Rivlin choisira d’ici le 7 avril celui qui devra former le nouveau gouvernement
Rechercher

Rivlin choisira d’ici le 7 avril celui qui devra former le nouveau gouvernement

Le président "tiendra une série de consultations avec toutes les parties le lundi 5 avril", a indiqué son bureau dans un communiqué

Le président Reuven Rivlin remet le Prix Genesis 2020 à sa résidence présidentielle à Jérusalem, le 24 décembre 2020. (Mark Neyman / GPO)
Le président Reuven Rivlin remet le Prix Genesis 2020 à sa résidence présidentielle à Jérusalem, le 24 décembre 2020. (Mark Neyman / GPO)

Le président israélien Reuven Rivlin a déclaré lundi qu’il chargerait d’ici le 7 avril un candidat de former le prochain gouvernement, après des élections législatives serrées.

Le président « tiendra une série de consultations avec toutes les parties le lundi 5 avril », a indiqué son bureau dans un communiqué, précisant que « la tâche de former un gouvernement serait confiée à l’un des candidats d’ici mercredi ».

« Comme cela s’est produit pour la première fois lors des élections de 2019, le président a ordonné que ses réunions avec les différentes parties soient retransmises en direct sur tous les médias, afin de rendre le processus transparent pour tous les citoyens israéliens », indique le communiqué.

A l’issue des législatives de la semaine dernière, le Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu est arrivé en première place, avec 30 sièges sur les 120 du Parlement, suivi de la formation Yesh Atid de son rival, le centriste Yaïr Lapid, avec 17 sièges.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Pour pouvoir prolonger ses 12 ans d’affilée au pouvoir, le Premier ministre a besoin du soutien d’au moins 61 députés, alors que 57 parlementaires cherchent à évincer M. Netanyahu, actuellement visé par des accusations de corruption.

Parmi ses détracteurs figure l’ancien chef de l’armée Benny Gantz, qui fut le principal rival de M. Netanyahu lors des trois élections précédentes, avant de rejoindre son gouvernement d’union.

M. Gantz, dont le parti Kakhol lavan n’a obtenu que huit sièges, a appelé dans un communiqué les autres figures du « camp du changement » à parler d’une seule voix pour mettre « en place un gouvernement honnête et mettre fin à l’ère Netanyahu ».

Surprise, les élections ont permis l’entrée au Parlement de la petite formation islamiste Raam, dont l’appui pourrait être crucial pour former un gouvernement.

Son président, Mansour Abbas, a déclaré la semaine dernière à l’AFP qu’il n’avait pas encore pris sa décision. « Les intérêts de notre communauté arabe seront les paramètres de la décision finale », a-t-il affirmé.

A LIRE : Et maintenant ? Le calendrier de la formation (peut-être) d’un gouvernement

Le ténor de la droite nationaliste Naftali Bennett, du parti Yamina, n’a pas non plus annoncé qui il soutenait.

Le candidat chargé de composer le cabinet aura 28 jours pour former une coalition.

Le président peut prolonger ce délai de 14 jours supplémentaires avant de désigner un nouveau candidat pour la formation d’une coalition ou de décider que personne ne peut former un gouvernement.

La collecte de preuves devait commencer lundi dans le procès de M. Netanyahu, jugé pour des accusations de corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires.

Au pouvoir depuis 2009, M. Netanyahu est le seul chef de gouvernement en fonction de l’histoire d’Israël poursuivi pour des faits de corruption. Il nie toutes les accusations.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...