Selon un élu arabe, le monde arabe se soulèvera si Israël ne retire pas les détecteurs de métaux au mont du Temple
Rechercher

Selon un élu arabe, le monde arabe se soulèvera si Israël ne retire pas les détecteurs de métaux au mont du Temple

Osama Saadi a estimé que Netanyahu "joue avec le feu". Pour Taleb Abu Arar, lui aussi membre de la Liste arabe unie, "la troisième intifada a commencé aujourd'hui"

Le député arabe israélien Osama Saadi pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 10 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le député arabe israélien Osama Saadi pendant une réunion de la commission des Affaires internes de la Knesset, le 10 novembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Un membre arabe de la Knesset a averti vendredi soir que « le monde arabe se lèvera d’un seul corps » contre Israël si le gouvernement n’enlève pas les détecteurs de métaux qu’il a installé aux entrées du complexe du mont du Temple suite à un attentat terroriste qui a été commis là-bas en date du 14 juillet.

Osama Saadi, de la Liste arabe unie, a déclaré lors d’une interview accordée à la Deuxième chaîne que le Premier ministre Benjamin Netanyahu « joue avec le feu » en maintenant les mesures de sécurité améliorées qui ont été introduites suite à l’attentat de la semaine dernière, au cours duquel trois Arabes israéliens ont tué deux policiers israéliens en utilisant les armes à feu qu’ils avaient fait clandestinement entrer dans le lieu saint.

Saadi s’exprimait dans le sillage d’informations stipulant la mort d’au-moins trois Palestiniens au cours d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes durant les manifestations à Jérusalem et en Cisjordanie dans l’après-midi de vendredi.

Alors qu’il était interrogé sur l’ampleur relativement modeste des autres manifestations organisées vendredi dans tout le monde arabe, il a répondu qu’elles étaient destinées à croître et qu’Israël risquait une troisième intifada si l’Etat juif ne changeait pas sa politique.

Le législateur Taleb Abu Arar. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)
Le législateur Taleb Abu Arar. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Taleb Abu Arar, qui appartient également à la Liste arabe unie, a déclaré plus tard dans la journée de vendredi que « la troisième intifada a commencé aujourd’hui ». Il a attribué cet enchaînement des événements aux « politiques cruelles du gouvernement israélien », selon la Deuxième chaîne.

Les membres de la Liste arabe unie et ceux du Waqf islamique marchent vers la Vieille ville pour tenter d'entrer sur le mont du Temple, le 21 juillet 2017 (Crédit : Liste arabe unie)
Les membres de la Liste arabe unie et ceux du Waqf islamique marchent vers la Vieille ville pour tenter d’entrer sur le mont du Temple, le 21 juillet 2017 (Crédit : Liste arabe unie)

Les leaders arabes israéliens devaient se réunir vendredi en fin d’après-midi et appeler à une grève et autres mouvements de protestation contre les mesures de sécurité israéliennes, qui, selon eux, sont une violation des accords de longue haleine convenus autour de ce site disputé. Israël a insisté sur le fait que ces nouvelles mesures ont été rendues nécessaires par l’attentat terroriste et qu’elles ne sont pas une brèche au statu-quo sur le mont. Ceux qui entrent depuis la place du mur Occidental, en dessous, doivent depuis longtemps passer à travers des détecteurs de métaux.

« Qu’attend donc Netanyahu ? », a demandé Saadi, réclamant que le Premier ministre fasse immédiatement enlever les détecteurs de métaux.

Dans la matinée de vendredi, les membres de la Liste arabe unie de Saadi ont rencontré les dirigeants du Waqf islamique, instance jordanienne chargée de l’administration du mont du Temple, avant de défiler avec les manifestants à travers Jérusalem-Est vers la Vieille Ville.

Rue Salah Al-Din, aux abords de la Vieille Ville, les législateurs ont rencontré un point de contrôle policier temporaire qui n’autorisait que les femmes de tout âge et les hommes âgés de plus de 50 ans à continuer vers le mont du Temple. La police a indiqué qu’un tollé avait été provoqué par l’arrivée de personnalités publiques, « qui ont énervé ceux qui attendaient là-bas ».

Les manifestants ont tenté de franchir les barrières et plusieurs ont jeté des bouteilles et des pierres en direction des agents, a fait savoir la police, qui a ajouté qu’elle avait riposté à l’aide de méthodes anti-émeutes non-létales.

Les responsables de la sécurité israélienne auraient déclaré que toute effusion de sang autour du mont du Temple vendredi relèverait de la responsabilité des législateurs arabes et autres dirigeants religieux ayant participé aux manifestations du jour. Ces responsables anonymes, cités par Walla, auraient accusé les députés arabes de « provoquer » l’opinion publique arabe et d’attiser les tensions accrues.

Pour sa part, le parlementaire Jamal Zahalka a indiqué que c’était « le Premier ministre Benjamin Netanyahu [qui] est responsable de toutes les perturbations » en raison de sa décision de maintenir en place les détecteurs de métaux pour contrôler les fidèles qui entrent sur le mont du Temple.

Les forces de sécurité israéliennes surveillent les fidèles musulmans palestiniens à l'extérieur de la Porte des Lions, le 21 juillet 2017. (Micah Danney / Times of Israel)
Les forces de sécurité israéliennes surveillent les fidèles musulmans palestiniens à l’extérieur de la Porte des Lions, le 21 juillet 2017. (Micah Danney / Times of Israël)

Le mont du Temple est le site le plus saint du judaïsme et le troisième lieu le plus sacré de l’islam.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...