Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Retour sur l’événement organisé en amont de la Journée de l’Indépendance américaine

Le Premier ministre, qui doit normalement s'envoler pour la Chine, a remercié Washington pour son soutien

De droite à gauche : l'ambassadeur américain en Israël Tom Nides, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Isaac Herzog et le président de la Knesset Amir Ohana lors d'un événement organisé en l'honneur de la Journée de l'Indépendance américaine au musée d'Israël, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Ambassade des États-Unis à Jérusalem)
De droite à gauche : l'ambassadeur américain en Israël Tom Nides, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le président Isaac Herzog et le président de la Knesset Amir Ohana lors d'un événement organisé en l'honneur de la Journée de l'Indépendance américaine au musée d'Israël, à Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Ambassade des États-Unis à Jérusalem)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rendu hommage aux États-Unis lors d’un événement organisé en amont de la Journée de l’Indépendance américaine, évoquant « l’allié irremplaçable et indispensable », alors que la Maison Blanche ressent une frustration croissante à l’égard de Jérusalem.

Si le Premier ministre salue, depuis longtemps, le caractère déterminant de la relation bilatérale entre les deux pays, ses propos tenus à l’ambassade des États-Unis à l’occasion d’une soirée célébrant le 4 juillet, à Jérusalem, ont été particulièrement importants dans la mesure où les liens connaissent des tensions particulières depuis le retour au pouvoir de Netanyahu, il y a six mois.

Le président américain Joe Biden n’a toujours pas invité Netanyahu à la Maison Blanche en raison du mécontentement de son administration face au projet de refonte du système judiciaire israélien avancé par la coalition. L’ambassadeur de Jérusalem à Washington a aussi été convoqué pour une réprimande suite à l’adoption de politiques, en Cisjordanie, qui mettent en péril la perspective d’une résolution du conflit israélo-palestinien sur la base de la solution à deux États.

Toutefois, les dirigeants, dans les deux pays, ont cherché à minimiser cette fracture lors de l’événement organisé pour célébrer l’indépendance américaine au musée d’Israël – une soirée qui a réuni 2 000 personnes.

L’ambassadeur américain au sein de l’État juif, Tom Nides, qui quittera son poste la semaine prochaine après y être resté pendant 19 mois, a profité de l’opportunité qui lui était offerte pour saluer personnellement Netanyahu. « Votre engagement en faveur d’Israël, l’amour que vous portez à l’État d’Israël seront toujours dignes d’éloge », a-t-il déclaré.

Nides a paru plus expansif encore en s’adressant à Isaac Herzog, le président israélien, et à son épouse Michal. Il a remercié le couple pour leur amitié et leur soutien qui n’ont pas failli pendant toute la durée de son mandat, a-t-il dit.

L’ambassadeur américain Tom Nides prononce un discours lors d’un événement marquant la Journée de l’indépendance américaine au musée d’Israël de Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Ambassade américaine à Jérusalem)

Netanyahu ne quittant pas le pays, c’est Herzog qui se rendra à Washington, le mois prochain, pour s’exprimer lors d’une session conjointe du Congrès sur invitation du président de la Chambre, Kevin McCarthy, et de celle qui l’avait précédé à ce poste, Nancy Pelosi. Le président devrait aussi s’entretenir avec Biden même si de telles invitations, par tradition, ne sont pas émises autant à l’avance.

Prenant la parole après Nides, Herzog a remercié les leaders du Congrès pour leur invitation, notant qu’Israël « n’a pas de meilleur ami que les États-Unis d’Amérique ».

« Je suis impatient de pouvoir partager l’Histoire unique d’Israël avec le peuple américain au nom de tous les Israéliens… L’histoire d’une nation qui, telle un phœnix, est parvenue à renaître des cendres de la destruction », a-t-il ajouté.

Netanyahu, de son côté, a fait remarquer que « l’Amérique a apporté à Israël un soutien moral et politique contre tous ceux qui étaient susceptibles de nous éradiquer, nous, le seul État juif. »

« Depuis 75 ans, l’Amérique est notre alliée irremplaçable, indispensable. Irremplaçable et indispensable », a-t-il répété.

La semaine dernière, Netanyahu a confirmé à des députés américains qui se trouvaient en Israël qu’il allait partir pour Pékin pour y rencontrer le président chinois Xi Jinping.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononce un discours lors d’un événement marquant la Journée de l’indépendance américaine au musée d’Israël de Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Ambassade américaine à Jérusalem)

Des sources au sein du Bureau du Premier ministre ont indiqué penser que le déplacement – qui était initialement prévu au mois de juillet – aurait finalement lieu au mois d’octobre, après les grandes fêtes.

Si Netanyahu a déclaré qu’il avait informé la Maison Blanche de ce voyage avant son annonce officielle, certains analystes et anciens responsables de la sécurité ont exprimé leur inquiétude sur un risque de détérioration supplémentaire des liens unissant Jérusalem et Washington à un moment où ils connaissent déjà des tensions, au vu de la préoccupation de longue date exprimée par les États-Unis face à l’élargissement de l’influence de la Chine dans le monde.

Mais le Premier ministre a affirmé avec insistance, lundi, que « la coopération sécuritaire avec les États-Unis n’a jamais été meilleure et le partage en matière de renseignement n’a jamais été aussi approfondi ».

« L’Amérique a vaincu les forces du totalitarisme mais nous devons aussi nous rappeler d’une vérité fondamentale : celle que la liberté est précieuse et qu’elle n’est jamais acquise », a continué le Premier ministre.

Évoquant l’avenir, Netanyahu a expliqué que les États-Unis et Israël allaient renforcer leur coopération contre l’Iran et qu’ils allaient prendre des initiatives visant à agrandir le cercle des Accords d’Abraham – des efforts qui ont ralenti, ces derniers mois, en raison du mécontentement des nations arabes face aux politiques appliquées par Jérusalem en direction des Palestiniens.

Dans sa brève allocution, Nides a cherché à prendre un ton plus ambitieux.

Le président Isaac Herzog prononce un discours lors d’un événement marquant la Journée de l’indépendance américaine au musée d’Israël de Jérusalem, le 3 juillet 2023. (Crédit : Ambassade américaine à Jérusalem)

« Comme toutes les démocraties, nos deux pays sont toujours en progrès – imparfaits mais en lutte pour enfin atteindre les idéaux fondateurs qui sont les nôtres. Nous sommes deux pays qui comprenons que la grandeur découle de la bonté », a-t-il indiqué, disant qu’il quittait son poste en étant optimiste concernant l’avenir des deux nations.

« Quand j’ai pris cette fonction, le président Biden m’a dit une chose : ‘Les États-Unis et Israël partagent un lien indestructible – ne le rompez pas’. La bonne nouvelle, c’est que je n’ai plus qu’une semaine à passer ici et je pense être encore en bonne posture », s’est-il amusé.

Jénine

Netanyahu et Herzog ont également utilisé leurs discours pour évoquer l’opération d’envergure qui a été lancée lundi matin à Jénine par l’armée israélienne.

« Ces derniers mois, la ville de Jénine s’est transformée en refuge pour les terroristes », a-t-il déclaré en hébreu. « Mais il n’y a pas de refuge possible pour le terrorisme ».

« Tous ceux qui cherchent à porter atteinte aux Israéliens – leur place est en prison ou dans la tombe », a-t-il ajouté sous les applaudissements.

« Je vous salue », a-t-il dit en s’adressant aux troupes qui sont actuellement sur le terrain à Jénine. « Nous continuerons à mener cette opération jusqu’à ce qu’elle soit terminée. »

Des Palestiniens affrontant les forces israéliennes lors d’une opération militaire dans le camp de réfugiés de Jénine, en Cisjordanie, le 3 juillet 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Les soldats « font tout ce qui est en leur pouvoir pour épargner des victimes civiles, » a dit Herzog.

Les États-Unis ont rappelé lundi qu’Israël avait « le droit de défendre sa population » face aux organisations terroristes palestiniens. Un porte-parole du département d’État a confié au Times of Israel qu’il est « impératif de prendre toutes les précautions possibles pour éviter la mort de victimes civiles. »

« Nous partageons l’espoir obstiné qu’alors même que nous sommes en train de nous battre, nous nous battons vers un but ultime, celui de la paix et de la prospérité pour tous », a dit Herzog.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.