Israël en guerre - Jour 256

Rechercher
Les victimes du 7/10/2023

Sergent-chef Lior Arzi, 25 ans : Ambulancier bénévole au « cœur tendre »

Il a été tué le 3 novembre au cours de combats dans le nord de la bande de Gaza

Le sergent-chef Lior Arzi, infirmier tué au combat contre le Hamas dans le nord de la bande de Gaza, le 3 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Le sergent-chef Lior Arzi, infirmier tué au combat contre le Hamas dans le nord de la bande de Gaza, le 3 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Le sergent-chef Lior Arzi, 25 ans, infirmier de combat au sein de l’unité Shaldag, est mort au combat dans le nord de la bande de Gaza, le 3 novembre dernier.

Kibboutznik de troisième génération originaire de Givat Haim-Ihud, Arzi venait de s’installer à Jérusalem avec sa petite amie pour étudier la médecine. Il aurait dû commencer ses études en mars prochain.

Arzi avait fait une année de service volontaire pour Hatzor HaGlilit avant de s’engager dans l’armée. C’est en 2019 qu’il avait commencé sa formation de secouriste et ambulancier militaire et ses activités bénévoles avec le Magen David Adom.

Toujours bénévole depuis l’obtention de sa qualification de secouriste ambulancier, il allait devenir chef d’équipe dans une unité mobile de soins intensifs lorsqu’il a été tué au combat.

L’ancien député travailliste de la Knesset Ram Shefa, résident de Givat Haim-Ihud, a rendu hommage à Arzi sur Twitter, notant qu’il avait eu l’occasion de le saluer, il y a de cela quelques semaines, au kibboutz.

« Au kibboutz, nous avons tous le cœur brisé », a-t-il écrit. « Difficile de dire avec des mots à quel point tu étais gentil : je n’oublierai jamais ton petit sourire timide, tellement spécial. »

Yuval Arzi, un cousin de Lior, a fait son éloge funèbre sur Facebook cette semaine : « Il avait très grand cœur. Il avait aussi cette faculté rare de savoir qui il était et d’y rester fidèle. Il savait qui il était, où était sa boussole morale et rien n’aurait pu l’en détourner. Il était un mélange on ne peut plus rare de silence intérieur, de délicatesse et de puissance, ô combien impressionnant. »

« Lior était toujours souriant : il avait bon cœur et était très aimé des siens. Il était le premier à se porter volontaire et prêter main forte à la moindre occasion. Toutes les équipes de l’unité où il servait voulaient faire équipe avec lui », a déclaré sa collègue Tamara Youdelevitch Shalit, qui a travaillé avec lui au service Magen David Adom de Netanya. « Que sa mémoire soit bénie. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.