Rivlin efface la dette liée à la pandémie d’une mère célibataire
Rechercher

Rivlin efface la dette liée à la pandémie d’une mère célibataire

Le président avait annoncé la semaine dernière qu'il accorderait des grâces à ceux remplissant les conditions requises et connaissant des difficultés financières à cause du virus

Le président Reuven Rivlin allume une bougie à la mémoire des victimes du coronavirus lors d'une allocution vidéo avant Yom Kippour, le 27 septembre 2020. (Capture écran/YouTube)
Le président Reuven Rivlin allume une bougie à la mémoire des victimes du coronavirus lors d'une allocution vidéo avant Yom Kippour, le 27 septembre 2020. (Capture écran/YouTube)

Signe des difficultés économiques provoquées par la pandémie, le président Reuven Rivlin a accordé mercredi sa première grâce pour des dettes contractées par les personnes financièrement touchées par le virus.

Le président avait annoncé cette nouvelle initiative la semaine dernière avec le ministre de la Justice Avi Nissenkorn. M. Rivlin a fait savoir qu’il accorderait des grâces à ceux qui remplissaient les conditions requises et qui traversaient des moments difficiles à cause du virus.

Selon le bureau du président, la première grâce qu’il accorde ce mercredi concerne une mère célibataire de trois enfants, dont deux handicapés, qui a été victime de violences domestiques et qui avait accumulé des amendes et des dettes en raison d’une ancienne dépendance à la drogue et du travail du sexe. Cette femme suit aujourd’hui un programme de réhabilitation à long terme, mais ses indemnités d’invalidité n’ont pas suffi à couvrir ses dépenses, et les possibilités de travail se sont taries avec la pandémie.

Constatant qu’elle avait fait des efforts pour payer ses dettes, le chef de l’État a accordé une grâce annulant le reste de la dette.

Son bureau a précisé qu’aucune grâce ne serait envisagée pour les dettes contractées en raison d’amendes pour violation des règles de distanciation sociale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...