Ronni Gamzu veut faire fermer les écoles avant le confinement de vendredi
Rechercher

Ronni Gamzu veut faire fermer les écoles avant le confinement de vendredi

Le responsable de la lutte contre le coronavirus demande aux ministres de la Santé et de l'Education de fermer les établissements, estimant que le gouvernement s'égare

Ronni Gamzu lors d'une réunion de la commission des Finances à la Knesset, le 23 avril 2014 (Crédit : Flash90)
Ronni Gamzu lors d'une réunion de la commission des Finances à la Knesset, le 23 avril 2014 (Crédit : Flash90)

Le responsable de la lutte contre le coronavirus en Israël, Ronni Gamzu, cherche à faire fermer le système éducatif dès ce mercredi – soit 48 heures avant que les écoles ne baissent officiellement le rideau dans le cadre du nouveau confinement national qui devrait durer trois semaines.

Dans un courrier adressé au ministre de la Santé, Yuli Edelstein, et au ministre de l’Education, Yoav Gallant, Gamzu a estimé qu’en décidant de laisser les établissements scolaires ouverts jusqu’à vendredi, « le gouvernement avait pris la mauvaise décision, la décision contraire à mes recommandations ».

Il a souligné le taux d’infection élevé et déclaré que lui et d’autres professionnels étaient convaincus que l’augmentation spectaculaire du nombre d’infections, dans tout le pays, était dû aux enfants en âge de se rendre à l’école et en particulier à ceux âgés de dix ans et plus.

Gamzu a ajouté que cette demande de fermer les écoles avant vendredi s’appliquait aux élèves de CM2 et plus.

Au début de la semaine, Gallant avait demandé que les établissements scolaires restent ouverts jusqu’à vendredi et qu’ils ne ferment pas avant la mise en vigueur du confinement – une requête qui avait été approuvée.

Mardi, Gallant a annoncé que les examens de fin d’études secondaires, ainsi que les activités des adolescents en situation à risque, les programmes d’éducation à destination des élèves à besoins particuliers et les activités des campus de formation professionnelle seraient maintenus pendant toute la période du confinement, malgré une fermeture presque totale du pays.

Dans la période qui a précédé l’annonce du second confinement de l’année, le pays a connu une augmentation majeure des taux de contamination au coronavirus. Cela a été particulièrement le cas au cours de ces dernières semaines.

Selon les chiffres du ministère de l’Intérieur, il y a eu 4 973 tests positifs au coronavirus lundi, ce qui porte à 162 273 le nombre de cas confirmés depuis le début de la pandémie.

Le nouveau confinement – qui a été approuvé par le cabinet lors d’une réunion, dimanche – doit durer trois semaines et interdit aux Israéliens de s’éloigner d’un périmètre de 500 mètres autour de chez eux, sauf pour répondre à des besoins essentiels, comme acheter des produits alimentaires ou des médicaments, ou pour se rendre à leur travail si ce dernier n’exige pas de contact avec le public. Les écoles, les centres commerciaux et les hôtels seront fermés ; les rassemblements réduits et l’accès au salles de restaurant ne sera plus autorisé.

Alors qu’il lui était demandé, au cours d’un entretien accordé à la Douzième chaîne, quels étaient ses plans de réouverture des écoles après le confinement, Gallant a déclaré que le ministère s’y était préparé et qu’il avait créé un programme intitulé « l’apprentissage en toute sécurité ».

Le ministre de l’Education Yoav Gallant rend visite aux écoliers le premier jour de l’année scolaire à Mevo Horon, le 1er septembre 2020. (Marc Israel Sellem/Pool/AFP)

Gallant a expliqué que son plan prévoyait de diviser les élèves en « capsules » de 18 personnes et d’alterner les cours en présentiel et en ligne.

S’il n’a pas été en mesure de s’engager à rouvrir les établissements dans trois semaines, Gallant a souligné que l’ouverture du système éducatif se ferait en tandem avec celle du pays.

« Le système de l’éducation doit être considéré comme un ancrage de stabilité pour les élèves, pour les parents et pour la société israélienne », a-t-il dit.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...