % des citoyens âgés de plus de 50 ans dans les deux semaines à venir.

« Allez vous faire vacciner, obtenez le badge vert et commencez à reprendre votre quotidien habituel », a-t-il dit.

Des Israéliens reçoivent une injection de vaccin anti-COVID-19 à Tel Aviv, dans une unité mobile de vaccination sur la plage, le 20 février 2021. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Netanyahu a aussi défendu la décision d’ouvrir les clubs de gym et de loisirs avant la réouverture de toutes les écoles. Le gouvernement a été très critiqué pour avoir continué à imposer à des dizaines de milliers d’enfants israéliens l’enseignement à distance.

« Nous ouvrons le système de l’enseignement mais il est important que vous compreniez bien les choses – il y a une pandémie, il y a le variant anglais qui touche les jeunes et nous ignorons encore quel est son effet », a noté Netanyahu.

Pour pouvoir lever le rideau, dimanche, les entreprises concernées devront réclamer auprès des clients leur badge vert et n’accepter dans leurs établissements que ceux qui l’ont en leur possession.

Pour sa part, le ministre de la Santé Yuli Edelstein aurait averti qu’en cas de violations du plan de badge vert, il n’hésiterait pas reconfiner.

« Nous fermerons l’économie aussi rapidement que nous la rouvrons aujourd’hui », aurait-il affirmé au cours d’une réunion à huis-clos, des propos qui ont été rapportés par la Treizième chaîne.

Les enfants reprennent le chemin de l’école à Tel Aviv, le 11 février 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Les taux d’infection chez les enfants et dans le cadre de la réouverture des établissements scolaires suscitent cependant une grande inquiétude au cours de cette troisième vague d’épidémie au sein de l’Etat juif. Les enfants représentent dorénavant une proportion plus importante des personnes touchées que cela n’avait été le cas au début de la pandémie, peut-être en raison des nouveaux variants de coronavirus et du fait qu’une part significative de la population adulte a été vaccinée.

Samedi, le directeur-général du ministère de la Santé, Chezy Levy, a expliqué qu’Israël prévoyait de faire vacciner aussi les enfants une fois l’autorisation obtenue pour ce public en particulier – sans donner toutefois de calendrier.

Le vaccin n’a pas encore été approuvé pour les enfants de moins de 16 ans, même si l’Etat juif a vacciné des dizaines d’entre eux présentant des facteurs de risque spécifiques face au coronavirus. Aucun effet secondaire grave n’a pour le moment été signalé.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein pendant l’annonce de la certification du « Badge vert », le 18 février 2021. (Crédit : ministère de la Santé)

Ces décisions ont été prises dans le contexte d’une chute continue de la morbidité – en particulier au sein des publics vulnérables. Cette baisse serait due à la campagne de vaccination qui est encore en cours dans le pays.

Dimanche, le Commandement intérieur de l’armée israélienne devait lancer une campagne de vaccination renforcée dans certaines villes afin d’obtenir un taux de vaccination de 95 % dans ces secteurs, d’ici la semaine prochaine. Elles deviendraient ainsi les premières localités totalement immunisées dans le monde entier, a noté le site Walla. Parmi les municipalités concernées, Jérusalem, Kiryat Shemona, Kuseife, et Meitar.

Plus de 4,2 millions d’Israéliens ont reçu leur première dose de vaccin et 2,8 millions ont bénéficié des deux doses sur une population d’environ neuf millions de personnes. Environ trois millions de citoyens ne sont pas éligibles au vaccin. C’est le cas notamment des jeunes âgés de moins de 16 ans et des personnes ayant guéri de la COVID-19.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...